lundi 8 juillet 2013

L'insurrection pour les nuls !

Cher petit dissident(e) !

Aujourd'hui est un grand jour, car tu vas tirer un trait sur des années de défaitisme. En effet, je te sais lassé(e) de constater que rien ne change, que le bon peuple ne se lève pas et qu'il semble tout à fait illusoire d'espérer qu'enfin le copain d'à côté, acceptera de te suivre dans ta propre chapelle politique pour réussir ta révolution par les urnes.

Entre nous, tu as déjà vu une révolution réussir par le biais d'une élection ? Bien sûr que non ! En vérité, l'élection d'un gouvernement (plus ou moins sympathique) bouleversant un ordre établi succède à une Révolution qui est forcément de type insurrectionnel. Non l'inverse !

Mais attention, par insurrection, nous ne parlons pas des bonnes vieilles émeutes où l'on se fait canarder par une police aux ordres du Système. Non, nous parlons de ce qui précède et peut même éviter ces déconvenues. Car cher dissident, il ne suffit pas de t'indigner de tant d'abrutissement de la population faisant entrave à la juste nécessité de mettre un bon coup de pied au cul à l'oligarchie en place ! Non, il faut essayer d'analyser quels furent les mécanismes des révolutions précédentes partout dans le monde, pour comprendre comment construire la notre.

Tu es souvent le premier à t'intéresser à l'histoire, à chercher à lui donner du sens et faire le lien avec une actualité qui déraille, mais tu oublies de t'intéresser à ses aspects purement pratiques !

Sais-tu par exemple, que la Révolution Russe démarre par un journal que les dissidents de ce pays et de cette époque, finançaient et distribuaient à la population ? C'est dans la Pravda (la vérité) que Lénine faisait passer ses textes et organisait méthodiquement la Révolution. Car il avait compris que le bon peuple râlait pour peu de choses, pouvait se faire accuser de terrorisme à la moindre bêtise dans une manifestation, et au final, tout cela était contre-productif. Un peu comme tous les gourous de toutes époques, il considérait qu'une révolution était d'abord l’œuvre d'un groupe d'êtres humains qui se faisaient les soldats d'un mouvement bien hiérarchisé, dont une stricte discipline militaire permettait d'assigner des tâches à des "professionnels" de l'insurrection pour aboutir à quelque chose d'efficace.

A l'inverse, les anarchistes de la même époque et notamment en Espagne, échouaient par une réflexion plus horizontale de la révolte, laissant ainsi les Mussolini et Hitler réussir dans la doctrine révolutionnaire méditée (à son grand avantage) par Lénine. Voila pourquoi aujourd'hui, des personnages sulfureux comme Serge Ayoub, Vincent Vauclin et à moindre mesure Alain Soral, cherchent à discipliner leurs mouvements respectifs et s'assurer d'une certaine organisation pyramidale de leurs mouvances. 

Qu'on soit en phase ou non avec leurs idées, cela marche. Cependant, d'autres modèles ont existé (toujours pour le meilleur et pour le pire) avec un exemple bien de chez nous : La Révolution Française. Et celle-ci (que l'on sait complexe et en deux temps), est d'abord et avant tout une révolution de la presse. De quelques publications au début de l'année 1789, ce sont 1350 journaux qui seront publiés lorsque Napoléon Bonaparte mettra un terme à la Révolution.

Le journal du "Père Duchêne" était ainsi un périodique très populaire, ou quelques auteurs évoquaient la colère du peuple avec les mots de celui-ci. Sans rentrer dans les ambiguïtés de cette révolution et notamment la période de la Terreur que certains de ses protagonistes ont permis, nous retiendrons donc que la presse que ce soit en Russie ou en France est un bon moteur pour faire lever les foules.

Avant de fournir un panel de solutions, il me semble nécessaire de faire remarquer qu'une Révolution est TOUJOURS l’œuvre d'une dissidence éclairée. Les mouvements populaires de masse ne font que suivre ce qui a été initié par la dissidence d'un pays. Donc, attendre que le peuple se prenne en main est juste une perte de temps doublée d'une mauvaise analyse des mécanismes d'une Révolution. Si tu connais les trahisons des tenants du Système et souhaites une Révolution, tu n'as pas d'autre choix qu'en devenir un acteur. C'est un choix qui oppose la tentation de la préservation de soi liée à une certaine dose de paresse, et celui d'un don de soi aux seules fins d'émanciper tout un peuple. En tout cas, tout dissident évoquant le trop fameux article 35 de la Constitution de 1793 devrait toujours se rappeler que l'insurrection est un DEVOIR. Lorsqu'un dissident évoque cet article sans se mobiliser réellement, il se rend coupable d'une certaine hypocrisie avec lui-même.

Une fois cette longue introduction passée, je pense que mes lecteurs auront compris qu'il s'agit d'initier la Révolution, mais en utilisant des mécanismes dont on connaît leur portée historique, ou en jouant de moyens plus propres à notre époque, mais pouvant s'avérer tout aussi efficaces.

Le premier est donc la presse dissidente qu'il convient de soutenir. Et attention, je ne parle pas de la presse web ! Ce blog, tout comme bien d'autres sites véhiculant des informations alternatives n'est connu que par des dissidents et n'a pas vocation à être connu au-delà de notre petite confrérie que j'estime à près de 100.000 personnes environ dans le pays. Tout bêtement par ce que les informations véhiculées ici ou ailleurs sur la toile, sont digérées par des gens s'intéressant spécifiquement à ces sujets. Raymonde allant faire ses courses au marché, ou Ali revenant de l'usine et s'apprêtant à se planter devant son téléviseur, n'ont aucune chance de prendre connaissance de tous ces sujets. Il faut donc leur apporter directement cette information par une bonne vielle formule qui a fait ses preuves : LE PAPIER !

Laisser parler les petits papiers !

Sur Paris, à ma connaissance, seul l'Audible édité par Solène Sullerot vivote pour le moment sans trop de moyens, alors qu'il mériterait un soutien financier massif de la Dissidence Parisienne. Aussi, je vous encourage à vous y abonner pour faciliter l'augmentation des tirages et une diffusion de plus en plus massive à la population parisienne.

Sur Bordeaux, un projet un peu plus complexe est en route à travers Poil à Gratter dont je suis l'un des initiateurs. Nous avons besoin de 10.000 € pour lancer le projet définitivement, nous en avons récolté jusque là 1187. Il ne tient qu'à vous de contribuer au financement de ce projet, il suffit de cliquer sur ce lien !

De façon plus globale, construire un projet de journal dans votre ville et tout faire pour le faire émerger, est la meilleure façon de toucher un public large qui fera plus tard parti des "masses populaires" qui nous suivront.

Laissez parler la Justice !

Dans un précédent billet, je démontrais par les textes de loi, que François Hollande se rendait coupable "d'intelligence avec une puissance étrangère". Actuellement, deux avocats tentent de formaliser avec moi une lettre de dénonciation en bonne et due forme à envoyer au Procureur de la République de Paris, suite au fait que mon dépôt de plainte a été contesté par la Gendarmerie de mon canton. En vérité, je ne le savais pas à ce moment là, mais c'est une obligation légale pour un officier de police ou de gendarmerie que d'accepter votre dépôt de plainte. D'autant que celui que je comptais déposer était motivé par un ensemble de textes de loi qui étaient clairement existants dans le registre du gendarme qui m'a accueilli. En cas de refus d'un officier de police ou de gendarmerie, vous pouvez menacer (avec tact) d'écrire au procureur de la République le plus proche de chez vous, et donner le nom et matricule de l'agent qui aura refusé votre plainte. C'est un bon moyen de faire pression en vérité. 

Quel est l'intérêt d'une telle méthode ? D'abord, c'est totalement gratuit, et si c'est parfaitement motivé, cela peut faire du bruit médiatique. Par exemple, une fois que j'aurai envoyé au Procureur de la République le courrier définitif, je ferais passer le texte au maximum de médias dans l'espoir que quelques uns souhaiteront chatouiller le Président d'une affaire sulfureuse. Mais je le diffuserais aussi à mes contacts sur les réseaux sociaux, pour que ces derniers puissent dupliquer la même procédure au même procureur et à d'autres magistrats pour faire pression. A force, cela peut faire du bruit dans un sens qui n'arrangera pas l'oligarchie au pouvoir, mais réveillera quelques Français intéressés. En outre, une procédure de justice est neutre au sens des points de vue partisans. Que l'on soit "de gauche" ou "de droite", on peut vouloir soutenir une telle initiative.

Laissez parler la Monnaie !

Dans un autre billet, j'évoquais le principe de la Révolte Monétaire. Comme il serait long d'y revenir et que pour le moment, mes propres soucis de trésorerie font que je dois ajourner le gros de cette proposition, n'en reste pas moins que ses fondamentaux restent simples :

Écrivez le mot "FRANCS" sur vos billets de banque (au crayon à papier pour les plus sages, et au stylo pour les esprits les plus transgressifs), et vous communiquerez un message simple au prochain usager du billet. Répétez à l'infini l'opération, et cela motivera d'autres personnes à faire comme vous. Si vous prenez le temps de visiter le lien plus haut, vous constaterez qu'une Révolte Monétaire peut être un projet nettement plus abouti.

Laissez parler la Rue !

Ces derniers temps, la loi Taubira et particulièrement son volet sur la question de l'adoption d'un enfant pour les couples homosexuels a fait bondir une partie de la France et a généré des mouvements de révolte spontanés et plutôt efficaces. Actuellement, ce sont les veilleurs qui s'immobilisent silencieusement devant les institutions pour soutenir l'un des premiers prisonniers politiques Français. Que vous soyez d'accord avec eux ou non, là n'est pas la question. Rejoignez les et véhiculez votre propre message. Le mien sera tout bêtement la sortie de l'U.E, l'euro et l'OTAN au nom de notre Souveraineté Nationale à restaurer. Ce sera donc clairement "hors sujet" et pourtant, cela contribuera à renforcer leurs manifestations, à discuter avec ces activistes et fatiguer le pouvoir. D'autant que les médias sont friands de ces mouvements.

Un autre moyen très facile d'inquiéter l'oligarchie, c'est de surveiller sur les réseaux sociaux leur agenda (généralement, nos débiles de politiciens ne peuvent s'empêcher d'annoncer devant quels micros ils iront fanfaronner) et de les attendre là où vous serez sûrs de les croiser pour leur faire savoir tout le bien que vous pensez d'eux. Soyez toujours respectueux de la loi. Un activiste en garde à vue est un activiste découragé, brimé économiquement (y'a toujours une amende au bout du processus) et démotivé à l'idée de recommencer. N'hésitez pas à utiliser la loi face aux forces de l'ordre qui abuseraient de leur "autorité légitime". L'article 432-4 du Code Pénal est là pour vous protéger, à condition que vous restiez courtois et sur la droite ligne de la légalité de votre démarche.

Laissez parler le Net !

Pour les aficionados de la toile, vous pouvez aussi faire gonfler la cocotte minute en allant sur les comptes Twitter de nos oligarques pour commenter leurs publications avec des arguments qui font mouche. Cela doit être considéré comme un moyen alternatif à la Révolte, mais pas comme LE moyen de faire tomber le Système.

Laissez parler le courrier !

C'est le dernier moyen que je vous propose pour faire gonfler la cocotte-minute ! Écrivez au Président de la République (pas besoin d'affranchir), aux médias, aux magistrats, aux ministères, aux syndicats, etc pour les spammer de courriers. Plus vous serez nombreux à le faire, plus cela sera efficace. Car c'est une forme de pression psychologique que de recevoir des flux de courriers incessants de toute la France qui vous rappellent que le Peuple Souverain a terminé d'être réduit au silence. Je vous propose à ce titre de vous inspirer de quelques lettres publiées dans les courriers de la Révolte et ne pas hésiter à publier les votres. Les moins talentueux à l'écrit pourront ainsi faire du Copier/coller et participer malgré tout à ce genre d'initiatives.

En conclusion, une Révolution, c'est d'abord l'association continue et soutenue de multiples initiatives simples, qui finissent par être entendues par le Peuple entièrement. Certaines demandent un peu d'argent, beaucoup ne demandent qu'un peu de votre temps et une démarche positive de votre part. Nous sommes la Dissidence éclairée de ce pays. Nous savons que le jeu médiatique et politique est totalement corrompu. Il faut donc jeter du sable dans les rouages du Système jusqu'à ce que celui-ci se grippe, et que tout un Peuple de plus en plus attentif à nos actions et idéaux, se joigne à nous. Il y'aura sans doute de grandes manifestations bien plus tard, mais pour le moment, il faut secouer le Système.

Dernier conseil, et c'est sans doute le plus important : Le Front de Gauche et le Front National (et leurs satellites) existent pour diviser la contestation en France. Mais nombre de leurs sympathisants respectifs ne sont pas forcément endoctrinés et fermés au dialogue. Restez respectueux, courtois, et si possible toujours sur le ton de la plaisanterie avec ces gens, car nous n'aurons pas d'autres choix que de composer avec cet électorat qui pèse plus de 11.000.000 de Français. Ils se haïssent mutuellement et la Dissidence doit savoir être au-dessus de leurs dissensions. Ne vous engagez pas sur des sujets polémique, restez concentrés sur la nécessité d'en découdre avec le Système, et vous finirez par vous attirer leur sympathie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à ajouter ?