samedi 8 février 2020

Lettre ouverte à l'Amiral Christophe Prazuck, chef d'état-major de la Marine

Monsieur,

Je vous écris pour vous faire part de mon indignation, si ce n’est de ma révolte la plus totale en ce qui concerne le silence des armées, et particulièrement de notre État-major, concernant les trahisons en cours actuellement au sommet de l’État. Il me semble cependant opportun en préambule - puisque vous incarnez à vous seul tout un pan de la dissuasion nucléaire française - de rappeler la tradition française concernant la stratégie de défense voulue par le Général de Gaulle, définie et portée en son époque, par le Général Charles Ailleret.

Ce dernier en 1966, organise le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN, afin de permettre à notre pays, de rester indépendant dans la maîtrise de sa stratégie de défense en cas de conflit entre blocs alliés. J’oserais vous rappeler que les derniers plus grands conflits mondiaux dans lesquels la France a été impliquée (Guerre de Crimée, 1ère et seconde guerre mondiale), découlent de la logique des alliances militaires qui ont verrouillé la destinée de millions de nos compatriotes à des volontés de guerre qui ne concernaient pas notre pays au premier chef.

Aussi lorsque le Général de Gaulle en 1968, évoque le fait que notre dissuasion nucléaire doit être comprise comme une stratégie de défense « tout azimuts », il s’explique le 27 janvier de la même année devant les membres de l’institut des hautes études militaires de Paris de la façon suivante :

« Je voudrais profiter de mon passage ici pour traiter de la stratégie qu’on a dit tout azimuts, dont on a parlé ces derniers temps. Nous faisons oui, un armement atomique. C’est un armement complètement nouveau, qui implique une refonte militaire et une refonte de puissance, sans comparaison avec tout ce que l’on a pu connaître auparavant. C’est une affaire de longue haleine. On ne le fait pas pour demain, mais pour des générations, dans un système de défense et de dissuasion complètement nouveau. Et dans ce long espace de temps, qui peut dire ce que sera l’évolution du Monde ? Dans 20 ans, qui gouvernera les Etats-Unis et avec quel système ? Qui gouvernera l’URSS ? L’Allemagne ? Le Japon ? … et la Chine ? Qui peut dire ce qui se passera en Amérique du Sud et en Afrique ? Personne sans aucun doute. En fonction de toutes ces incertitudes, nous faisons notre armement nucléaire. Et ce n’est pas la première fois dans notre histoire qu’il en est ainsi ! Vauban, en son époque, a fortifié toutes les frontières de la France, les Pyrénées, les Alpes, nos ports et même la Belgique. Nous sommes allés partout, nous avons fait la guerre partout, nous sommes entrés à Madrid, Berlin et Moscou. Nous avons fait la guerre en Europe, en Orient, en Amérique, en Asie. Il n’y a pas de raison que cette stratégie qui de tout temps nous a protégé contre tout, ne se perpétue pas. Par définition même, notre armement atomique doit être tout azimuts. Il faut que vous le sachiez, que vous le voyiez et que vos études et votre état d’esprit s’y habituent ».

Monsieur,

Si je suis bien conscient que nos « élites » politiques sont aussi capitulardes et enclines à l’esprit de trahison que celles qui ont trahi Napoléon III à Sedan alors que Gambetta venait de trouver des renforts dans l’Ouest de la France, ou encore celles qui ont accordé les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain en vue de faire cesser les combats alors qu’un petit nombre de généraux et d’officiers étaient prêts à poursuivre la lutte, je ne me résous pas à considérer que notre commandement militaire soit en train de laisser l’État français être démantelé de sa puissance et des moyens de son indépendance, alors que « la Maison brûle ».

Je ne prendrai appui que sur des questions militaires et diplomatiques les plus récentes pour en témoigner, tout en notant que le seul fait même d’être sous la tutelle de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, est en soi un ensemble d'atteintes considérables et intolérables à notre souveraineté et à notre indépendance nationale.

Le 5 Juin 2014, un article du journal « Le Monde » nous alerte que M. Obama, président d’une puissance paraît-il « alliée » de la France, souhaite que nous suspendions (annulions) la vente de navires de type "Mistral" à la Russie. Outre les énormes capitaux engagés dans ce contrat, les milliers d’emplois dont il est question, ou encore les considérations diplomatiques sous-jacentes, cette vente avait été négociée moyennant des transferts technologiques, notamment sur des équipements radars dont la France avait la seule maîtrise technologique. Cette vente sera donc annulée par M. Hollande, ce qui outre porter gravement atteinte à nos relations diplomatiques avec une puissance alliée de deux guerres – et parfaitement fiable et utile à nos intérêts soit dit en passant – a permis à cette dernière de finalement jouir de l’acquisition de brevets et données qui ne pouvaient être concédés par la France que sous condition que la transaction soit honorée par les deux parties. A-t-on entendu un seul responsable militaire de haut rang s’indigner de la situation ? Sommes-nous les vassaux des Américains ou sommes-nous souverains sur nos affaires diplomatiques, militaires et commerciales ? N’y a-t-il pas des intérêts fondamentaux que nous nous devons de préserver ?

Poursuivons Monsieur, avec la guerre subie par la Syrie. D’abord rappelons que nombre de terroristes ayant tué des centaines de nos compatriotes sur notre territoire se sont AGUERRIS EN SYRIE. Ce qui n’a pas empêché François Hollande, mais aussi par l’entremise du Secrétariat Général de Défense et de Sécurité Nationale, son Ministre des Finances de l’époque Emmanuel Macron, d’autoriser la livraison d’armes de guerre à des « rebelles » qui combattaient le gouvernement légitime syrien. M. Fabius, alors Ministre des Affaires étrangères, n’hésitait pas à dire à l’époque que le front Al Nosra faisait « du bon boulot » en Syrie. Je le martèle et vous le rappelle, des citoyens français ont été tués sur notre sol par des combattants que la France a soutenus et armés en Syrie. Cela relève du financement du terrorisme d’une part au sens de l’article 421-2-2 du Code Pénal, mais aussi purement et simplement de la haute trahison ! Y a-t-il eu un officier de haut rang pour s’indigner de ces « prises de décisions » par des politiciens félons ? Non, la grande muette est restée imperturbablement silencieuse. Y compris lorsque M. Hollande, puis plus tard M. Macron, en réponse à de pseudo-attentats chimiques attribués au gouvernement syrien sans même que des autorités internationales aient eu le temps d’investiguer et rendre un rapport d’enquête établissant de telles conclusions, ont engagé nos forces navales et aériennes dans une série de bombardements sur le territoire syrien. Non seulement ces opérations militaires violent expressément notre constitution, mais aussi l'article 2 de la Charte de l’ONU ou encore l'article 8bis des Statuts de Rome sur l’établissement de la Cour pénale internationale, qui dispose que :

Aux fins du présent statut, on entend par « crime d'agression », la planification, la préparation, le lancement ou l’exécution par une personne effectivement en mesure de contrôler ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État, d’un acte d’agression qui, par sa nature, sa gravité et son ampleur, constitue une violation manifeste de la Charte des Nations Unies

Cela signifie Monsieur, que ce n’est pas seulement leur responsabilité qu’ont engagée Emmanuel Macron, François Hollande et leurs ministres dans ce crime. C’est la votre aussi ! Vous auriez dû refuser de contribuer à un tel crime, et vous ne l’avez pas fait !

Poursuivons encore, car nous nous rapprochons de l’objet et de la conclusion de ce courrier. Malgré les incantations angéliques de nos politiciens, il n’y a pas, il n’y a jamais eu, et IL N’Y AURA JAMAIS « d’amitié franco-allemande ». Les Américains comme les Allemands ont des considérations parfaitement anglo-saxonnes sur la France. Du fait que nous représentons une puissance diplomatique et économique pouvant contrarier leurs propres desseins sur le monde, il s’agit pour l'Allemagne et pour les Etats-Unis de nous affaiblir par des prises de contrôle de notre outil industriel stratégique (Nexter, Alstom, etc), ou encore en jouant de la propension à trahir de nos politiciens sur les considérations diplomatiques. D’ores et déjà, veuillez expliquer aux sous-mariniers français qu’en cas de conflit futur avec les USA, les données relatives au bruit de cavitation et à la vitesse de nos SNA et SNLE ne sont plus inconnus des Américains (je vous félicite pour ne pas avoir donné votre démission à ce titre lorsque M. Macron a cédé la branche industrielle qui fabrique les turbines de nos SNLE à General Electric). Depuis le 22 Janvier 2020, nous avons cédé en outre à l’Allemagne, des pans entiers de notre indépendance militaire et diplomatique, en acceptant que nos politiques extérieures soient soumises aux considérations allemandes en vertu du Traité d’Aix la Chapelle ; en leur octroyant gratuitement une place conjointe au Conseil de Sécurité de l’ONU ; et que des Ministres Allemands puissent venir directement au sein même des plus hautes instances de l’État, participer à des réunions ministérielles concernant nos propres affaires intérieures. Depuis la collaboration sous le Régime de Vichy, jamais nous n’avions été si loin dans notre asservissement à l’Allemagne.

Désormais, ces derniers ne cachent plus leur volonté de voir la France partager son outil de dissuasion nucléaire avec eux, et Macron, tel « un cabri », n’a pu s’empêcher de faire un discours avalisant cette requête allemande portée par le député Johann Wadephul, le 7 février dernier, à l’Ecole de guerre à Paris :

« 
Je souhaite que se développe un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective »

Combien d’officiers Monsieur, ont rappelé au TRAÎTRE Emmanuel Macron, que la stratégie de défense de la France, et en particulier sur le plan nucléaire, est « tout azimuts » et que nous avons eu par le passé suffisamment de guerres avec l’Allemagne, pour qu’il n’y ait absolument rien à négocier à ce sujet ?

Combien Monsieur ?

Depuis bien longtemps l’Armée aurait dû réagir à ces trahisons constantes de nos politiciens ayant débuté sous Jacques Chirac, et ayant crû nettement en puissance depuis l’ère Sarkozy jusqu’à nos jours. En mai 1958, des militaires de haut rang avaient « porté leurs couilles » face à la démagogie de nos politiciens, et avaient su leur rappeler, quelle institution porte réellement l’État et dispose dans les faits du « monopole de la violence légitime ». En Tunisie récemment, lorsque le peuple s’est insurgé contre son dictateur, c’est l’Armée qui a fait pression sur ce dernier pour qu’il s’en aille, en laissant la constitution de ce pays décider des autorités civiles de remplacement. En France, pendant que le peuple se fait matraquer et éborgner par un gouvernement qui le trahit sans cesse, que fait l’Armée ? RIEN !

Pendant que le Gouvernement cède tous nos fleurons industriels les plus stratégiques à des puissances étrangères, que dit notre Armée ? RIEN !

Lorsque le Gouvernement envisage désormais de partager notre dissuasion nucléaire avec l’Allemagne ou la Pologne, que fait notre Armée ? RIEN !

Je croyais nos militaires plus pragmatiques, légitimement patriotes, et pour le moins plus soucieux de notre indépendance nationale que nos politiciens, mais visiblement, je me trompais. Même lorsque le Général de Villiers a donné sa démission au gouvernement, nos chefs de corps et officiers de l’État-Major ne se sont pas montrés solidaires.

Alors que dans nos hôpitaux, les médecins donnent leur démission collectivement. Dans nos régies de transports ou dans la rue, les Français sont solidaires pour lutter contre une réelle tyrannie menée par des traîtres à la patrie. A l'inverse, notre Armée est finalement dirigée par une cohorte de capitulards qui sont en train de laisser nos politiciens dépecer
l’État français par lambeaux tous entiers  !

C’est une honte ! Un scandale digne des heures les plus sombres de notre Histoire !

Aussi Monsieur, à titre symbolique, je réclame votre démission pour restaurer la dignité de nos Armées, et particulièrement les corps ayant à charge de gérer la dissuasion nucléaire de la France. Je réclame le soutien de tous les officiers qui ont encore de l’honneur à votre démission. J’exige en tant que citoyen français, que la France reste LIBRE et INDÉPENDANTE pour les siècles à venir, et que « la grande muette » cesse de nous faire honte en n'étant pas capable de reproduire ce qu’elle a su faire durant l’année 1958.

Nous sommes gouvernés par des TRAÎTRES, j’insiste à ce sujet et peux le justifier par des faits, et des références précises à du droit pénal et constitutionnel si nécessaire, et il est hors de question que le cœur régalien de la France continue de servir des félons en col blanc qui démolissent avec une ardeur pathologique, notre souveraineté et notre indépendance nationale.

Cette lettre sera publiée en ligne et envoyée à différents médias, pour vous obliger moralement à prendre position.

Pour faire valoir ce que de droit pour notre peuple,

Sylvain Baron


23 commentaires:

  1. BRAVO A VOUS M.Baron vous ne dite que la triste realité de la traitrise de notre gouvernement et de son president et j'espere que d'autres officiers vous suivront pour defendre notre pays LA FRANCE
    MERCI ENCORE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand l armée va-t-elle bouger! A moins qu elle soit achetée comme le reste! Pauvre FRANCE.

      Supprimer
  2. Oui, un grand bravo et j'espère qu'un jour prochain l'armée va remettre de l'ordre dans ce pays qui dérive de plus en plus dangereusement !!! Grâce à ce système policier actuel bien manipulé par un gouvernement de vendus, le malaise devient intenable !!!

    RépondreSupprimer
  3. Je vous remercie !

    N'hésitez pas à faire copie de ce courrier pour l'imprimer et l'envoyer par la Poste à l'état-major de nos armées.

    RépondreSupprimer
  4. où trouver l'adresse de l'EM de l'armée?

    RépondreSupprimer
  5. L'adresse est la suivante si vous souhaitez joindre vos courriers au mien :

    60 boulevard Général-Martial-Valin 75015 Paris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je prends l'adresse je copie je l'imprimpe et je l'envoie

      Supprimer
  6. bravo très bien dit, je crois que nous avons des haut grader qui se sont fait acheter des lâches aux sommes de l armé ils ni a rien à attendre deux ils sont touche du fric (prime) l honneur n existe plus pour c est gents là

    RépondreSupprimer
  7. Merci et un grand bravo, nous devons avoir une armée indépendante.

    RépondreSupprimer
  8. La souveraineté de la France doit être préservée sans conditions. L'U.E. actuelle ne permet pas cela et l'adhésion à l'OTAN non plus.

    RépondreSupprimer
  9. Comme tous avant moi, merci pour votre courage et cet écrit très bien fait et qui confirme la désinvolture de nos dirigeants, je milite pour une France souveraine et libre de son destin pour nos enfants, petits-enfants..Evidemment, je n'ai pas vécu ces années sombres mais j'ai lu, entendu les bribes de conversations acceptables aux enfants à l'époque, je sais que mon père étant l'aîné n'a pas pu poursuivre l'école et avec ses copains trouvaient des solutions pour amener de quoi agrémenter les menus. Je ne souhaite pas que cela se reproduise à causes des traites en tout genre. J'espère que votre appel sera entendu et que les militaires se ressaisiront, le peuple, je penses, n'attend que votre soutien.

    RépondreSupprimer
  10. N'oublions pas que l'Europe a été annexée en 45 et depuis ils ne sont jamais repartis.
    Or, si justement les Anglos-Américains obligent le monde entier à se plier au droit international qui les arrange eux, leur nation à nulle autre pareille les pousse à non seulement ne pas les respecter en externe comme en interne d’ailleurs, mais abrogent systématiquement les accords qu’ils ont signés eux-mêmes. Ainsi jugent-ils les comportements des autres avec sévérité, mais disculpent a priori leurs ressortissants qui agissent de même. Ainsi ils refusent que toute juridiction internationale s’intéresse à leurs affaires.
    Le vrai fond du problème n'est pas spécifiquement étasunien ce sont les transnationales industrielles (le fameux complexe) qui soudoient les gouvernements afin qu’ils fassent respecter les droits extra territoriaux étasuniens, leurs guerres droits-de-l'hommistes, ou par exemple l'agenda de l'arnaque au CO , pardon la taxe sur la vie, c’est-à-dire la taxe carbone. Ce sont ces transnationales qui ont financé Kyoto, Grenelle, les COP 21, 22 …. ce sont elles qui déterminent quel lampion sera placé au gouvernement, puisqu’il leur suffit de désigner pour qui voter.

    « Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre. [...] Même sous la Constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave.» Condorcet 1793 « Je ne crains pas le suffrage universel : les gens voteront comme on leur dira » Alexis de Tocqueville 1856
    Où est la frontière entre le mercenaire qui tue sans honneur et le soldat qui touche sa solde au service d'une nation étrangère ?
    Monsieur Baron bravo même si je ne suis pas d'accord avec tout. Démissionnez ou faites vous muter dans la gendarmerie où il y a beaucoup de boulot pour sauver ce qui reste dans nos campagnes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait, c est le droit américain qui prevaut sur le droit international (cf dossiers Iran, Israel), avec la complaisance, plus exactement la collaboration active des pays occidentaux, des gouvernants "francais", au 1er rang (mais ce n est pas une surprise historique), qu il faudra bien un jour juger pour haute trahison (vente d Alsthom energie notamment).

      Supprimer
  11. re blogué sur crashdebug.fr

    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16930-lettre-ouverte-a-l-amiral-christophe-prazuck-chef-d-etat-major-de-la-marine-sylvain-baron

    RépondreSupprimer
  12. Merci beaucoup pour vos commentaires et vos partages, c'est ce qui donne de la force à cette interpellation publique de nos armées. En cumulé, nous en sommes à plus de 10.000 lectures déjà.

    Le courrier est parti aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  13. La trahison et le déshonneur font parties de l'histoire des déboires de notre pays et sont malheureusement amplifiées dans le régime actuel descendant des crimes de la révolution,le peuple et son armée sont vus comme des entités néglgeables par des dirigeants a la légitimité très discutable.

    RépondreSupprimer
  14. Je suis assez d'accord avec vous.

    Alors il est vrai que la vie n'est pas binaire. Et le Général De Gaulle le savait bien en restant flou sur son fameux "Je vous ai compris" en Algérie.

    Il fallait, à tout le moins, calmer le jeu.

    Néanmoins je vous rejoins sur le fait que ces gouvernants sont bien des lâches. Lâchez au point de considérer que l'Algérien était une colonisation dont nous devrions avoir honte.

    Et pourtant encore aujourd'hui combien d'intellectuel de ce pays reconnaissent le bienfaiteur qu'a été la France. Infrastructures routières, écoles et j'en passe.

    Mais malheureusement pour nous nous avons hérité de Mai 68. Mai 68...

    La ou nous avons rendu (sciemment) cette génération et la suivante...naïve.

    Naïve de croire que nous ne sommes plus un pays mais un état dans le monde.

    Naïve de croire qu'il nous faut baisser les armes. Fussent-elles militaire et non seulement idéologiques.

    Naïve de croire en l'abolition des frontières. Ce qui se passe dans les pays orientaux entres autres, devrait pourtant les alerter.

    Naïve de croire qu'une Nation comme la nôtre, et celles de nos voisins Européens, puisse renier son passé. Passé culturel. Passé religieux...etc, etc.

    Feu mon père me répétait: "L'homme seul est condamné". Une nation qui se replie sur des idéaux naïfs l'est aussi.

    Et pour en revenir au Général: "La vie est un combat. Pour une Nation comme pour un homme".

    Cette époque post Mai-68, bien relayé par des gauchistes qui n'avait de nom que la Rose et qui se vautrait dans celle du caviar.

    Alors que nous reste t-il aujourd'hui ?

    Pas grand chose. Quelques courageux citoyens aux gilets jaunes. Qui se font littéralement massacrés par ce que j'appelle la milice à ce ministre de l'intérieur.

    Meme le RN, pour qui je vais pourtant voter, est trop a gauche. Mais bon.

    Courage à toutes et à tous, et bien à vous.

    RépondreSupprimer
  15. Et si possible, que l'Amiral écoute cet appel d'Asselineau : https://youtu.be/sKo8F0wIDg8

    RépondreSupprimer
  16. Bravo Monsieur. Vous avez tres bien exprimé ce que je pense depuis qques années. Proamericanisme de Sarkozy, retour a l otan, vente a perte des 2 mistral refusés aux russes par ce minable de Hollande, vente d Alsthom energie aux US par ce brave minable Hollande (contre même l avis de Montebourg, cf La Guerre Fantôme sur YT), etc com vs dites et que je ne savais pas.
    Je pense aussi que l éviction de Fillon est une manipulation de la CIA pour faire elire un "president",un pion, qui leur est plus favorable.
    Il n est un secret pour personne que ns sommes culturellement plus près des russes que des américains, lesquels travaillent a temps complet notamment pour casser cette proximité. Pas facile pour eux, les russes et les chinois sont alliés militairement (exercices communs recents). Plutôt que de la jouer cow boy ils devraient essayer la diplomatie. Vs la russie qui est le pays le plus riche du monde en terme de ressources (minières, superficie, terres cultivables) et qui n a rien a gagner et tout a perdre a vouloir grignoter le reste du monde.
    Mais bon, Elon Musc a prevu de sauver les US en allant sur Mars en 2022 je crois (malgré l impossibilité technologique et medicale actuelle). Si ils y arrivent, j ai un peu peur pour les petits hommes verts, mon dieu comment leur integration va t elle se passer !? Persiflage évidemment.
    Merci encore, j envoie le courrier cette semaine.

    RépondreSupprimer
  17. Je precise que si je suis antiamericain ("raisonnablement" comme dit Regis Debray), c est contre leur politique, et pas contre le peuple. L américain moyen est tres civique, souvent prêt a rendre service, loin du débile qu on ns montre au cinéma. C est ainsi que je les ai vu ds la region de Washington, Baltimore, NY, ou j ai résidé qq semaines pour le travail, juste avant le debut des opérations en Iraq, mars 2003.
    J ai vu comment ils etaient manipulés par leur médias, les collègues US, ingénieurs ou techniciens, croyaient que Sadam Hussein allait leur envoyer des missiles.
    Et je me souviens de ce policier (black) au Smithonian Institute, a qui ma prof d anglais avait dit "God bless America"), qui lui avait répondu "No, god bless the world".

    RépondreSupprimer
  18. Bravo Monsieur Sylvain BARON. Chacun doit transmettre à tous ses contacts. Les élections approchent.

    RépondreSupprimer

Quelque chose à ajouter ?