vendredi 9 février 2018

Lettre ouverte à (l'ordure) Jean-Yves Le Drian


Cher Jean-Yves,

Je t'écris pour te faire remarquer qu'à l'ère où la chasse à la "fake news" est organisée et où les complotistes notoires peuvent subir les foudres du site de Rudy Reichstadt (je sais à part les journalopes, personne ne fait attention à ce bouffon), il me semble que tu prends de gros risques dans tes maladresses de communication.

En effet, le 7 Février dernier, on pouvait apprendre dans une dépêche de l'Agence France Propagande (oui, l'AFP, c'est ça), que tu as déclaré, je cite :

"Toutes les indications (...) nous montrent aujourd'hui qu'il y a l'usage du chlore par le régime en ce moment en Syrie", a-t-il dit sur la chaîne BFMTV et sur la radio RMC.

D'un coup, j'ai eu espoir. Au bout de la troisième fois que l'on nous fait le coup, je me suis dit, ça y'est, Jean-Yves va nous sortir un steak, quelque chose de bien saignant qui justifiera par A + B ses accusations. Ça sera une info si authentique et étayée par des faits bruts, qu'il sera impossible de la nier. Mais comme à chaque fois, tu as été décevant, car tu as finalement ajouté :

"Je parle avec précaution parce que tant que ce n'est pas complètement documenté, il faut être prudent".

En clair, t'as pas le moindre début d'une preuve mais c'est pas grave, ça coûte rien et puis entre nous, on sait que les auditeurs de RMC, ce ne sont que des gueux à qui l'on fait boire de la propagande pour qu'ils continuent de voter sagement. #La fabrique du consentement# - #ingénierie sociale# - #Goebbels n'était qu'un amateur# , tout ça...

Mais enfin, toujours est-il que ça n'est pas très sympa de qualifier de "régime" le gouvernement syrien légitime, et plus encore de l'accuser encore et toujours d'avoir fait usage d'armes chimiques.

Histoire que tu évites de te mettre en porte-à-faux avec l'usurpateur très jupitérien qui se prétend Président de la République Française, et cela avant même que ses mesures contre la communication de fausses informations ne soient sur les rails,  je te signale que l'article 27 de la loi sur la liberté de la presse de 1881, sanctionne de 45.000 € d’amende la diffusion de fausses nouvelles depuis un support médiatique.

Je sais, sous les ors de la République, 45.000 €, ça représente l'argent de poche du fiston et il y aura toujours un procureur et au pire un juge conciliant pour éviter de tels emmerdements. Mais tout de même : il faudrait vraiment en finir avec ce complotisme constant vis à vis de la résistance produite actuellement par l'armée régulière syrienne. Avec les salopards (et criminels) Fabius et Hollande, vous nous avez cassé les pieds à chaque attentat chimique en Syrie pour nous dire sans aucune précaution, sans même attendre les premiers résultats d'investigation qui ne peuvent de toute façon et en aucun cas être communiqués le jour même de l'incident, que le vilain-méchant-pas-beau Bachar Al Assad (rien qu'écrire son patronyme me fait trembler à cause de vos fatwas constantes sur ce garçon) était de toute façon coupable du problème. Et qu'évidemment, cela légitimait "une réponse forte de la communauté internationale" (sous entendu les mafieux de l'OTAN) et que cela ne pouvait que légitimer un droit d'ingérence humanitaire, etc, etc...

Bon, une règle simple pour éviter d'être accusé de complotiste notoire et de colporter des "fake news" :

Quand tu n'as aucune information sur un sujet, contentes-toi de fermer le claque-merde qui te sert de bouche. C'est un premier point. Lorsqu'en outre, les relations diplomatiques avec la Syrie, et notamment les liens existants entre les services secrets français et syriens sont anéantis par vos grandes conneries sous le mandat de l'autre usurpateur qu'était le sanguinaire François Hollande, il est impossible que tu puisses bénéficier d'informations de première main. Sauf si certains djihadistes français sont moins djihadistes que mercenaires à la solde d'intérêts étrangers que tu défends sur place. Car il semble que tu sois le seul trou du cul sensé être un minimum informé sur les questions géopolitiques, qui tienne pourtant le discours du dernier des crétins buvant comme du petit lait la propagande de RMC et consort. On dirait que tu ignores superbement les intérêts turques, américains, israéliens ou saoudiens qui alimentent la guerre contre la Syrie. Pourquoi ? Te faut-il des informations que tes services omettraient de te transmettre ? Tu te crois dans le monde des bisounours ?

En 2013, peu après le premier attentat chimique de la Ghouta, tu te rendais aux Emirats Arabes Unis pour raisons de business, et tes communicants expliquaient au journal CNews :

"Compte tenu de l'accélération de la crise, le président de la République (François Hollande) a souhaité que Jean-Yves Le Drian ait des entretiens politiques réservés uniquement à la question de la crise syrienne et régionale avec le Qatar et les Emirats, qui sont en première ligne sur le sujet et avec lesquels il est intéressant que nous ayons une position rapprochée", avait indiqué l'entourage de M. Le Drian.

"Ce sont des pays qui interviennent diplomatiquement très fortement sur la question syrienne et avec lesquels nous avons une coopération stratégique très affirmée", a-t-on souligné de même source. "Il est absolument nécessaire que nous ayons une conversation avec eux sur le sujet".

L'Arabie saoudite, le Qatar et les Emirats sont en pointe pour aider sur le terrain la rébellion syrienne face à l'armée du régime de Bachar al-Assad.

Il est vrai que selon certains documents, tu t'entends bien avec les despotes arabes (les vrais). Y'a du business à faire, ce ne sont pas des histoires que les gueux (ou "rien") ne peuvent comprendre. La Syrie et le Yemen ne sont que des dommages collatéraux, et puis si les arabes se zigouillent entre eux, ça permet toujours aux GENTILS occidentaux (surtout s'ils sont ministres français) de pouvoir donner des leçons de morale et de paix à bon compte. En 2015, 27 % des exportations françaises au Moyen-Orient étaient des armes. En 2016, l'Arabie Saoudite nous a d'ailleurs acheté pour plus de 3 milliards de dollars en fournitures militaires. Ils sont si gentils et si démocrates nos grands copains saoudiens ! C'est vrai qu'à choisir entre le très laïc et républicain Bachar Al Assad et le très princier et islamiste Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, y'a pas photo ! Comment peut-on faire une comparaison entre la démocratie saoudienne et la violente dictature syrienne ? Indépendamment de ces considérations morales, au salon de l'armement d'Abou Dhabi, c'est l'orgie pour l'industrie militaire française. Peut-être est-ce un début d'explication, mais comme je pense que tu es d'avantage un traître à la solde d'intérêts étrangers, les affaires de gros sous ne sont à mon sens que la surface de tes forfaitures.

Ainsi, sur la question des attaques chimiques, on ne t'a jamais entendu commenter le rapport de 23 pages publié par Richard Lloyd, ancien inspecteur de l'ONU spécialiste des missiles, et Théodore Postol, professeur au MIT, document qui discréditait les accusations adressées contre l'armée régulière syrienne concernant l'attaque chimique de la Ghouta. Etude qui sera  d'ailleurs reprise dans le rapport de l'ONU sur ce dossier. Merde, pourquoi t'as fermé ta gueule quand on avait un début d'explication sur ce massacre en Syrie ??? Tu aurais pu aussi à la même époque lire les articles du journaliste Seymour Hersh, homme réputé aux USA pour sa proximité avec les renseignements militaires américains. Tu aurais ainsi pu découvrir ces informations s'agissant de l'attentat de la Ghouta  :

« Dans les mois qui ont précédé l'attaque, les services de renseignement américains ont produit une série de rapports hautement classifiés, aboutissant à une exploitation d'ordre formel - un document de planification qui précède une invasion terrestre - citant des preuves que le Front al-Nusra, un groupe djihadiste affilié à al -Qaida [NDLR : mais qui fait du "bon boulot" selon Fabius], maîtrisait la synthèse du gaz sarin et était capable d'en fabriquer en grande quantité ».

« Déjà à la fin mai, le consultant supérieur du renseignement m'a dit que la CIA avait informé l'administration Obama sur al-Nusra et de son travail avec le gaz sarin, et avait envoyé des rapports alarmants qu'un autre groupe fondamentaliste sunnite actif en Syrie, al-Qaïda en Irak (AQI ), avait également connaissance des moyens de production de ce gaz neurotoxique. À l'époque, al-Nusra opérait dans des zones proches de Damas, y compris la Ghouta orientale. Un document du renseignement publié à la mi-été a abondamment cité le nom de Ziyaad Tariq Ahmed, un expert en armes chimiques qui officiait autrefois dans l'armée irakienne, s'étant établi en Syrie et être opérant dans la Ghouta orientale. […] Il est considéré comme une cible de grande envergure par l'armée américaine ».

Pourtant, en 2016, tu reconnaissais que les terroristes (subventionnés avec ton aimable consentement sous François Hollande) utilisaient de telles armes en Syrie. Tu as déjà oublié ce détail ? Où il est juste sans intérêt lorsqu'il s'agit de poursuivre une propagande de guerre contre la Syrie. Propagande dont je te rappelle qu'elle est prohibée tant dans le droit international (Pacte International relatif aux droits civiques et politiques de l'ONU) que dans le droit pénal (Art 211-2 CP).

Donc par pitié, quand tu commets un crime en étant aux plus hautes responsabilités régaliennes de notre pays, FERME TA GUEULE ! C'est pas que je sois contre le fait que tu fasses joujou avec les moyens militaires de l'Etat contre un pays qui ne nous a rien fait. Je sais que de toute façon, je suis nécessairement trop gueux, trop rien, trop con pour comprendre le bien-fondé de toute cette entreprise de destruction de la Syrie. Mais tout ce que je te demande en tant que citoyen français souhaitant que notre pays reste digne et honorable au moins en apparence, c'est de bien vouloir fermer ta gueule quand tu autorises ou ordonnes que des saloperies soient faites en territoire étranger avec les moyens de l'Etat français. 
Arme chimique sympa et autorisée

Un autre point dont tu ne sembles pas au courant (c'est à se demander si tu es réellement ministre des affaires étrangères), c'est que la destruction de l'essentiel de l'arsenal chimique syrien a été terminée en 2014 et cela sous la supervision des Américains ! Alors avec quel genre d'arme chimique soupçonnes-tu l'armée régulière syrienne de procéder à de telles opérations ? Des boules puantes ??? Des gaz lacrymo piqués à nos CRS ???

Par ailleurs, ne voyant aucune différence entre les dégâts produits par un obus sur une place de marché ou un missile ayant quelques molécules de gaz Sarin pour trucider quiconque sera au mauvais endroit et au mauvais moment, je reste toujours interdit sur ce désir de vouloir humaniser les méthodes de mise à mort. Y'aurait-il une guerre propre ? Des guerres joyeuses et sans souffrances ?  Des armes sympas et humanitaires et d'autres moins "fun" pour la morale ? Les bombardements au Yemen, c'est plus propre que des attaques chimiques ?

Allons un peu plus loin encore : Supposons que la Syrie soit toujours dotée d'armes chimiques (qui à l'égale des autres armes bactério-chimiques et nucléaires, sont plus défensives et dissuasives que vouées à être réellement offensives), qu'est-ce que cela peut bien nous foutre à nous Français, qui sommes tout de même dotés de la bombinette nucléaire ? Faut-il que l'on exige de l'armée régulière syrienne qu'elle n'use que de lance-pierres pour répondre aux terroristes (subventionnés par la France) sur son territoire ? Tiens d'ailleurs à ce sujet, si la Syrie était une puissance nucléaire, tu oserais raconter toutes les conneries que tu as prononcé sur ce pays et son gouvernement depuis des années ? De la même façon, si Evo Moralès avait été le président d'une puissance nucléaire à l'époque où tu étais Ministre de la Défense, tu aurais contre-signé la directive qui permettait de fermer l'espace aérien à son avion début Juillet 2013 en violant expressément les Conventions de Vienne sur ce sujet ? Pourquoi cette différence de traitement entre les Etats ? Y'a d'un côté les petits pays dont les gentils civilisateurs blancs peuvent faire ce qu'il veulent et y'a ceux face auxquels on se couche ?

Par ailleurs très cher Jean-Yves, comme tu n'en es jamais à une connerie près, tu as osé évoquer des ingérences de l'Iran et d'autres pays en Syrie récemment :

La France exige le retrait de "tous ceux qui n'ont rien à faire en Syrie", "y compris les milices iraniennes, le Hezbollah", a déclaré mercredi Jean-Yves Le Drian.

Le petit détail que tu sembles oublier, c'est que le soutien apporté par l'Iran, le Hezbollah et même la Russie à la Syrie est accepté et même réclamé par le gouvernement syrien légitime. Là où les ingérences bien françaises en Syrie, notamment au-travers du financement du terrorisme sur place (Art. 421-2-1 et 2 du Code Pénal pour rappel) ainsi que le soutien diplomatique et financier du pseudo Conseil National Syrien n'était en rien attendu par la Syrie. 

Et l'on peut même dire que la France était marginalisée dans le concert des nations, si l'on tient compte que 181 Etats sur 193 (la vraie Communauté Internationale en somme) n'avaient pas reconnu cette instance factieuse soutenue par quelques pays occidentaux et... les pays arabes qui  "interviennent diplomatiquement très fortement sur la question syrienne". Par ailleurs, il n'existe aucun droit d'ingérence. C'est bien un crime dans le droit international, et ça l'est tout autant du point de vue de notre Constitution (je te conseille vivement la lecture du préambule de la Constitution de 1946 à ce sujet). Par exemple, lorsque le 22 Novembre 2015 tu expliquais sur la Radio Europe 1, que tu comptais donner l'ordre à nos chasseurs d'aller bombarder la ville de Raqqa en Syrie, tu avais demandé l'autorisation au Gouvernement Syrien ? 

Non ???

Ou alors, si tu peux vraiment pas t'empêcher de l'ouvrir, tu balances tout dans leur réalité la plus brutale qui soit : les ingérences françaises, anglaises, américaines, israéliennes ou saoudiennes, tu en parles autant que celle des Etats et groupes armés alliés à la Syrie. On sait (je veux dire les gens un tant soit peu intéressés à la géopolitique, donc t'es pas concerné rassure-toi) que les israéliens et les américains font joujou avec les velléités indépendantistes des Kurdes, qui comme c'est constamment le cas depuis des décennies, resteront toujours les couillonnés de l'Histoire. Cela fâche un peu Erdogan, mais tu ne semblais pas très ennuyé lorsqu'il facilitait la libre circulation des djihadistes (notamment français) à destination de la Syrie ou au contraire lorsqu'ils étaient sur le retour en France. Quand Erdogan invectivait Bachar Al Assad, on t'as pas vu moufter. Quand Israël détruit impunément des cibles militaires syriennes, pas même un petit rappel aux règles du droit international. Merde, je trouve vraiment que tu as une morale à géométrie variable. Sans doute la même que ta copine Florence Parly qui répond avec un peu de légèreté (du genre "ça arrive, c'est pas grave") quand on lui fait remarquer que des armes vendues aux Saoudiens contribuent à tuer des civils Yemenites.

Bon écoute mon con, pour conclure, je pense tout de même que tu es un pur salopard qui mérite de finir ses jours en prison vu les hectolitres de sang que tu as sur les mains. Non seulement du fait de tes saloperies (et celle de Hollande et Fabius bien sur) en Syrie, mais aussi parce que ces dernières ont entraîné en retour des vagues de terrorisme en France ayant mis au tapis plusieurs centaines de nos concitoyens. Si la France avait poursuivi sa politique arabe telle qu'elle était conduite sous le mandat de Chirac, nous serions toujours bons copains avec les pays arabes laïcs, nous aurions encore la sympathie des palestiniens que je préfère de très loin à l'ingérence continuelle des israéliens que ce soit dans notre parlement, nos médias ou au sein d'autres institutions sensibles de la France. Et plus que certainement, par une politique soucieuse de respecter la souveraineté des Etats et leur intégrité territoriale, les fous de Dieu n'auraient pas de raisons objectives de considérer que la France contribue à faire couler le sang en terre islamique. Il n'y a pas d'autres moyens de lutte contre le terrorisme que la prévention, et notamment dans les choix de politique étrangère et intérieure qui sont faits. Tu étais et es encore aux responsabilités et c'est aussi ce qui fait que tu feras partie des ordures qui seront un jour jugées et sévèrement punies lorsque nous aurons rétabli l'Etat de Droit en France.

Avec mon indicible mépris,

Sylvain Baron

dimanche 21 janvier 2018

Projet de Traité établissant le protectorat de la France sur la Bande de Gaza, et portant reconnaissance de l'Etat palestinien.

Attendu qu'au terme de la résolution de la première guerre mondiale, le Royaume-Uni par le mandat qui lui était conféré sur l'administration provisoire de la Palestine, n'a pas su en son temps mettre en oeuvre les conditions nécessaires à l'autodétermination du peuple palestinien sur le territoire dont il avait la charge ;

Attendu que l'Etat d'Israël a pu s'instituer par des pratiques douteuses et immorales, en profitant d'une absence de garde-fous juridiques sur le mandat de classe C dont disposait le Royaume-Uni sur la Palestine ;

Constatant que depuis lors, l'Etat d'Israël ne cesse de violer le droit international et d'opprimer les populations arabes dépendant des territoires qu'elle occupe par voies militaires ;

Constatant que le peuple palestinien n'a jamais cessé de lutter pour faire valoir légitimement son droit à l'auto-détermination ;

Constatant par ailleurs que l'Etat d'Israël pratique des ingérences au sein même des institutions françaises en toute impunité, et que l'honneur et la dignité de la nation française doivent être rétablis avec toutes les mesures qui s'imposent ;

Considérant que la résolution du conflit israélo-palestinien à une portée géopolitique considérable sur l'établissement de la paix au Moyen-Orient ;

Résolus à faire cesser une grave crise humanitaire et établir la sécurité des habitants de la Bande de Gaza ;

Il est institué entre nos deux nations, la convention suivante :

Article 1

Le présent traité institue un protectorat français à vocation strictement militaire sur la bande de Gaza, et porte reconnaissance de l'Etat palestinien dans ses frontières d'avant 1967.

La France par ailleurs, continue de considérer que le plateau du Golan est occupé illégalement par l'Etat d'Israël, et réaffirme son soutien au peuple syrien face à cette occupation arbitraire. 

Article 2

Les autorités palestiniennes acceptent le débarquement de soldats français sur le territoire de Gaza, et délèguent à la France l'autorité militaire pour ce qui relève de la sécurisation des frontières entre la bande de Gaza et l'Etat d'Israël. 

Le présent traité ne porte pas sur la sécurisation de la Cis-jordanie.

Article 3

L'autorité palestinienne reste la seule compétente pour tout ce qui concerne les affaires de police, de diplomatie, de commerce et autres politiques publiques émanant de sa propre souveraineté.

La France peut toutefois à la demande de l'autorité palestinienne, apporter son soutien dans le développement économique et infrastructurel  de la Palestine, ainsi qu'appuyer son action diplomatique au sein des instances internationales.

Article 4

Afin de faciliter les échanges entre l'autorité palestinienne et le gouvernement français, une ambassade sera installée dans la ville de Gaza. 

Y siégera un ambassadeur français et son administration consulaire, ainsi que le gouverneur militaire en charge de faire respecter l'intégrité territoriale de la Bande de Gaza

Article 5 

Les autorités palestiniennes s'engagent à faire respecter les conditions nécessaires à l'établissement d'une paix durable ainsi qu'un règlement diplomatique définitif du conflit qui l'oppose à l'Etat israélien, en adoptant toutes les politiques publiques nécessaires en matière de prévention, de police et de justice sur son territoire, cela à l'encontre de tout individu ou groupe d'individus de nationalité palestinienne, souhaitant porter atteinte à la sécurité d'Israël.

Article 6

La France s'engage à sécuriser militairement l'ensemble de la Bande de Gaza et considère que toute atteinte à l'intégrité territoriale de ce territoire, constituerait une agression délibérée contre la France elle-même. 

Les troupes et matériels militaires affectés à la défense de la Bande de Gaza, ont le devoir de répondre immédiatement à toute agression par voie aérienne, maritime ou terrestre émanant de l'Etat israélien ou d'un Etat tiers. 

Article 7

La France soutient toutes les actions diplomatiques entreprises permettant d'aboutir à une paix durable entre les autorités palestiniennes et israéliennes.  

Dans ce but, la France considère avec bienveillance toute résolution du conflit qui aboutirait à l'une des situations suivantes :

- La reconnaissance mutuelle de deux Etats séparés à partir des frontières établies avant 1967, et dont aucune des parties ne pourrait revendiquer Jérusalem pour capitale.

- La fusion définitive des actuels Etats palestiniens et israéliens au-travers d'un grand Etat pluri-confessionnel, laïc et démocratique de Palestine réunifiée, dont la capitale pourrait éventuellement être Jérusalem

- La reconnaissance du statut de ville libre ou ville-Etat s'agissant de Jérusalem, qui soit indépendante des deux solutions mentionnées aux alinéas précédents.

Toutefois, la France s'abstient d'imposer une quelconque de ces solutions dans les négociations diplomatiques entre les deux parties tributaires de conflit, et approuvera toute solution de paix durable qui fasse consensus pour les autorités palestiniennes et israéliennes.

Article 8

Le présent traité s'éteindra soit au terme d'un accord définitif de résolution du conflit entre les actuels Etats palestinien et israélien ; soit au terme de la septième année après la date anniversaire de sa ratification par le gouvernement provisoire de la République française et l'autorité palestinienne.

Le traité de protectorat pourra être renouvelé sous couvert qu'un référendum en dispose en ce sens pour les habitants de la Bande de Gaza, dès lors qu'aucune résolution du conflit n'aura pu être trouvée entre les actuels Etats palestinien et israélien.

Article 9

La présente convention sera soumise à la ratification du gouvernement provisoire de la République française, et l'instrument de la dite ratification sera remise à l'autorité palestinienne dans les plus brefs délais, sitôt que :

- Un référendum aura été organisé au sein de la Bande de Gaza et aura débouché sur l'approbation populaire des termes du traité.

- Que le gouvernement provisoire de la République française aura été institué grâce à l'oeuvre de résistance du peuple français, avec le soutien des nations amies de la France. 

Fait à Bordeaux le 21 Janvier 2018

jeudi 18 janvier 2018

Je voudrais être fou

Lorsque par delà le son lugubre du tocsin qui sonne, tout me renvoie à mon impuissance politique ; lorsqu'un oligarque annonce une prochaine mesure dans le cadre de la guerre qui est livrée au peuple ; lorsque je constate que mes frères d'armes geignent et s'indignent tout en se terrant dans leurs chaumières ; lorsque les fanatiques obtiennent toutes les attentions médiatiques pour débiter leur haine de la nation : il m'arrive parfois de vouloir devenir fou.

Oubliées les inhibitions et les conditionnements qui m'assagissent... Me voila libre ! Libre d'agir sans morale et sans lois à même de contenir on immense colère. Libre de tuer, détruire et recommencer encore et encore, jusqu'à ce que plus un seul traître, ni un seul technocrate bruxellois ne soit en mesure de porter atteinte à la France. Me voila dégagé de toutes les entraves de la civilisation. Je suis l'Homme nouveau, celui qui murmure depuis l'avenir sa présence, dans les décombres que nous lui préparons aujourd'hui.  Je suis celui que l'oligarchie encense. L'Homme d'une tribu et centré sur son propre plaisir. L'Homme qui n'écoute que sa haine et ses pulsions, et impose son ordre au reste du Monde. je suis l'Homme jouissant de ses désirs sans que les filins de la Raison ne puissent le retenir.  Désormais, l'on me retrouve faisant irruption dans les bureaux de Babel, pour y jeter grenades et cocktails Molotov jusqu'à ce que la fumée et les cendres soit le nouveau décor de ces lieux autrefois ternes et froids. Au diable les innocents, pourvu que les salauds meurent ! Pas une once de pitié en mon fort intérieur, aucun râle d'agonie ne suscitera ma compassion. Me voila déjà ailleurs, quelque part dans Paris. Je suis le tueur à la balle et au couteau, éteignant la lumière des pires félons de notre pays.

Partout, les sirènes hululent, mais je suis rapide, méthodique et organisé dans ma folie. Ils ne m'arrêteront pas. L'Homme ivre de sa toute puissance enfin révélée, suscite les angoisses les plus profondes dans les allées du pouvoir. Les journalistes m'ont déjà affublé d'un surnom, tout en ignorant qu'eux aussi vont subir mon courroux. Je suis l'Homme libre vous dis-je, et plus aucune loi ne me retient. Les sièges sociaux des grands journaux et des grands médias audiovisuels publics et privés ne sont désormais plus que ruines fumantes. J'ai tout plastiqué.

Dans les quartiers populaires, on me glorifie et l'on imagine que je soutiens les émeutes qui déjà prennent de cours policiers et militaires. La guerre civile est déclarée. Les bobos se terrent dans leurs duplex et pavillons bourgeois. Si j'en croise un, peut-être que lui aussi je le supprimerais. Qu'on ne me parle plus de sa petite communauté et de ses passions hystériques, ou ma lame aiguisée s'enfoncera dans les entrailles du vil collabo qui croyait susciter mon amitié. Rien n'est plus dangereux qu'un Homme libre.

C'est alors que l'on mettra enfin la main sur moi, et qu'une cohorte d'hommes en uniforme et équipés de casques lourds, pointeront leurs armes sur mon front. Je regarderai une ultime fois Paris brûler, savourerai quelques instants l'aube de ce dernier jour, pointerai mon arme vers ces hommes qui me tiennent en joue, et au son du crépitement de leurs fusils d'assaut, je jouirais une dernière fois du bleu du ciel en m'effondrant sur le sol. Enfin je pourrais tirer ma révérence à ce corps qui fut dans l'intensité de ces derniers jours, le vecteur de ma toute puissance politique.

Les traîtres sont morts et moi aussi. Peut-être alors, naîtrais-je à nouveau en France, et grandirais-je dans un pays à nouveau libre. 

***

Alors seulement, je ré-ouvre mes yeux, contemple les murs décrépis de mon abri misérable, constate que ma vieille guitare cabossée est toujours là. Elle m'appelle à me calmer sur ses cordes fatiguées. Je l'ignore et reprends mon étude d'une loi, d'un traité ou d'un crime commis par les puissants en investiguant dans les moindres parcelles du cyber-espace. Je bois une gorgée de mon café trop noir, avant de marteler les touches de mon clavier à nouveau.

La Raison doit vaincre les salauds, et les lois autant que les symboles doivent demeurer notre glaive. Nous sommes en enfer, et l'oligarchie est trop veule pour nous défier frontalement avec des armes létales. Ne pas céder à la rage qui noue mes entrailles, rester digne et désespérément raisonnable pour gagner la confiance du peuple et mériter autant que faire se peut, le respect de mes camarades. Si demain la guerre est perdue et que la France disparaît, je ne me sacrifierais pas pour un peuple qui finalement voulait mourir et léguer à ses enfants les abîmes que creusaient les puissants. Je partirais dans un pays qui regarde vers l'avenir et où la Souveraineté n'est pas un mot désuet. Le cœur déchiré et les rides à l'âme, je tenterais d'oublier dans les langueurs tropicales d'un continent si souvent parcouru en songe, la douleur d'une guerre perdue. Comme nos aïeux qui l'ont vécu ici dans d'autres heures si sombres de l'Histoire, je n'en parlerais plus. Je laisserais le soin aux historiens de raconter :

Il était une fois : la France.


lundi 15 janvier 2018

Stop à la propagande de l'U.E à l'école !

Madame le Maire,

En date du 15 janvier 2018, je vous informe avoir soustrait de la façade de l'école élémentaire Pierre Dufour, situé au 59 rue Grouès à St André de Cubzac, un drapeau européen que je vous remets ce jour en annexe de ce courrier.

Je tenais ici à faire valoir mes explications et mises en garde à ce sujet :

Les juristes s'accordent tous à reconnaître le caractère vulnérable de l'enfant, que ce soit sur sa condition physique, sa dépendance aux soins prodigués par les adultes, mais aussi sur sa maturité intellectuelle. A ce titre, différentes lois, qu'elles soient inscrites dans le Code de l'Education ou dans la Convention Internationale relative au droits des enfants, invitent à tenir compte de cette vulnérabilité et permettre par l'instruction publique, à donner les bases nécessaires à l'enfant pour qu'il puisse développer son exercice critique à partir d'un socle de connaissances minimum.

Nous conviendrons ici que les enfants ayant moins de 15 ans, voire au-delà, ne disposent donc pas des capacités intellectuelles et des connaissances nécessaires pour appréhender les volontés politiques et idéologiques des adultes. Que ces derniers fassent partie de la communauté éducative (parents et enseignants) ou même du personnel politique, toujours prompt (notamment depuis ces dernières années) à faire entrer dans l'école, un certain nombre de considérations idéologiques particulières sous couvert des « valeurs » de la République.

Je témoigne ici directement de ces inclusions idéologiques au sein de l'école, au-travers de la Loi Anicet Le Pors qui déresponsabilise les fonctionnaires (et en particulier les enseignants) quant à la distinction qu'ils doivent opérer entre leurs considérations politiques personnelles et leur mission de service public ; la récente introduction de l'idéologie du « genre » à l'école durant le mandat de François Hollande ; la volonté de certains enseignants de déstructurer la langue française ayant même nécessité un rappel à l'ordre de notre actuel ministre de l'éducation ; la défaisance progressive de l'enseignement de l'Histoire et les considérations idéologiques qui l'accompagnent ou encore pour ce qui concerne l'objet de mon interpellation, l'article L111-1-1 du Code de l'Education, prévoyant le pavoisement du « drapeau européen » sur les façades des établissements scolaires.

Si l'on constate que la majorité des citoyens français ayant atteint l'âge de maturité, sont pour l'essentiel très mal formés à la philosophie du droit et méconnaissent même les principes établis par notre bloc de constitutionnalité, il va de soi que les enfants ne peuvent pas eux-mêmes comprendre ce qui relève de l'idéologie politique pure, et ce qui relève réellement des intérêts fondamentaux de la nation.

Ainsi, le principe de Souveraineté Nationale, sanctuarisé par le Titre premier de notre Constitution, mais aussi évoqué dans nombre de textes internationaux relatifs aux Droits de l'Homme et portant reconnaissance au principe d'auto-détermination des peuples, suppose d'être enseigné pour être compris, et pour le moins être connu de tous. Et si la majorité de nos concitoyens ignorent ce qu'est la Souveraineté Nationale, c'est évidemment parce que son principe n'est pas enseigné, mais qu'en outre, ils subissent une propagande tonitruante de la part des médias et politiciens sur le caractère indépassable de la « construction européenne ».

L'idéologie européïste niant spécifiquement la Liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes et abolissant la Souveraineté des nations enclavées dans ces traités scélérats, est donc une considération politique marginale et propre à une représentation politique elle-même idéologisée et félonne à ses devoirs édictés par l'article 4 de notre Constitution :

« Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie ». 

Je vous rappelle pour mémoire, que si l'essentiel de notre représentation politico-médiatique a milité pour nous faire accepter le projet de Traité Constitutionnel Européen, que les Français se sont prononcés à plus de 55 % par référendum (réputé décisionnel en France) contre ce projet. Le Traité de Lisbonne qui reprend la presque totalité des articles de ce traité a malgré tout été adopté, ce qui constitue une trahison et un viol explicite de la Constitution. 

Toujours est-il que la France n'a jamais reconnu dans l'article 52 des déclarations annexées aux Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne, les symboles de l'U.E, tels que « le drapeau européen » ; « l'euro » ; « la journée du 9 Mai » et « l'hymne à la joie ». De la même façon, l'article second de notre Constitution ne reconnaît qu'un seul emblème pour symboliser l'unité du peuple français : le drapeau bleu, blanc rouge. Le drapeau européen lui-même n'est pas un emblème national, puisque l'U.E n'est pas un pays. Son statut n'est rien d'autre qu'un moyen visuel de propagande.

A ce titre, chaque fois que des élus utilisent le budget de la collectivité pour acheter ces objets de propagande et les faire pavoiser sur des places et établissements publics, cela peut être considéré comme un usage illicite des deniers publics, puisque cela ne sert en rien l'utilité commune, mais vise à imposer les vues idéologiques particulières de ces mêmes élus à la population. Le drapeau européen, a la même valeur qu'un drapeau symbolisant un parti politique ou une religion. Les Français sont très divisés sur la question européenne et tout élu responsable doit en tenir compte. Cette prudence qui doit être exercée face aux symboles politiques ou religieux, est ainsi rappelée dans la circulaire N° 70-416 du 27 Octobre 1970 et disposant que :

"les exhibitions sur la voie publique d'insignes ou d'emblèmes associés aux couleurs nationales, sont d'une manière générale, de nature à compromettre la sûreté et la tranquillité publique ; elles peuvent dont être interdites ;

[…] L'éventualité de l'exhibition ou l'utilisation, sur la voie publique, de l'emblème national, associé à des emblèmes ou insignes présentant un caractère politique ou religieux soit lors de cortèges, défilés et rassemblements, soir lors de quêtes, dans des conditions de nature à entraîner de la part d'une catégorie de citoyens, des réactions créatrices de troubles de l'ordre public [Art. 431-3 du Code Pénal], doit conduire les Maires à refuser d'autoriser ou à interdire la quête ou manifestation envisagée".

Pour en revenir au monde scolaire, l'article L141-6 du Code de l'Education dispose que :

« Le service public de l'enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l'objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l'enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique ».

Étrangement dans cet article de loi, n'est mentionné que l'enseignement supérieur qui pourtant n'intéresse que de jeunes adultes, mais pas les enfants en bas âge. Je vous disais plus haut qu'en bien des façons, que ce soit par les silences de la loi ou au contraire sa rédaction violant des principes constitutionnels évidents, ou au moyen de circulaires encourageant une certaine propagande politique à l'école en fonction des vues idéologiques de nos ministres successifs, il y a une volonté évidente des instances politiques à utiliser le terreau de l'éducation nationale pour idéologiser les enfants, tout en évitant soigneusement de leur apporter des clés de compréhension sur des sujets importants en matière de droits fondamentaux. L'école ne forme plus des futurs citoyens, mais plutôt des futurs consommateurs serviles et dénués des savoirs minimums sur ce qui constitue l'essence de la démocratie ou de leur lien avec leur pays.

Pourtant, la Convention Internationale relative aux droits de l'enfant dans son article 8, tout en rappelant dans ses attendus qu'elle se réfère à la Charte des Nations Unies et au Pacte International relatif aux droits civils et politiques de l'ONU – textes reconnaissant tous deux le principe d'auto-détermination des peuples – édicte que :

“Les Etats parties s'engagent à respecter le droit de l'enfant de préserver son identité, y compris sa nationalité” 
Madame le Maire,

Je suis conscient que même s'agissant de nos élus locaux, la maîtrise de ces notions fondamentales est toute aussi altérée que pour la plupart de nos compatriotes, et qu'il y a parfois un caractère moutonnier à faire appliquer des lois violant les principes les plus sacrés des droits de l'homme et de notre Constitution. Non une intention formelle de nuire.

Cependant, j'estime à travers ce courrier qui malgré sa longueur, reste très avare de bien des lois que je pourrais mentionner ou explications et citations de textes majeurs de la philosophie du droit, vous avoir fourni les éléments nécessaires à votre bonne compréhension du problème soulevé ici. 

Que nos élus et journalistes de propagande s'acharnent à vouloir “européïser” les électeurs est une chose. Mais que cette idéologie politique violant expressément l'article 4 de la Constitution sur la Souveraineté Nationale, s'introduise à l'école tant dans les programmes scolaires que dans des symboles ostensibles visant à faire accepter insidieusement “l'évidence” inébranlable de l'Union européenne sur nos vies, cela n'est pas acceptable. Cette propagande est en soi suffisamment immorale – et même anti-constitutionnelle – s'agissant des publics adultes sensés disposer des connaissances et facultés critiques pour comprendre les enjeux, mais elle s'avère proprement scandaleuse vis à vis des enfants qui restent des êtres vulnérables à tous les conditionnements idéologiques.

Pour cette raison, je vous remets ci-joint le “drapeau européen” que j'ai donc retiré de la façade de l'école publique mentionnée plus haut, et vous invite à ne pas le faire ré-accrocher. Auquel cas je m'engage de toute façon à le retirer à nouveau, autant de fois qu'il sera nécessaire. Je suis tout à fait prêt à répondre de mes actes au niveau judiciaire si besoin était. Vous comprendrez qu'étant éduqué sur les lois, je n'aurais pas de mal à faire valoir mes arguments, et même invoquer le droit de résistance à l'oppression afin de réclamer du juge qu'il fasse parvenir une question prioritaire de constitutionnalité au Conseil Constitutionnel, quand bien même je considère cette institution elle-même corrompue.

Loin de vouloir engager un rapport conflictuel, je suis bien au contraire disposé à tout entretien avec vous sur ce sujet, si des précisions vous sembleraient utiles pour étayer vos connaissances. De la même façon que je suis disposé à participer à un débat public ou une conférence permettant à vos administrés d'être avertis sur ces questions. Enfin, je puis aussi avec votre aimable recommandation, proposer aux enfants des ateliers d'éducation civique permettant à ces derniers de faire connaissance avec le principe de souveraineté nationale, son historique, les lois qui l'encadrent, son lien intrinsèque avec la démocratie et avec la légitimité des lois qui assujettissent une nation ; et dans le cadre pédagogique le plus neutre que possible, expliquer pourquoi l'U.E est si contestée par une grande part de la population, notamment au regard des choix économiques édictés par les traités, et bien évidemment s'agissant des dépossessions de souveraineté qui en découlent.

Je tiens enfin en conclusion à évacuer de votre esprit toute idée soutenue par la propagande, sur le fait que la défense de notre souveraineté relèverait spécifiquement de considérations idéologiques de l'extrême droite (d'autant qu'historiquement, c'est une idée développée par la gauche) ou encore que tout patriotisme pragmatique, relèverait du “repli sur soi” ou autre slogan de propagande du même acabit.

Dans l'espoir que vous comprendrez les ressorts de mon acte et que vous entendrez parfaitement à quels grands principes constitutionnels je me réfère, veuillez accepter Madame le Maire, l'expression de ma considération républicaine.

Sylvain Baron

Secrétaire national de l'association “Les Décrocheurs”


















samedi 13 janvier 2018

Pensée simple face à un passé complexe

Pour chaque génération, il se trouve des génies qui viennent éclairer l'humanité de leur puissance cognitive et de leurs idées révolutionnant des concepts que l'on croyait définitivement établis. Notre époque n'échappe pas à cette règle, et toutes les disciplines sont concernées : les sciences pures comme les sciences sociales, les arts et la littérature. 

En matière politique pourtant, et cela du fait d'une contrainte propre à cet univers particulier de la vie des Hommes, les esprits les plus féconds restent le plus souvent cachés, et meurent sans jamais avoir pu exprimer tout leur puissance au profit de l'intérêt général. Pour illustrer mon propos, il suffit de me référer à un exemple historique suffisamment évident pour mettre en lumière cette difficulté : 

Admettons que le Général de Gaulle n'ait eu d'autres fonctions politiques que celles dévolues à un député ou à un conseiller général : aurions-nous pu dès lors constater son génie politique ? A n'en pas douter, les Français n'auraient jamais rien su de ce dont il était réellement capable si telle avait été sa trajectoire politique dans cette uchronie. En politique, la puissance et le talent d'un Homme, ne se révèle qu'aux plus hautes fonctions de l'Etat, celles où il s'agit de décider et non pas de contribuer à la législation ou à réformer un domaine particulier de la vie publique. Car ici, il s'agit bien de mettre en cohérence un ensemble de choix politiques, économiques, diplomatiques et militaires tendant vers une certaine harmonie, mais pas seulement. Il faut en outre les assumer et au-delà des plus belles idées que l'on théorise, il faut réussir à les mettre en application et justifier de leur succès quelques années à peine après leur mise en oeuvre. 

Ainsi donc, puisque la fonction suprême reste inaccessible aux plus grands esprits l'essentiel du temps, nous ne voyons apparaître des souverains exceptionnels que durant des moments tout aussi exceptionnels de l'Histoire. Pourtant, la France, terre si fertile pour enfanter des grands esprits, pourrait tout à fait hisser à son sommet de façon plus régulière, des femmes et des hommes visionnaires, habiles et irrémédiablement portés sur l'intérêt général, si toutefois nos institutions avaient été dessinées pour que corrupteurs et parvenus, cyniques et médiocres filles et fils de, se trouvaient naturellement empêchés d'accaparer les mandats les plus essentiels à la vie politique française.

Puisque la Vème République est l'un de ses legs à la nation, on pourrait donc relativiser ici le génie du Général de Gaulle, qui quand bien même avait compris que le régime des partis était de nature à promouvoir les fanatiques et les traîtres, nous a laissé en héritage une Constitution qui dès son article 4, rendait aux partis politiques le pouvoir de s'accaparer les rênes de la France :

"Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie".

Mais l'on constatera qu'en tous lieux et en toutes époques, les plus grands qui eurent un jour à gouverner une nation, eurent rarement le loisir de faire table rase d'un passé immensément complexe ne pouvant qu'altérer leur volonté propre. Cela du fait qu'un pays n'est pas un système mécanique malléable au gré des concepts, mais bien un système humain noyé dans ses us et coutumes, ses repères culturels et politiques où fourmillent toutes les tendances les plus viles en chacune de ses composantes. Le génie pour un chef d'Etat, consiste à manœuvrer dans ces eaux troubles pour faire advenir l'essentiel, c'est à dire la garantie de la paix perpétuelle, ainsi que des progrès sociaux, économiques et démocratiques substantiels par rapport à une époque donnée.  La politique est sans doute la seule discipline où le génie ne peut s'imposer dans toute sa puissance, tout simplement parce que d’innombrables volontés humaines s'opposent à sa pleine réalisation.

De Gaulle nous a tout de même laissé en héritage la dissuasion nucléaire garantissant une paix de très long terme ; le suffrage universel pour élire le chef de l'Etat ainsi que des progrès sociaux et économiques substantiels. Sa vision était à spectre large, son autorité respectée par une frange importante du peuple, et sa volonté de servir l'intérêt général absolument indéniable.

Aujourd'hui en 2018, nous approchons du moment critique où l'Histoire va à nouveau souffler ses bourrasques les plus sanglantes, après une phase de long déclin qui avait fini par susciter l'apathie du peuple. L'étincelle qui allumera tous les brasiers futurs va advenir, parce que les circonstances politiques et sociales s'y prêtent tout simplement :

- Un énième félon s'est installé au pouvoir avec le soutien de médias corrompus et de puissances financières, industrielles et étrangères particulièrement prédatrices. Ce dernier qui se réclame d'une "pensée complexe" est en fait un banal cancrelat sans vision et engoncé dans thèses libérales et mondialistes désormais surannées. A l'instar de ses deux derniers prédécesseurs, la majorité du peuple lui dénie toute légitimité à ses fonctions. Ce dernier étant cependant encore plus arrogant que les autres, il creuse lui-même sa tombe politique et probablement judiciaire...

- La pauvreté et la précarité ne cessent de croître en notre pays du fait même de cet ordre libéral et mondialiste, ce qui est le terreau social essentiel de toutes les révolutions.

- Le conflit intergénérationnel qui oppose la jeunesse à ses aînés sur le plan politique va bientôt se terminer avec le décès de ces derniers au cours des prochaines années. Il faut bien entendre ici, que c'est la tranche d'âge 60 - 80 ans qui vote toujours pour les mêmes salopards, est fermement convaincue que "la construction européenne" est un projet universaliste indépassable, et qui du fait d'avoir jouis des 30 glorieuses au point de se constituer un patrimoine assurant son confort matériel et moral d'aujourd'hui, ne comprend pas pourquoi la jeunesse conteste l'ordre libéral qui n'impacte que la population active d'aujourd'hui.

- Sur le plan géopolitique, l'Union européenne poursuit lentement mais surement son déclin. Le Royaume-Uni, troisième contributeur net de cette usine à gaz va tirer sa révérence dès le début de l'année prochaine, et nombre de menaces existentielles augmentent pour l'U.E  avec une Italie au bord de la banque-route ; une Espagne qui voyant son unité se fragmenter risque de la retrouver par une poussée nationaliste nécessaire dans les prochaines années ; des pays baltes qui ne cachent pas que l'U.E n'a vocation qu'à servir leurs intérêts nationaux mais certainement pas dissoudre leur souveraineté ou altérer leur budget de fonctionnement, et bien sur, une France qui n'en déplaise aux déclinistes de mon propre pays, reste le pays le plus politisé et contestataire de cet ordre établi, au sein même de sa population. Quatre formations politiques réclament la sortie de l'U.E et l'OTAN en France ; trois autres contestent les formes de l'U.E actuelle ; notre dissidence est même déjà ancrée dans l'étape d'après, en faisant vœu d'établir un processus constituant. Ceux qui comme moi ont des contacts dans d'autres pays enclavés dans l'U.E, savent que les Français sont les champions de la contestation de cet ordre mondialiste en Europe. 

- Enfin, tout au plus d'ici 10 à 15 ans, les pénuries de matières premières et notamment énergétiques, vont commencer à se faire ressentir de façon très douloureuse, ce qui ne peut que faire anticiper toutes les crises sociales et militaires les plus sévères de demain. Nous sommes si conscients des enjeux, qu'une part de notre volonté de restaurer l'Etat, suit une logique de reprise de contrôle de notre destinée commune face à ces périls mortels qui menacent la nation.

Pourtant, en apparence, l'inertie semble l'emporter sur la nécessité révolutionnaire. En apparence seulement, car dans des centaines de milliers de foyers, des femmes et des hommes brûlent d'un désir ardent de balayer une oligarchie toute entière. Et si chacun préférerait que ce moment de transition se déroule sans trop de heurts, personne ne souffrira que la Révolution soit accouchée dans la douleur. En particulier pour ceux qui en subiront tous les affres : soit les puissants d'aujourd'hui et leurs supplétifs contre-révolutionnaires constitués en milices ("black bloc", "antifas", etc) ou partis véhiculant leur haine de la nation et de notre unité. Si parmi ces gens, certains devaient périr de notre colère trop longtemps contenue et brusquement exultée, par avance, nous nous excusons de ne pas nous en émouvoir et considérer que ce sera un mal bien nécessaire. 

Si l'on pourrait considérer que le fait révolutionnaire véhicule lui-même une grande part de complexité, sa réalité part pourtant d'une pensée simple : une minorité agissante se décide à prendre la rue et ne plus la quitter, tant que la tyrannie du moment n'est pas destituée. Moi-même, je ne révolutionne strictement rien dans la philosophie politique, en me faisant le chantre de la Révolution jusque dans les formes stratégiques que je propose : occuper l'espace médiatique par un rapport de force engagé avec les journalistes du service public de l'information eux-mêmes, de telle façon à avertir le peuple que l'insurrection a débuté, qu'il est désormais temps d'instituer une grève générale et occuper avec nous les places et bâtiments les plus pertinents, cela jusqu'à ce que la chute du gouvernement soit rendue effective. La seule nouveauté que j'apporte - pour le moins en France, mais cela n'est pas vrai dans le reste du monde - c'est cette nécessité d'assiéger un grand média public, et qui plus est, dans le plus pur respect de l'état de droit. Cela afin de désarmer l'adversaire de tout recours légal à la force publique contre nous. Les révolutionnaires authentiques SAVENT qu'ils leur faut s'associer la complaisance voire la collaboration des institutions régaliennes de leur pays, c'est à dire en premier lieu l'Armée et si possible la police. Car un peuple ne défait pas sa représentation politique directement. L'Armée cesse simplement de lui obéir dès lors que cela suffit à restaurer l'ordre public. Pleinement conscients de cette logique institutionnelle, les révolutionnaires souhaitent donc créer un désordre... dans la discipline. Car sans rigueur opérationnelle, la Révolution échoue, à minima dans sa transition politique espérée. 

Mais l'impulsion révolutionnaire reste d'une simplicité enfantine. C'est le seul moment où finalement, le peuple se fait réellement souverain collectivement, en ce sens que sa dissidence éclairée se DÉCIDE enfin à entamer sa légitime insurrection. Ça n'est rien d'autre qu'une décision collective. Ceux qui prennent cette décision n'ont pas besoin de grandes théories politiques ou d'analyses subtiles des difficultés du moment, pour ressentir en eux cette pulsion révolutionnaire qui les appelle. Cela parce que durant toutes les années où la Révolution couvait dans les chaumières, chacun s'éduquait et nourrissait de grands débats politiques pour l'avenir. Ce qui signifie que chacun part en conscience des choses et des réformes à produire au moment même de prendre la rue. La Révolution s'apparente plus à une opération militaire qu'à une discussion politique. C'est avec son corps et sa VOLONTÉ que l'on fait la Révolution, pas avec de grandes théories.

Lorsque celle-ci aboutit finalement, on assainit l'essentiel des problèmes politiques du moment non pas avec des lois nouvelles, mais simplement en purgeant les institutions des traîtres et corrompus qui la composent. C'est aussi d'une simplicité enfantine dans son idée, quoi que sa réalisation suppose un certain nombre de difficultés à lever. Des dizaines de milliers de problèmes problèmes politiques réglés en quelques jours par une purge propre et sans bavure, n'est-ce pas la quintessence de la simplicité ? Au final, la complexité de la politique refait son apparition quand toutes les étapes décrites ci-avant, ont été respectées par les révolutionnaires. 

En conclusion, je souhaite à travers ce billet, d'une part maintenir mon appel à tenir le siège de la Maison de la Radio (s'inscrire sur ce lien) pour ce qui constitue la première étape opérationnelle et stratégique que nous devons faire aboutir, mais plus globalement, rappeler à chacun que l'on ne fera table rase d'une situation politique particulièrement complexe et destructrice, qu'avec la simplicité de notre décision. La révolution ne tient qu'à ça : que chacun se décide à y œuvrer. Et je vous appelle donc clairement à vous décider enfin.

"Pensez printemps !"

jeudi 11 janvier 2018

A quoi cela sert-il d'écrire à la présidence de la République ?

Dans une précédente publication, je reproduisais sur ce blog, un courrier accusatoire que j'adressais à Emmanuel Macron par voie postale. En moins de 48 h, plus de 500 partages sur les réseaux sociaux et plus de 20.000 vues ont plus que démontré que le sujet suscite un réel intérêt dans tous les réseaux qui s'opposent à la politique de Macron. Cependant, parmi les commentaires les plus amères ou interrogatifs, j'ai pu déceler un questionnement sur l'intérêt de faire parvenir un courrier à charge, à l'intention de notre "représentation" politique. Je tiens ici à y répondre.

Dans un premier temps, admettons que si 45 Millions d'électeurs se montraient vigilants sur l'action de nos dirigeants, et faisaient part de leur sentiment par courrier ou courriel chaque fois que nécessaire, aucune révolution ne serait indispensable en France. Des milliers de lettres ou mails quotidiens s'accumulant pour exiger des comptes, ça pose un politicien sur les bons rails. En sachant que ces derniers n'ont qu'une seule ambition : survivre et faire carrière. Le but du jeu est donc pour eux de froisser le moins d'électeurs que possible. 

Extrapolons encore. Lorsqu'il s'agit de mettre un élu face à ses crimes (ici, il est entendu qu'on ne parle plus d'orientations politiques), le pouvoir du nombre joue à plein. Imaginons que le courrier que j'ai fais parvenir à Emmanuel Macron, se trouve suffisamment partagé pour que des centaines de magistrats et avocats en France, finissent par en prendre connaissance :  n'y aurait il pas une certaine logique statistique, à ce qu'au moins l'un d'entre eux s'intéresse aux faits et arguments juridiques cités pour investiguer un peu plus, voire lancer quelques procédures utiles ?

Allons plus loin encore. Je suis un révolutionnaire, ce qui signifie en clair que mon combat vise la défaisance du chef de l'Etat et toute l'oligarchie avec. Un révolutionnaire ne manifeste pas contre les lois scélérates qu'impose une tyrannie en place, il veut décapiter directement cette dernière. Mais une telle exigence est tout de même très sensible sur nombre de considérations éthiques, politiques, juridiques et morales qui y font face. En ce sens qu'il serait injuste de ma part de souhaiter la révocation d'un chef d'Etat ou gouvernement qui ne ferait qu'appliquer une politique que je conteste, sans toutefois violer la Constitution ou nous trahir de toutes les façons possibles. En clair, le droit de résistance à l'oppression se légitime tout de même sur des crimes bien réels reprochés à la représentation politique contestée. Pas sur une opposition politique ou idéologique particulière. Or, puisque je suis un révolutionnaire droit dans mes bottes à ce sujet, il parait évident que je me dois de justifier mes vues en caractérisant les crimes commis par les usurpateurs actuellement à la tête de l'Etat. La légitimité de l'insurrection populaire s'appuie sur cette étape préalable et indispensable. 

Une fois les crimes d'une oligarchie définis, il est donc nécessaire de rétablir la normalité républicaine, en mettant tout en vigueur pour obtenir la destitution et le jugement des personnalités décriées. Nos élus adorent se référer à l'Allemagne comme modèle pour établir leurs politiques publiques. Pour ma part, j'apprécie de me référer à la loi fondamentale allemande pour ce qui concerne le droit de résistance, qui dans son article 20 est défini comme suit :


« 1) La République fédérale d'Allemagne est un État fédéral démocratique et social.


2) Tout pouvoir d’État émane du Peuple. Le Peuple l'exerce au moyen d'élections et de votations, et par des organes spéciaux investis des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.


3) Le pouvoir législatif est lié par l'ordre constitutionnel, les pouvoirs exécutif et judiciaire sont liés par la loi et le droit.

4) Tous les Allemands ont le droit de résister à quiconque entreprendra de renverser cet ordre, s'il n'y a pas d'autre remède possible ».

Il faut savoir ici que les juristes considèrent le droit de résistance comme un droit qui légitime la violence insurrectionnelle. La Constitution grecque est très claire à ce sujet par exemple, notamment au-travers de son article 120 :


« l’observation de la Constitution est confiée au patriotisme des Hellènes, qui ont le droit et le devoir de résister par tous les moyens contre toute personne poursuivant son abolition par la violence ».

Evidemment, pour ceux qui connaissent mes dispositions d'esprit, je suis hostile à la violence, d'autant qu'elle n'est pas nécessaire. Cependant, ce que je cherche à faire remarquer ici, c'est un principe important s'agissant du droit de résistance :

Toute action illégale voire violente d'une minorité agissante, doit se légitimer sur le fait que toutes les possibilités légales ont été entreprises auparavant. Ce qui me permet d'en revenir à mon sujet de départ, soit la pertinence qu'il y a à faire parvenir un courrier de remontrance à nos oligarques et au passage, s'assurer que toutes les composantes du peuple soient alertées des crimes et abus commis par la représentation politique. Ainsi, à la suite de ce courrier, je compte envoyer un courriel à l'ensemble de nos députés pour attirer l'attention sur les méfaits de M. Macron. Cela dans le but de les inciter à se constituer en Haute Cour pour juger ce dernier et le destituer. C'est la procédure légale.

Evidemment, nous sommes tous conscients que cela n'adviendra pas sous de telles formes. Mais au moins, nous pourrons dire avoir tenté les options légales en premier lieu, avant de poursuivre sur des modes d'action plus offensifs et populaires. 

Donc pour en revenir à la question de départ, à quoi cela sert-il d'écrire à nos oligarques pour les mettre face à leurs crimes :

1) Se montrer prévenant à leur égard. Je suis un pragmatique : si le moindre effort pour rétablir l'ordre républicain consiste à pressuriser une représentation politique, quand bien même coupable de réels crimes de lèse-nation, je préfère encore cette possibilité (ce qui n'est possible que dans le cadre d'une action collective) pour la motiver à mettre fin à ses propres abus, et restaurer ce qui a été aliéné.

2) Alerter l'opinion publique. Le fait de diffuser une copie des courriers de ce type sur l'espace public qu'est internet, c'est évidemment le meilleur moyen d'alerter ses concitoyens sur des abus et crimes qu'ils peuvent ignorer. C'est aussi la meilleure façon de nourrir leur colère, leur envie de se mobiliser, et légitimer leur insurrection à venir.

3) Rendre le pouvoir d'agir à tous. Si les politiciens m'exaspèrent lorsqu'ils se réfèrent à la morale ou aux valeurs pour justifier les lois qu'ils établissent, c'est bien parce que je ne crois qu'en une seule façon de légitimer son action politique propre : l'exemplarité. Je ne parle pas ici d'être exemplaire en tant qu'individu à la vie courante, cela très clairement, je suis loin de l'être. Mais je veux dire par là, que lorsqu'on invite chacun à se mobiliser ou à accepter une idée, il est essentiel de montrer l'exemple. Soit ne pas attendre que chacun fasse quelque chose pour soi-même agir. Sur une action aussi bête qu'écrire une lettre destinée à la présidence de la République, je ne peux inviter chacun à agir de la sorte, si moi-même je ne fais rien à ce sujet. Par ailleurs, tout le monde n'a pas forcément les dispositions ou connaissances nécessaires pour rédiger de tels courriers, et dans ce cadre, je considère ma propre correspondance comme un modèle libre à reprendre et exploiter. Soit pour que chacun alerte ses concitoyens sur ce que je dénonce, ou mieux encore, me suive dans la même procédure en reproduisant le courrier à l'identique ou selon les formes qui lui conviendront mieux, pour le faire parvenir à son tour aux mêmes instances, voire à d'autres tout aussi pertinentes. Et c'est ici que d'une action individuelle finalement assez simple, il est possible d'initier une action collective par l'exemplarité.  

Allons au bout de cette dernière logique pour conclure ce billet. Admettons que quelques milliers de citoyens seulement, se mettent en tête d'écrire chaque jour ou chaque semaine à de mêmes institutions en abordant un même sujet, voire en reproduisant un texte commun, qu'est ce que cela signifierait en terme de pression politique ?

Des services administratifs saturés de courrier ; des oligarques qui s'en inquiètent ; la possibilité d'une réaction intelligente ou au contraire profondément stupide, qui permettra soit que le problème se règle de lui-même, soit une volonté de mobilisation plus forte encore, parmi les citoyens qui auront souhaité contribuer à une telle démarche.

Je reprends ici, un extrait d'une publication sur le site internet de l'Elysée pour bien faire comprendre mon point de vue :


"Tous les jours, le Président de la République reçoit entre 1.500 et 2.000 lettres ou courriels de personnes, qui attendent en retour une réponse rapide et personnalisée à leurs requêtes, leurs témoignages, ou leurs réflexions".

Lorsque j'explique que quelques milliers de citoyens mobilisés sur une action collective et régulière comme envoyer des courriers à la présidence de la République, peut engager une réelle pression politique, il me semble que les chiffres mentionnés plus haut par l'Elysée le justifient amplement. Il n'est en rien difficile de déborder leurs services, en sachant que le personnel administratif n'a pas d'autre choix que de lire chacune des correspondances reçues, au cas où par exemple, des menaces de mort seraient véhiculées dans un seul de ces courriers.

Si nous débordons l'Elysée de courrier, à n'en pas douter, cela suscitera l'intérêt des services concernés mais aussi l'inquiétude de Macron et ses conseillers. Comprenez bien que tout effort collectif, suppose la possibilité d'une mobilisation croissante qui soit toute aussi collective. Au final, le stade de la correspondance reste celui de la mise en alerte. Nous nous montrons prévenants avant d'engager un rapport de force plus concret jusque dans la rue. C'est donc un avertissement tacite qui serait donné à l'oligarchie, que reproduire des courriers faisant part de nos récriminations et/ou exigences.

En clair, écrire à la présidence de la République et tant qu'à faire, rendre publique sa correspondance a bien un intérêt réel dans un processus révolutionnaire à enclencher. Evidemment, je sais ne pas disposer d'assez de notoriété (et donc d'influence) pour mobiliser chacun à faire de même, mais peut-être que si vous vous passez le mot, et que comme moi, vous souhaitez en vérité engager un rapport de force plus authentique, vous trouverez une certaine logique à ce que nous nous rassemblions devant la Maison de la Radio à partir du 10 Mai prochain, pour exiger la destitution de Macron ; réclamer la tenue d'un référendum sur la sortie de l'U.E, l'euro et l'OTAN ; l'établissement d'un processus constituant décentralisé à toutes les communes de France et pleinement participatif (pas d'assemblée constituante donc) ; et la fin de la censure et la propagande politique véhiculée par nos médias publics. Je vous invite donc à "penser printemps" et vous inscrire sur le lien suivant afin de nous faire entendre du peuple tout entier, que ce soit sur nos revendications ou plus simplement, notre appel à nous rejoindre dans cette mobilisation :


Avec l'espoir que ce billet saura répondre à certaines interrogations, j'adresse mes vœux de combativité à tous ceux qui me font l'amitié de suivre mes travaux.

mardi 9 janvier 2018

Lettre de révocation adressée à Emmanuel Macron

Cher Emmanuel,

Tu me pardonneras de ne pas te donner du « Monsieur le Président de la République », mais nous ne sommes pas que deux à savoir que ton élection est la résultante d'une vaste propagande sur fond de slogans marketing relayés par des médias asservis, là où ces derniers pratiquaient la censure s'agissant de tes réels opposants. Tu n'avais jamais été élu et ne t'es même jamais présenté à un quelconque mandat, et si l'on tient compte des règles du CSA, tu n'avais aucune raison de bénéficier d'une telle visibilité médiatique. En fait, nous sommes des Millions de Français à reconnaître ton illégitimité, et à considérer ce faisant que tu occupes illégalement le mandat de Président de la République.

Non seulement parce que si l'on tient seulement compte de l'inégalité de traitement dont ont bénéficié les candidats à la présidentielle de telle façon à orienter les votes (faut-il ici citer Tocqueville à propos du suffrage universel ?), on peut considérer la dernière élection présidentielle (et les autres) comme viciée et sans valeur réelle sur ses résultats ; mais aussi parce qu'au-lieu de considérer le fait accompli comme une possibilité de servir la nation et garantir dignement la Souveraineté du peuple français en son pays, tu es resté un félon jusqu'à la rognure d'ongle. Tu tiens réellement à démolir la France dans le cadre d'un vaste projet totalitaire cis-nommé « Union européenne » et appelé à devenir « Etats-Unis d'Europe ». Pardonne ma formule propre à beaucoup de gens qui ne sont « Rien », mais ton U.E chérie : je lui chie dessus. Ça n'est pas et ne sera jamais un pays. Il est hors de question que les Polonais aient la main sur notre dissuasion nucléaire, de la même façon que les Allemands resteront éternellement des étrangers, voire des adversaires dont il faudra toujours se méfier pour les Français. Il n'y a que les petits bourgeois sans profondeur dans ton genre, pour se moquer de l'Histoire et de la Souveraineté des peuples et soutenir encore cette idéologie mortifère. Mais n'oublie pas les résultats du dernier référendum au sujet de l'U.E. Renouvelé aujourd'hui, tu sais très bien que les votes favorables au Frexit seraient encore plus nombreux que les 55 % d'hier.

Tu es un traître, et pas seulement sur le plan politique ou moral (si toutefois nous devions considérer que la violation du titre premier de la Constitution sur la Souveraineté Nationale ne devait pas constituer un réel crime de lèse-nation), tu l'es aussi dans tes actions qui cette fois-ci, relèvent bien du droit pénal.

D'abord, rappelons que sous le mandat de François Hollande, tu étais ministre des finances. Or, je ne suis pas tout à fait innocent quant aux lois qui réglementent l'organisation du Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale. Ainsi, tout ministre compétent sur un dossier traité à l'occasion de la réunion de ce Secrétariat, se doit d'y faire acte de présence, ou pour le moins, contresigner les documents souhaités, comme par exemple l'ouverture de crédits dans le cadre d'une livraison d'armes et de munitions à des « rebelles syriens ». Je suppose que tu commences à visualiser où je veux en venir. François Hollande ayant reconnu expressément dans la presse en 2014 et 2015, avoir livré de telles armes, il a donc avoué par la même s'être rendu coupable de financement du terrorisme, au sens de l'article 421-2-2 du Code Pénal. Pour mémoire :

« Constitue également un acte de terrorisme le fait de financer une entreprise terroriste en fournissant, en réunissant ou en gérant des fonds, des valeurs ou des biens quelconques ou en donnant des conseils à cette fin, dans l'intention de voir ces fonds, valeurs ou biens utilisés ou en sachant qu'ils sont destinés à être utilisés, en tout ou partie, en vue de commettre l'un quelconque des actes de terrorisme prévus au présent chapitre, indépendamment de la survenance éventuelle d'un tel acte ».

Des hommes d'honneur ne souhaitant pas avoir du sang sur les mains, et encore moins être impliqués de près ou de loin dans de tels crimes, il n'y en avait pas autour de François Hollande. Pour le moins, aucun ministre, chef d'Etat-Major ou haut fonctionnaire ne lui a remis sa démission à ce moment là. Toi-même, tu as certainement dû signer des circulaires qui ouvraient les crédits nécessaires à ce financement du terrorisme au vu de la période où tu étais Ministre de l'Economie à partir du 26 Août 2014.

A minima, si tu t'étais comporté en conseiller à cheval sur le droit, tu te serais référé à l'article 14 du préambule de la Constitution du 27 Octobre 1946 qui dispose que :

« La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n'entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n'emploiera jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple ».

Ou encore au Droit International, que ce soit au travers de la Charte des Nations Unies, ou encore les Conventions de Vienne ou de Genève, toutes très instructives sur ce qui est permis ou non entre les Etats pour favoriser la paix et la sauvergarde des droits fondamentaux. Ainsi, dès son préambule, la Convention de Vienne sur le droit des traités, note dans son 5ème et 6ème alinéa que :

« Rappelant la résolution des peuples des Nations Unies de créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités, Conscients des principes de droit international incorporés dans la Charte des Nations Unies, tels que les principes concernant l'égalité des droits des peuples et leur droit de disposer d'eux-mêmes, l'égalité souveraine et l'indépendance de tous les Etats, la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, l'interdiction de la menace ou de l'emploi de la force et le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour tous, […] » 
  
Les Hommes sans honneur mais ayant tous les symptômes des psychopathes, n'en ont cure évidemment. En clair, puisque Hollande a reconnu avoir livré des armes à des terroristes en Syrie et que cela contrevient au droit pénal, constitutionnel et international, ses complices devront au même titre que lui, rendre un jour des comptes à la Justice. Et tu es assurément un criminel Manu. Les criminels n'ont rien à faire à l'Elysée, leur place est en prison.

Le second crime que je te reproche, porte sur l'affaire Alstom. Oh bien sûr, tu n'es pas le premier à vendre les bijoux de famille aux Allemands ou aux Américains : la Société Thermodyn au Creusot (anciennement Framatome) qui usine une partie des turbines de nos sous-marins, a été cédée en 2000 à une filiale italienne de Général Electric. C'était déjà une trahison si l'on tient compte que la vitesse et les données acoustiques délivrées par ces turbines, relèvent du secret défense.

Pour rappel sur le régime de classification des informations, documents ou données numériques au sens de la loi :

« La protection du secret concerne tous les domaines d'activité relevant de la défense et de la sécurité nationale : politique, militaire, diplomatique, scientifique, économique, industriel.
Sont classifiées les informations dont la divulgation est de nature à porter atteinte à la défense et à la sécurité nationale.

La France peut également protéger les informations échangées avec les organisations internationales et les Etats étrangers.

La protection du secret est assurée par une chaîne de responsabilité, qui s'applique aux domaines public et privé.

Le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) est l'autorité nationale de sécurité ; il peut déléguer des autorités de sécurité dans des domaines particuliers ».

Sachant que Général Electric se vante sur le site de sa filiale Thermodyn, de concevoir des turbines dont les propriétés acoustiques et le potentiel de vitesse sont tenues au secret, il aurait été non seulement souhaitable de renationaliser cette usine, mais en outre, d'envoyer se faire foutre les Américains au moment où l'autre félon de la République qu'est Patrick Kron, souhaitait défaire Alstom de sa branche la plus sensible à ce sujet.

Et toi, qu'as tu fais dans tout cela ? Une fois ton sémillant prédécesseur Montebourg éjecté par Hollande pour satisfaire aux désidératas des Américains, tu as facilité l'accord de vente.

Je reprends ici la publication diffusée sur le site internet deThermodyn, en sachant qu'elle s'applique parfaitement aux usines Alstom qui fabriquent les mêmes pièces pour d'autres bâtiments de la marine nationale comme les SNLE ou notre porte-avion "le Charles de Gaulle" :

"Nous sommes dans la chambre sourde spécialement aménagée dans les ateliers du Creusot pour réaliser des tests confidentiels destinés à mesurer les bruits et les vibrations. Objectif ? S'assurer que la turbine ne rendra pas détectable le nouveau sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) de la Marine nationale, le Barracuda".

Dès lors que les dirigeants de G.E ont accès à ces informations extrêmement sensibles, il en résulte que les autorités politiques et militaires américaines sont tout aussi bien informées sur ces données. De facto, nos sous-marins d'attaque et désormais lanceurs d'engins nucléaires, ne jouissent plus des conditions de furtivité et de discrétion qui leur sont dévolues. Peut-être comme ton prédécesseur, es-tu un atlantiste patenté, mais le peuple français pour sa part, ne supporte pas l'impérialisme et le bellicisme des Américains. Nous n'avons plus rien à faire dans l'OTAN, et lorsque tu seras révoqué, notre diplomatie à l'égard des USA, sera exactement à l'inverse de celle qui est produite depuis des années. Nous ne leur concéderons rien, nous les considérerons en ennemis, du moins nous reconnaîtrons leur attitude hostile à l'égard de la France, et de fait, nos armées devront conserver un œil sur les mouvements militaires des USA.

Toi, traître parmi les autres, tu as bradé notre indépendance nationale, tu as aliéné profondément ce qui relève de la dissuasion nucléaire de la France. Et ces intelligences avec l'ennemi, suffiront à légitimer ta destitution.

Lors de tes derniers vœux, tu ne t'es même pas référé au peuple français. Tu nous méprises et espères que les esclaves de l'Union européenne te soutiendront dans ton projet ultra nationaliste de construction d'un Etat européen. Tu incarnes à ce titre parfaitement la petite bourgeoisie arrogante, apatride et collabo qui hante les allées du pouvoir à Paris.

Je t'avertis par la présente que malgré tes fanfaronnades et ta communication marketing, nous allons te révoquer et engager les poursuites contre toi et tes complices. Tu payeras cher tes trahisons et l'usurpation de ton mandat. Si durant des années, je me suis éreinté à tenter de soulever les masses pour satisfaire à l'épuration nécessaire de notre oligarchie, aujourd'hui, plus que jamais, je reste déterminé dans ce combat, et nombre de signaux encourageants me laissent à penser que 2018 ou au plus tard 2019, signera pour toi et tes pairs, la fin de la récréation.

Tu seras destitué, jugé et emprisonné pour tes crimes, et ce seront des gens qui ne sont « Rien » qui auront la charge de veiller à cela.

Avec mon indicible mépris,

Sylvain Baron