jeudi 14 août 2014

Cinq partis politiques se fédèrent pour sortir la France de l'Union Européenne, de l'euro et de l'OTAN !

Nous, représentants des cinq formations politiques suivantes :

- Union Populaire Républicaine (UPR)
- Mouvement politique d'émancipation populaire (M'pep)
- Debout la France (DLF)
- Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)
- Solidarité & Progrès (S&P)

Résolus à placer les intérêts bien compris de la France au-dessus de nos dissensions partisanes et nos prétentions électorales ;

Notifiant qu'il n'est possible pour le peuple Français de choisir une voie politique Souveraine, que dans le cadre de frontières nationales respectées et sous son propre contrôle ;

Rappelant que la Souveraineté Nationale est inaliénable et imprescriptible, et que la violation de ce principe est une atteinte grave à la Constitution ;

Décidons de former ce jour, un Conseil National de Transition fédérant l'ensemble de nos formations politiques.


Nous nous engageons à :

ARTICLE 1

Faire sortir la France de l'Union Européenne, de l'euro et l'OTAN, seule manière pour nous de pouvoir faire appliquer notre programme commun dont les fondamentaux seront décrits dans les articles suivants.

ARTICLE 2

Restaurer les principes de neutralité politique et du profond respect de la France pour la Liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes, prévue par l'article 1 du Pacte International relatif aux droits civiques et politiques de l'ONU, ainsi que la stricte application de l'ensemble du droit international, en particulier la reconnaissance que l'ingérence dans les affaires d'une Nation est un crime et non un droit, l'interdiction de la propagande de guerre, et le droit des États à privilégier le bien être social de leur population au détriment de la servitude imposée par de la dette odieuse.

ARTICLE 3

Restaurer notre monnaie nationale et inscrire dans l'article 2 de la Constitution que « la monnaie de la France est le Franc », restaurer les prérogatives de la Banque de France quant au financement de la dette publique, des déficits, des collectivités territoriales et des investissements d'avenir, cela sous contrôle de l'Assemblée Nationale. La restauration de notre monnaie nationale s'accompagnera d'une dévaluation progressive du FRANC, d'un audit de la dette publique permettant de trancher par référendum contraignant ce qui sera pleinement remboursé, ce qui sera honoré en Franc non convertible, et la partie de la dette odieuse qui sera souverainement annulée.

ARTICLE 4

Nationaliser l'ensemble des banques et sociétés d'assurances défaillantes et rétablir immédiatement le contrôle des mouvements de capitaux, seule mesure à même d'empêcher les fuites de capitaux et les délocalisations de nos usines. Interdire tous les produits financiers purement spéculatifs, ainsi que le trading haute fréquence, et fiscaliser fortement toutes les opérations boursières spéculatives. Les ventes d'actions et obligations d'entreprises après cinq ans de détention seront défiscalisées.

ARTICLE 5

Nationaliser ou re-nationaliser l'ensemble des entreprises éminemment stratégiques ou d'intérêt public, tels que France Télécom, EDF-GDF, TOTAL, La Poste, Sanofi, Dassault, TF1, les autoroutes dont le financement a été intégralement remboursé, ainsi que les régies de distribution d'eau et de transports en commun. Ces reprises de contrôle par l’État permettront aux usagers Français de disposer d'un service public de qualité, fondé non sur l'intérêt financier d'actionnaires privés, mais bien sur l'intérêt général de l'ensemble des Français.

ARTICLE 6

Reconsidérer notre participation au FMI, à l'OMC et à la Banque Mondiale si des changements de doctrine importants ne sont pas amorcés. Poser à ces fins la menace réelle d'une sortie de la France de ces institutions internationales, si les politiques économiques qu'elles préconisent servent les intérêts de quelques Nations seulement, en particulier ceux des États-Unis d'Amérique, au détriment de l'essor social et économique de l'ensemble des Nations du Monde. Remettre sur la table la Charte de la Havane comme cadre commercial pertinent aux relations entre les États. Rétablir les régulations douanières nécessaires au maintien de notre industrie et de notre agriculture, ainsi qu'un moindre gaspillage de pétrole par la relocalisation des activités manufacturières et agricoles, et négocier avec nos partenaires commerciaux des échanges favorisant le nivellement social et écologique par le haut, particulièrement s'agissant des pays en voie de développement. Toute ou partie de la fiscalité issue des droits de douane, sera reversée dans des projets de développement infrastructurels ou de micro-crédit pour les pays les plus nécessiteux.

ARTICLE 7

Restaurer le Commissariat au plan, dont les objectifs seront la reconquête industrielle de notre pays, avec pour ambition de développer les technologies nous permettant de réduire notre dépendance aux hydrocarbures et améliorer fortement l'efficience énergétique de la France, planifier une véritable réflexion de transition d'une partie du transport aérien vers des alternatives ferroviaires et navales, et entreprendre une véritable démarche scientifique en matière d'industrie spatiale, notamment avec la coopération de la Russie, de l'Inde et de la Chine.

ARTICLE 8

Établir de nouvelles normes d'élevage favorisant le bien être animal et le moindre gaspillage de produits carnés depuis la naissance jusqu'à l'abattage, reconnaître un statut d'être sensible qui soit protecteur pour les animaux tant sauvages que domestiques, lutter contre la surpêche sur notre espace maritime tant par la réglementation que des mesures fiscales ou des subventions favorisant la pêche artisanale au détriment des navires-usine.

ARTICLE 9

Établir de nouvelles normes agronomiques favorisant l'indépendance alimentaire de la Nation, sur la base d'une production de qualité, et cela par une réduction forte de la mécanisation et des produits phytosanitaires, l'interdiction des cultures OGM, accorder des subventions à l'installation favorisant les petites exploitations privilégiant les polycultures au détriment des grosses exploitations dédiées à des monocultures.

ARTICLE 10

Redéfinir avec plus de pertinence le calcul du PIB et ré-indexer les salaires sur l'inflation. Augmenter le SMIC aux environs de 1500 € net/mensuel, et rendre constitutionnel notre protection sociale en matière de santé et de retraite, par le système de répartition. Entamer une réflexion sur le Revenu Universel se déclinant sous les propositions de « revenu de base » ou « salaire de vie », et à l'issue des travaux de faisabilité, permettre au peuple de choisir par référendum s'il souhaite bénéficier de cette nouvelle conquête sociale.

ARTICLE 11

Instaurer des mesures favorisant l'entrepreneuriat, particulièrement s'agissant des commerces de proximité et l'artisanat, cela par des réglementations et une fiscalité plus coercitive s'agissant des grandes surfaces spécialisées ou généralistes, et des assouplissements fiscaux et réglementaires, ainsi qu'un plus large accès au financement public s'agissant des TPE et PME. Un financement conséquent sera accordé à la formation professionnelle, cela grâce notamment à la mutualisation des différents fonds publics existants dans ce domaine et à la simplification du droit à la formation.

ARTICLE 12

Transformer le Conseil Supérieur de l'Audio-Visuel en Cour Supérieure de l'Audio-Visuel, dont les membres seront une majorité de citoyens tirés au sort, à l'égal de ce qui existe pour les jurys d'assise, assistés d'une minorité de magistrats et de journalistes pour rendre leur décision.  Ce nouveau C.S.A aura un pouvoir coercitif, et pourra imposer sa juridiction à toutes les chaînes et stations de radio publique, ainsi que tous les journaux politiques recevant des subventions de l’État. Sa mission sera de faire respecter, y compris en dehors des périodes électorales, l'égalité de traitement entre toutes les formations politiques légalement reconnues, ainsi que le respect de la Charte de Munich par les journalistes. Le C.S.A devra en outre être le garde-fou par son indépendance vis à vis des autorités politiques du pays, à toute forme de censure sur l'espace publique qu'est internet. Une autre réforme visera à rendre obligatoire le statut de coopérative pour tout média privé traitant de politique, et plafonner et réglementer drastiquement le financement par des capitaux d'entreprises l'ensemble des médias.

ARTICLE 13

Rétablir le droit à la sécurité et l'état de droit dans les quartiers sensibles de notre pays, cela par le rétablissement du service militaire obligatoire pour une période de trois mois pour les garçons et un service civique obligatoire de même périodicité pour les filles ou les exemptés, convertir les peines de prison de moins d'un an pour des faits de délinquance pour les citoyens de âgés de moins de 25 ans à des séjours obligatoires en camps de discipline militaire, où chacun d'entre eux se verra offrir une formation professionnelle, une remise à niveau scolaire, en plus d'une discipline militaire sur les grands principes de ce qui fonde la vie en société. Rétablir les peines plancher pour les récidivistes et redonner les moyens à la justice de faire correctement son travail, et cela dans des délais acceptables. Refonder totalement notre politique en matière d'urbanisme en favorisant la déconcentration urbaine, l'augmentation des espaces verts, et le remplacement progressif des barres HLM par des logements publics de dimension plus humaine. Initier un grand débat public sur la légalisation du cannabis, dont il est reconnu que son marché noir dans les banlieues, alimente la criminalité. Ce débat sera tranché par référendum contraignant.

ARTICLE 14

Transformer l’Éducation Nationale en Instruction Publique, en veillant à dépolitiser fortement cette dernière, garantir un enseignement de qualité à nos enfants en revenant à la méthode syllabique s'agissant de l'apprentissage du Français, ainsi qu'un enseignement de l'histoire de France pleinement restauré, et une instruction civique minimale à la Constitution, la création monétaire et les différents courants de pensée économique dès le collège. Imposer aux jeunes professeurs en formation un stage obligatoire d'une année scolaire d'assistant pédagogique dans les salles de classe, particulièrement dans les zones d'éducation prioritaires, permettre aux proviseurs de pouvoir recruter directement leur personnel enseignant, doter l'ensemble des établissements publics des moyens nécessaires à leur mission pédagogique.

ARTICLE 15

Imposer la non reconductibilité et le non cumul des mandats de parlementaires et la limitation à deux mandats consécutifs s'agissant des Conseillers Généraux, du Président de la République et des Maires. Abolir les Conseils Régionaux et redistribuer leurs prérogatives aux Conseils Généraux ou à l’État, supprimer les Communautés de communes. Seuls des préfets de région resteront pour faire courroie de transmission entre l’État et les départements. Transformer le Conseil Constitutionnel en Cour Constitutionnelle composée uniquement de magistrats et de citoyens tirés au sort, et pouvant être saisie par tous les citoyens qui estiment leurs droits constitutionnels bafoués. Ces mesures seront concrétisées par l'organisation d'un référendum à cet effet.

ARTICLE 16

Dissoudre l'Assemblée Nationale et le Sénat, organiser dans les premiers mois de notre mandature, une élection libre et non faussée de nos parlementaires. Initier une Constituante sur cinq années sous forme de démocratie directe, en permettant aux citoyens de discuter, rédiger, modifier,  abroger et se transmettre des propositions d'articles constitutionnels par le biais d'assemblées municipales physiques et via un outil internet dédié. Les différents projets de constitution finalisés seront soumis à référendum contraignant.

ARTICLE 17

Renforcer les lois anti-corruption, assainir les sphères politiques, médiatiques et financières par l'éviction de l'influence de toutes corporations religieuses, financières ou ésotériques non représentatives de la diversité de la Nation du point de vue démographique. Garantir le principe de laïcité comme l'un des fondements du vivre-ensemble. Ne plus subventionner ou encourager toutes formes de communautarisme.

ARTICLE 18

Initier un grand débat public sur l'immigration et l'intégration, à l'issue duquel un référendum contraignant sera organisé permettant de trancher cette question sensible.

ARTICLE 19

Renforcer notre armée des financements et des moyens de projection et de dissuasion qui lui sont nécessaires pour accomplir ses missions. Interdire l'utilisation de notre armée à des fins de déstabilisation de pays tiers ou de pillage en ré-affirmant son principe de Défense et non d'agression. Favoriser les missions spécifiquement humanitaires, de protection des populations civiles dans les pays qui nous en feraient la demande, de collecte de renseignement et de dissuasion.

ARTICLE 20

Destituer de leurs droits politiques tous les parlementaires ayant voté en faveur du Traité de Lisbonne, et lancer des procédures de poursuite à la Cour Internationale de Justice de Lahaye à l'encontre de toutes les personnalités politiques ou médiatiques, ayant encouragé des agressions ou déstabilisations militaires de la France, à l'égard de la Libye, la Syrie et l'Ukraine.

Conditions de mise en œuvre

Dans le seul but de pouvoir établir ce programme d'assainissement avec l'urgence qui s'impose, nous encourageons l'ensemble de nos militants à se rencontrer partout sur le territoire, et mettons dès aujourd'hui à leur disposition des tracts et affiches communs, synthétisant le programme du Conseil National de Transition.

Nous nous engageons à former un gouvernement de transition transpartisan, où seules nos compétences techniques vaudront ministère, et nous nous autorisons à nommer des personnalités du civil reconnues pour leurs compétences permettant de suppléer à nos propres manquements.

Nous appelons tous les Français ayant bien compris que la France est leur seul pays, et que leur destinée et celle des générations futures sont entre leurs mains, à se rassembler derrière le Conseil National de Transition, et pousser leurs élus municipaux à organiser spontanément un référendum d'initiative populaire avec les questions suivantes :

1) Souhaitez vous la destitution de François Hollande de son mandat de Président de la République ?
2) Reconnaissez vous le Conseil National de Transition comme l'autorité légitime du pays ?

Si aux deux questions, il se trouve une majorité de Français pour y répondre oui, nous considérerons notre mandat comme légitime.

Nous tenons à rappeler aux Français que dès 1943, il y eut deux autorités en France. La première était celle du Gouvernement de Vichy qui ne jouissait d'aucune légitimité populaire et tenait son pouvoir d'une forfaiture des parlementaires de l'époque. L'autre était le Conseil National de Résistance sous l'égide du Général de Gaulle qui jouissait de la réelle autorité légitime et morale de la Nation, et qui d'ailleurs supplantera dès la fin de la guerre le Gouvernement de Vichy. Ce précédent juridique a un fondement dans la philosophie du droit : l'article 122-4 du Code Pénal l'évoque au travers du Commandement de l'Autorité Légitime, qui peut trouver sa formation spontanée en vertu de l'état de nécessité (article 122-7 du Code Pénal) qui n'est rien d'autre que la transposition du droit de résistance à l'oppression prévue dans notre bloc constitutionnel (article 2 de la Déclaration des droits de l'homme et du Citoyen), mais aussi dans le droit positif avec l'article 35 de la Déclaration des droits de l'homme faisant préambule à la Constitution de 1793. Nul n'est sensé ignorer la loi, et les Français doivent bien se rappeler en notre pays qui a connu de grands sursauts révolutionnaires, qu'il est un devoir moral que de résister à l'oppression lorsque les intérêts de la Nation sont violés par ceux qui prétendent la représenter. Nous appelons ainsi tous les Français à ignorer les récriminations médiatiques et politiques des véritables collabos, qui hier auraient sans nul doute voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Ce sont les mêmes aujourd'hui qui méprisent la Souveraineté des Français et la piétinent en prostituant celle-ci à la prétendue "construction européenne", qui est en vérité une démolition organisée des Nations et de la démocratie en Europe.

Nous appelons les Français à ne pas se laisser intimider par les élus locaux encartés dans des partis de collaboration, et à organiser le siège de leur mairie, jusqu'à ce que le référendum d'initiative populaire soit organisé.

Nous appelons en outre notre Armée, issue de la Nation, à cesser de servir docilement des intérêts étrangers, et a pousser fermement mais de façon apaisée, M. François Hollande vers la sortie. Nous appelons l'ensemble de l’État Major de notre Armée, à reconnaître le Conseil National de Transition comme légitime, et nous accorder un mandat impératif de 500 jours pour appliquer les points clés de notre programme, sous forme de décrets, d'ordonnances et de référendums.

Nous nous engageons à l'issue de ces 500 jours, à réorganiser la tenue d'une élection libre et non faussée, avec la dissolution totale du Conseil National de Transition, où chacune de nos formations politiques reprendra son indépendance.

Nous appelons aussi tous les policiers, magistrats, et salariés syndiqués ou non, à favoriser par les moyens qui sont à leur disposition, la démission de François Hollande de son mandat, et l'accession au pouvoir du Conseil National de Transition.

Nous rappelons enfin qu'en nous inspirant du précédent juridique que fut le Conseil National de la Résistance, nous gardons à l'esprit que c'est bien l'ensemble de son programme « les jours heureux » qui permit aux Français de connaître les 30 glorieuses et les conquêtes sociales actuellement en cours de démolition par nos « représentants politiques ». Nous en appelons tous les Français à ce devoir de mémoire, afin qu'ils reprennent foi en eux-même, en notre pays, et en leur capacité à changer profondément et cela vers le mieux, l'avenir de nos enfants.

Signataires de l'appel :

François Asselineau pour l'UPR
Nicolas Dupont-Aignan pour DLF
Georges Gastaud pour le PRCF
Jacques Nikonoff pour le M'pep
Jacques Cheminade pour S&P

LE 14 JUILLET 2015




48 commentaires:

  1. Bravo. Je doute qu'ils le fassent, mais le chemin leur est montré, désormais.

    RépondreSupprimer
  2. Vercingétorix lui aussi avait compris qu'en soudant les clans il pouvait y avoir une Gaulle forte contre la mondialisation de l'époque...

    Seulement voila... là est proposé une union mais le jour des prochaines élection, cela ne pourra (éventuellement) se faire seulement si l'union est réel : CAD un seul parti pour donner du poids aux votes.

    La mondialisation nous mène à notre perte et il cherchent à nous diviser pour mieux régner (c'est tellement basic comme principe que ça me déprime). Donc on ne fait qu'un seul parti si on le veux vraiment ! On le fait !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les partis politiques sont une partie du problème, pas de la solution. Lire à ce sujet la "Note sur la suppression des partis politiques" de Simone Weil. Laissons à ce CNT sa qualité de Conseil.

      Supprimer
    2. Alguns dels seus articles sonen con podria sonar Hitler o Stalin: dexeume fer, que jo sóc Dèu.

      Supprimer
  3. Comment peut on savoir qu il y aura des élections après les 500 jours puisque il est prévu de ré écrire la constitution ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la base du fait que la Constituante est prévue pour 5 années de travaux. Ce qui signifie qu'à l'issue des 500 jours, la constitution actuelle fera foi.

      Supprimer
    2. Cet article est une calomnie. Le M'PEP propose la même chose que DLR sur l'UE, l'euro et l'OTAN, et n'est donc pas sur la même ligne politique que l'UPR (qui lui, veut sortir la France de l'Euro, de l'UE et de l'OTAN) =>

      "Pour DLR, il est préférable de concevoir une Union européenne « souple qui permet aux Nations de coopérer ensemble pour dynamiser leurs atouts ». Or, pour l'UPR, la monnaie unique n’est qu’un « carcan uniformisateur, il faut en sortir au plus vite si l’on veut remettre sur pied notre pays ». Il faut donc organiser le « retour aux monnaies nationales pour permettre aux pays de rattraper leur retard de compétitivité. » Cela permettra de retrouver la « maîtrise de notre politique monétaire, nous pourrions comme d’autres pays gérer notre taux de change, monétiser comme la banque d’Angleterre ou du Japon certains de nos déficits, relancer l’investissement dans l’économie productive, relocaliser les activités, résorber le chômage, réduire les déficits sociaux et la dette. » DLR se prononce pour une « monnaie commune » et des « mécanismes de contrôles sur les mouvements de capitaux à court terme. » Nicolas Dupont-Aignan a terminé son discours par une citation de Jaurès : « la nation, c’est le seul bien des pauvres ».
      D’autres convergences peuvent être signalées entre DLR et le M’PEP :
      Le « refus des communautarismes religieux ».
      Le « refus de la privatisation des services publics ».
      La volonté de « construire une Europe des Nations autour de projets concrets ».
      Le « refus de la concentration des pouvoirs dans les mains d’organismes non élus (Commission, Banque centrale, Cour de Justice…), les élargissements sans fin, le passage en force contre les peuples (référendums Français, Irlandais et Hollandais), la multiplication des directives qui uniformisent tout à tort et à travers, l’alignement systématique sur l’OTAN ».
      Le développement d’une « Europe à la carte qui permette les coopérations entre pays qui le souhaitent sur des projets vraiment utiles (recherche, transports, énergie) ».
      L’organisation de la « sortie de la France de l’OTAN et en préparant des coopérations européennes de défense (armement, transports…) »." http://www.m-pep.org/spip.php?article1934#outil_sommaire_4 (ce texte est aussi présent quasiment à l'identique dans le livre "Sortons de l'euro !" de J. Nikonoff).
      De plus, si l'UPR s'alliait avec un autre parti politique français, cela ferait la une de notre site. Or, il n'y a aucun article qui n'en parle. Je vous laisse le soin de le constater par vous-même : http://www.upr.fr .

      Supprimer
    3. Merci, je viens à l'origine de l'UPR, je suis désormais adhérent au Mpep, et surtout je me considère comme indépendant.

      Vous raisonnez avec des arguments qui pour certains sont fallacieux, partisans et certains véridiques, mais vous ne raisonnez pas en considérant l'unité de combat qui existe chez les partisans de chacun des partis politiques cités.

      Je ne suis pas homme de secte. Je vous suggère de reconsidérer ce que signifie de défendre des idées dans le cadre d'un parti politique. Si vous vous cherchez une identité intellectuelle et morale à faire valoir à travers votre engagement, vous n'avez rien compris à la démarche altruiste et fédératrice qui devrait être la votre.

      Cordialement,

      S. Baron

      Supprimer
    4. Je tiens ce raisonnement en tenant compte simplement de ce que les instances dirigeantes de certains de ces partis affichent publiquement. Après, il est vrai que du point de vue militant, les choses sont loin d'être les mêmes (bien que mon commentaire précédent puisse laisser penser le contraire, et j'en suis désolé). Mais qu'est-ce ui est visible en premier pour le grand public : la volonté affichée par les instances dirigeantes de ces partis ou celles des militants ?

      Supprimer
    5. Pour ma part ils ont tous la même vision finale mais pas les mêmes façon d'y arriver et donc pas les même programme affichés. Se "cristalliser" sur les différences apparentes des programmes c'est être aveugle au sens final.

      C'est comme Mélenchon qui refusait officiellement de parler de sortir de l'euro dans son programme (comme DLR) alors qu'au final cela est plus que probable. Il a dit publiquement plus tard que c'est plus que probable qu'il faille en passer par là mais qu'il ne l'avait pas mis dans son programme car les Français ne sont pas prêt à l'entendre.

      Au final ces différents partis (cités dans ce document... j'ai pas envie de lancer un troll sur le FDG et DLF etc...) visent le même point d'arrivée mais ne sont juste pas d'accord sur comment convaincre les gens de voter pour eux afin de l'atteindre. D'ailleurs l'UPR s'est considérablement vautré aux dernières elections.

      Supprimer
    6. Tout simplement, par ce qu'aucun ne peut y arriver seul. Chacun a son petit marché électoral. Pour ratisser large, ils faut forcément un grand sursaut "républicain". Mais les partis politiques sont par nature anti-républicains...

      Supprimer
    7. Effectivement, merci Sylvain de rappeler que les partis politiques sont une partie du problème, pas de la solution. Lire à ce sujet la "Note sur la suppression des partis politiques" de Simone Weil. Gardons au CNT sa qualité de Conseil.

      Supprimer
    8. >>Merci, je viens à l'origine de l'UPR, je suis désormais adhérent au Mpep, et surtout je me considère comme indépendant.>>

      En mettant Asselineau en début de liste mais Cheminade en dernier malgré un nom commençant par un " C " impossible de faire croire que c'est un ordre alphabétique dénoué de tout parti pris...

      Supprimer
  4. DEBOUT la FRANCE ? c'est quoi ce parti ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Debout la République, mais le changement de nom n'est pas encore intervenu. D'ici Mars 2015, ce sera sans doute le cas. Je me suis donc un peu avancé.
      :)

      Supprimer
  5. Démagogie pure et simple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  6. La mayonnaise est en train de prendre!

    RépondreSupprimer
  7. La déstabilisation militaire de l'Ukraine par la France ? Vous plaisantez ou quoi ? Il n'y a qu'un seul pays qui s' adonne à cette déstabilisation et il s' appelle la Russie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que vous êtes très mal informé. L'Ukraine a été largement déstabilisée d'abord par les U.S.A, cela avec le soutien de la France, du Royaume Uni et des Etats Baltes.

      Il faudrait déjà comprendre la géopolitique américaine au moyen de l'U.E par rapport à la Russie. Il y a eu assez d'informations qui ont tourné comme cela sur le net pour que vous puissiez disposer d'un avis nettement moins russophobe sur la question.

      La Russie ne faisant que défendre ses bijoux de famille en récupérant la Crimée, non sans un référendum au préalable (quelle horreur démocratique), et soutenir du point de vue humanitaire les populations Russophones contre un gouvernement illégitime de néonazis.

      Je vous invite à consulter le blog http://www.les-crises.fr/ d'Olivier Berruyer, qui suit le dossier depuis le début.

      Mes amitiés.

      Supprimer
    2. Non mais la Crimée ne m'a pas beaucoup choqué outre-mesure, c'est une région qui était pratiquement à 100% russophile! Il est normal qu'elle revienne dans les bras russes. Quand à votre vue sur le gouvernement ukrainien, les partis d'extrême droite ont fait 1% et le nouveau président a été élu au premier tour et est clean!

      Les-crises.fr hônnetement bof bof, autant j'ai bien aimé certains de leurs articles qui démontent les FEMEN par exemple, autant le reste c'est de la propagande.
      Je suis de tout coeur à vos côtés quand vous parlez d'arrêter d'être la pute d'Obama, mais si c'est pour être celle de Poutine à la place : NON.

      Louhansk et Donetsk font sécession, le président Poutine les aide (Igor Stelkov est membre du GRU, et il n'est pas le seul cadre sécessioniste a être un militaire d'active russe.) Soit, c'est dans la logique de sa politique extérieure. Mais pitié, halte aux faux semblants et aux termes de propagande. Les élus de Kiev ne sont pas plus néo-nazis que vous et moi.

      Dans ce conflit, la France ne devrait ni être pour un camp ou l'autre, son rôle serait plutôt de celui du retour à l'ordre...

      Supprimer
    3. En fait ce que je n'aime pas c'est que vous condamnez "l'utilisation de notre armée à des fins de déstabilisation de pays tiers ", mais qu'à côté de ça ce n'est pas un problème quand il s'agit de l'armée russe.

      Soyons logique, si nous condamnons l'Irak en 2003 et la Libye en 2011, il faut qu'il en soit de même pour la Russie et ses opérations / occupations / ingérences :

      - Grozny années 2000
      - Géorgie 2008
      - blocage des situations sécessionistes en Transnistrie (Moldavie), Haut-Karabagh (Azerbaidjan) et en Ukraine, où l'armée russe joue un rôle pré-pondérant.
      - cyber-guerre en Estonie
      - raids de bombardiers atomiques à visée d'intimidation en Suède, Finlande et au nord du Japon.

      Les américains font pire, mais tachons de ne pas être sélectif quand on condamne une doctrine comme l'ingérence internationale.

      Supprimer
    4. Pour ma part je pense comme vous sur un point :

      La France n'a pas à soutenir un camps ou un autre dans l'affaire. Mais il me parait tout à fait légitime au vu de l'histoire récente de l'Ukraine et son lien politique évident avec la Russie, qu'elle joue sa partie d'échec de façon plus subtile que les Américains.

      Mais il n'en reste pas moins que ça n'est pas Poutine qui a déclenché la guerre civile, ce sont bien les U.S.A et les pays Baltes. Poutine ne fait que réagir à la situation au mieux de ses possibilités.

      Sa position étant non pas d'annexer les territoires Ukrainiens qui s'opposent à la junte au pouvoir (et à mon sens plus que très à droite politiquement), mais de veiller à ce que l'Ukraine prenne une forme fédérale de telle façon à garantir que les régions de l'est maintiendront un contre pouvoir favorable aux intérêts Russes, qui reste un pays frontalier.

      Dans l'affaire, la Russie s'ingère il est vrai, mais par réaction. Et quelque part, je trouve cela légitime au vu des intérêts nationaux de la Russie, mais aussi des populations de l'est de l'Ukraine qui ont plus à gagner qu'à perdre en gardant des relations fraternelles avec la Russie.

      Supprimer
    5. Quant à la Géorgie, il semble aussi que les Américains ont joué de leurs gros souliers sur place. Je n'ai pas une vision angélique de la Russie, mais je pense tout de même que cet Etat est autrement moins belliciste et impérialiste que les U.S.A

      Et quitte à choisir des "alliances objectives" en terme diplomatiques ou économiques avec des puissances importantes dans le monde, je pense que la France au nom de son histoire dans le courant du siècle dernier, et sa relation particulière avec la Russie (à qui nous devons beaucoup) doit préférer cette alliance continentale au détriment d'une alliance atlantique.

      Cela sans remettre en cause notre neutralité lorsque des conflits prennent forme dans le Monde et qui ne nous concernent pas.

      Supprimer
    6. Il semblerait que nos avis convergent en fin de compte!
      Je suis tout à fait d'accord sur le fait que certains pays (la Pologne en tête) profitent de ce conflit pour tirer à marrons chaud sur la Russie.

      Le problème de parler "d'alliance objective", c'est que pragmatiquement ... militairement parlant nous resterons toujours gagnant à être allié des ricains. Sans leur capacité de renseignement, de ravitaillement en vol, de transport de troupes, on aurait été à la traîne lors de nos précédentes opération (je parle en connaissance de causes).
      Les forces armées russes sont en train de connaître une véritable revalorisation, mais celle-ci ne sera achevé qu'en 2020.

      Bien sûr sur les ressorts économiques et diplomatiques il n'en va pas de même je suis là encore bien d'accord avec vous. Au bout du compte et au minimum une normalisation des relations entre la France, les autres pays européens et le bloc eurasien permettrait de maintenir une paix durable sur le continent et de se réorienter sérieusement vers les vraies menaces extérieures comme le terrorisme islamiste... que nos chers "alliés" qatari et saoudiens se font un plaisir d'encourager.

      Supprimer
    7. Cher anonyme, les USA ont une politique extérieure non seulement divergente, mais opposée à celle de notre pays (et de ses voisins). Vouloir lui rester "fidèle", c'est resté accroché à celui qui nous tue. Très mauvais choix ! Au contraire, renouer de bons rapports avec la Russie (ses affaires intérieures, ce sont les siennes) ne peut que nous être bénéfique.

      Les États-Unis espionnent la France et ses voisins sans vergogne, et on voudrait leur faire confiance ? Pas question ! Je rappelle également que les terroristes qataris ou saoudiens sont financés par la CIA, pour le grand dam de tout le monde. Même chose pour les nazis qui ont pris le pouvoir en Ukraine.

      Le grand problème du monde, c'est l'horrible régime de Washington, y compris pour les simples étatsuniens eux-mêmes. Seul ennui : nous ne pouvons pas le renverser à leur place.

      Supprimer
  8. Anonymous.

    Savez vous que pour transporter notre matériel militaire en Afghanistan et pour le ramener, l'armée française a du louer des Antonov 124 ( russes ), Antonov est ukrainien ( 40 vols )



    http://theatrum-belli.org/operation-serval-au-mali-focus-sur-un-des-avions-qui-assure-la-logistique-lantonov-124/

    http://www.opex360.com/2012/02/07/retrait-francais-dafghanistan-la-noria-des-avions-gros-porteurs-antonov-124-a-commence/

    Idem pour Bangui : ( 10 vols seulement )

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/12/01/200-especialistes-arrives-a-bangui-et-une-dizaine-de-rotat-10764.html

    Bravo pour l'indépendance de notre armée vis à vis de la Russie

    Peut être que Hollande demandera à nouveau à Poutine de nous prêter ses Antonov, pour ramener notre matériel du Mali et de Centre Afrique pour aller défendre l ' armée ukrainienne si les chars russes pointent leur nez ?

    RépondreSupprimer
  9. L'UPR déstabilise la France.

    Un parti de clowns dirigé par un gourou qui ne pense qu'à son pouvoir personnel sur les membres de sa secte tout en léchant les burnes des dictateurs comme Bachar, Poutine et d'autres.

    L'UPR c'est un groupe clampins extrémistes pour défendre la bourgeoisie parisienne.

    Ce n'est pas avec des rigolos comme çà que le pays s'améliorera !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le commentaire de troll sans argument ! N'importe quoi ! Tu en fais un beau de rigolo, toi, avec tes affirmations péremptoires.
      A moins que tu sois capable de développer pour justifier des termes déstabiliser, gourou, extrémiste.
      Soit tu l'es, soit tu la fermes ;)

      Supprimer
    2. Je mise sur un Néo-cons qui se croit de Gauche au vu du commentaire. J'ai pas voulu relever, je suis certain que le loustic n'a pas lu l'intégralité du texte.
      :)

      Supprimer
  10. Asselineau ne représentera que lui dans l'avenir comme cela est actuellement la cas.
    C'est un dictateur qui mène son groupuscule comme tel et la France n'a aucunement besoin d'un dictateur d'ailleurs la majorité des Français combattent les dictateurs alors ce n'est pas pour en élire un.

    Ce type possède un égo sur dimensionné au minimum égal à ceux qu'il critique.

    Asselineau se plaint sans cesse de ne pas être médiatisé mais que penser du mouvement espagnol "PODEMOS" qui a fait trembler la clé de voûte du système espagnol appelé bipartisme, en ayant remporté pas moins de 5 sièges au Parlement européen le 25 mai 2014 et qui ne s'est constitué que 4 mois avant ces élections et qui n'a disposé que d'un budget de campagne s'élevant d'environ 200 000 euros ? Il continue de faire l'objet de censure de la part des médias espagnols (ou alors ceux qui en parlent les assimilent à l'ETA, à des complices du pouvoir iranien, à des amis de Hugo Chavez (ils ne disent pas Maduro, je ne fais que les citer) ou encore à Fidel Castro. C'est un mouvement qui n'a construit sa notoriété que par internet et notamment via les réseaux sociaux et les nombreuses pages liées de près ou de loin au mouvement des Indignés.

    Ils ont donc réussi a obtenir 5 députés européens alors que l'UPR de Asselineau militant depuis 7 ans avec un budget plus important (350 000 euros) et présent dans la totalité des circonscriptions françaises n'a fait que 0,41 % des votants soit 0,16 % des inscrits et donc 0 élu ?

    Asselineau n'est pas la solution, Asselineau est un problème !

    Qu'il reste conférencier (en évitant de dire quelques conneries bien volontaires pour sa faire mousser propagande à titre personnelle !) et çà suffira !

    Sa conduite et ses positionnements dans son mouvement en donne l'image désastreuse d'une secte ce qui explique que les journalistes sérieux ne lui accorde et ne lui accorderont aucun intérêts comme 99% des élus pour sa pêche aux parrainages.

    Il restera inaudible pour la majorité des électeurs et ce n'est pas quelques centaines de membres en plus, souvent n'ayant jamais été impliqués dans aucun parti politique, ne possédant aucune culture politique et historique (des neuneus) qui feront une différence ni à court, moyen et long terme.

    De plus, a être contre tout le monde (parce que ce n'est pas lui et qu'il n'y a que lui dans sa tête) il se coupe de tout et ne rassemblera rien ! Au contraire il ne fait que diviser !

    Pour terminer faites comme beaucoup d'anciens adhérents, posez-lui la question sur le nombre de ses militants qui ont quittés l'UPR depuis 2007; il ne les décompte pas et il vous dira que les militants ne le sont plus après 2 ans de non cotisation... même s'ils lui ont signifier officiellement par diverses voix leurs départs !
    En cela aussi il fait comme les autres partis qu'ils critiques, il triche avec les chiffres.

    Asselineau c'est la tentative d’arrivage masqué... 
Ce n'est pas un démocrate mais un autocrate dictateur. Avec lui il faudra d’abord payer et ensuite subir... 
Faites un chèque en blanc pour avoir le droit assuré d’un retour en bois...

    Enfin il y a trop à dire et je ne veux pas perdre mon temps avec ce type qui est à l'image de ceux qu'il critique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Critiques un peu acides, mais malheureusement il y a un fond de vérité dans tout cela. On rencontre bien plus souvent les militants UPR dans la critique des autres mouvements opposés à l'UE pour essayer de faire croire qu'ils sont les seuls opposants dignes de ce nom plutôt que dans les commentaires ciblant directement les sbires du NWO. C'est dommage de gâcher les nombreuses qualités de ses militants dans la division alors que les troupes de l'UPR devraient être en fer de lance dans la bataille en donnant envie aux gens de les suivre au front, les chevaliers qui percent les lignes et l'infanterie qui suit massivement derrière. Dommage, ils ont préféré à la place alimenter les tribunaux militaires et les pelotons d'exécutions pour mettre à mort les "mauvais" militants qui ont choisi un autre parti que le leur. Manque flagrant d'ouverture et de tolérance, pourtant les qualités essentielles pour réussir le rassemblement qu'ils revendiquent.

      Supprimer
  11. l’UPR est un parti en marge, une secte peuplée de "geeks des traités européens" et de gros trolls obéissant à une sorte de gourou du Web qui leur « prémâche » ce qu’ils doivent penser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mal de troller. Et c'est précisément ce que tu viens faire ici. Si tu n'as rien de constructif et étayé à proposer, peut-être devrais tu envisager de la fermer.

      Supprimer
  12. Il y a donc une excellente raison à ce que d'autres courants de pensée se fédèrent avec ce parti politique, pour apporter leur grain à moudre et permettre à M. Asselineau de se montrer un peu plus humble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. outre le jugement de valeur sur asselineau et je ne vois pas le apport avec le faites de fédérer
      que voulez vous dire par se fédérer en pratique et concrètement
      que les partis se rassemblent dans une fédération et se présentent ensemble au élection
      sous un même sigle?
      explique moi le fonctionnement et en pratique les avantages .



      Supprimer
  13. Fanfan Asselineau c'est le nouveau Cheminade Bis
    c'est à dire un "idiot utile" la majorité des partis politique et qui dans les faits tant des sodages que des résultats de vote contribue a faire monter le FN même si au départ ce n'est pas son souhait et il enrage ensuite de constater qu'il se faire piquer la vedette.

    RépondreSupprimer

  14. . Les partis politiques sont-ils indispensables?
    Certes non, je ne crois pas, puisqu'ils divisent les hommes au lieu de les unir dans une seule vue, le bien de la France. Si les gens veulent deviser sur leur idéologie commune, de simples. associations sans pouvoir représentatif devrait suffire à combler ce manque de puissance de l'individu.
    Je viens de lire beaucoup de bavardages, qui permettent de voir que le français reste un doux rêveur de l'idéologie du bien et du mal, qui mène à aucune action politique, alors que pendant ce temps, d'autres comptent, pèsent encaissent, leur idéologie n'est pas philosophique, c' est le pouvoir matérialiste, l'argent qu'il exploitent à leur seul bénéfice clanique et la puissance politique qui les stimulent et leur donne une image d'eux mêmes hypertrophiée, et possibilité de..vivre au pédant des autres. sans arrière pensées, ils accaparent tout. Ils règnent dans les milieux de pouvoir mondiaux en maîtres sans pitié : lire
    www.uuurgh.net/DRUMfranjui/IsaacBlumchen.pdf A nous la France !

    Pour ce qui est des guerres fomentées par ce pouvoir, sachons que ce sont ces gens qui ont initiés les deux premières et permettent la troisième. Guerres du Pétrole. et plus exactement guerre pour maintenir le pétrodolar. Ce club clanique n'a rien a voir avec la religion qui sert de faux prétexte. je vous laisse trouver le détail de ce système de pouvoir. Reveillez-vous, nous sommes trompés volontairement.

    RépondreSupprimer
  15. Je suis d'accord avec tout ce que tu dis, mais il est dommage que tu fasses référence à A nous la France ! qui n'a pas été écrit par un juif mais par un français antisémite, Urbain Gohier, et publié sous le nom de Blumchen.

    RépondreSupprimer
  16. La propagande d'Asselineau sur internet et dans ses conférences est essentielle pour soumettre ses adhérents en empêchant tout esprit critique par censure directe, afin de mener à bien l’acceptation sans nuance des idées de son parti mais qui au final ne sont que ses propres idées.

    En exerçant la censure, Asselineau cherche à museler toute opposition ou toute opinion indépendante dans son parti.

    Quand on analyse bien on voit que l'UPR ressemble en gros à une Commission Creel bis mais sans intellectuels, ni journaliste, ni publicistes.

    Asselineau explique des sujets en citant des sources mais il explique comme çà l'arrange ce qui fait que les gogos moins attentifs ou incultes tombent dans son piège de manipulateur. Sa communication tient parfois de la désinformation, il manipule trop les faits et l'histoire. Son discours complotiste est totalement inaudible électoralement.

    Asselineau est bien meilleur en tombola qu'en politicien.

    Et puis il y a chez beaucoup d'adhérents de l'UPR des comportements qui font trop penser à une secte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis adhérent a l'upr comment peut on écrire autant de connerie

      Supprimer
    2. Je fus adhérent à l'UPR, c'est à dire un français assez stupide pour payer ma cotisation 2012 à l'UPR et même me faire escroquer par ladite organisation. En effet, j'ai organisé la conférence, à la Brasserie des Dannaïdes, le Vendredi 02.11.2102 à Marseille pour le compte du sieur Asselineau qui ne m'a jamais remboursé de l'avance (530 €) que j'avais faite (notamment pour frais de bouche). Or qui vole un oeuf, vole un boeuf : simple déformation professionnelle d'un employé des impôts que je ne souhaite pas voir diriger la France.

      Supprimer
  17. Excellente initiative. L'union des forces "progressistes" me semble la seule solution (même si elle ne semble pas d'actualité). Récupérer la souveraineté nationale et populaire est le passage obligé pour contrer le turbolibéralisme et stopper la destruction systématique de notre patrimoine et de nos conquis sociaux.

    Françoise, M'PEP 13

    RépondreSupprimer
  18. BRAVO pour cette initiative ! Le texte, loin d'être parfait, est dans un esprit de rassemblement, de responsabilité et d'avenir ! Adhérent du MPEP, j'applaudie des deux mains cette initiative ! Il faut surmonter des différences profondes pour vaincre l'atlantisme néolibéral qui étouffe et enchaîne notre continent et notre peuple !
    Une fois notre ennemi commun vaincu, une fois notre liberté retrouvée, le peuple choisira sa voie entre nos différents courants.


    Clément, M'PEP 59

    RépondreSupprimer
  19. Je vous signale qu'il ne vous reste que quelques jours pour enlever de votre site ce faux communiqué conjoint UPR-M'pep-DLF-PRCF-S&P daté du 15 Mars 2015. Si un lecteur peut aujourd'hui se rendre compte du caractère trompeur de ce communiqué car la date est dans l'avenir, cela ne sera bientôt plus possible. Je vous invite à faire preuve de responsabilité en enlevant donc ce faux communiqué.

    Gilles Marceau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison Gilles. Je vais faire preuve de responsabilité et continuer d'encourager les partisans de toutes ces formations politiques à pousser leurs dirigeants à travailler ensemble, cela en repoussant la date de signature de cette publifiction.

      Supprimer
  20. En tout cas, belle initiative, comme d'habitude !

    RépondreSupprimer

Quelque chose à ajouter ?