vendredi 14 février 2014

Pourquoi l'U.P.R est une impasse politique ?

Parmi les sympathiques lecteurs qui suivent régulièrement mes publications, nombreux sont les partisans de l'Union Populaire Républicaine, parti politique fondé par François Asselineau, inspecteur général des finances ayant exercé à l'intelligence économique et diplômé de l'ENA et de HEC.

A priori, avec un tel CV, l'homme représente un certain sérieux lorsqu'il propose aux Français de sortir de l'Union Européenne et de l'OTAN de façon légaliste et sereine. Nous pourrons ajouter à sa défense qu'il propose une ligne politique plutôt intelligente, puisque la Charte de son parti politique témoigne d'une expresse volonté de ne pas cliver les Français sur des problèmes subalternes comme les questions de société ou les positionnements politiques gauche/droite qui divisent profondément la Nation.

Mais les éloges s'arrêteront là car il y'a matière à sérieuses critiques, et je tiens à préciser que c'est en tant qu'ancien militant de ce parti que je pense avoir l'autorité nécessaire pour témoigner sereinement à ce sujet.

Tout d'abord, il convient d'abolir un premier mensonge sur l'U.P.R de la part de son Président fondateur : L'U.P.R n'est pas un « mouvement » mais bien un parti politique. En effet, un mouvement politique s'il peut avoir des prétentions électorales pour arriver à ses fins, ne saurait s'en satisfaire. Un mouvement ne peut être l'émanation d'un seul homme tant dans son programme que dans sa dynamique, mais bien de toute une communauté de personnes s'activant à porter un message politique jusqu'à le faire aboutir PAR TOUS LES MOYENS POSSIBLES ! L'ensemble de cette communauté ne peut en aucun cas se fédérer comme dans un parti politique derrière une personnalité et un programme déjà écrit, mais au contraire dans une volonté commune de rédiger ce programme et faire en sorte que les idéaux aient plus d'importance que leurs messagers. Et puisque messagers « officiels » il doit y'avoir, ces derniers devront recevoir l'investiture de chaque personne contribuant à la dynamique du mouvement, et non par le fait du prince. A ce titre, proclamer que l'U.P.R est un « mouvement » est clairement un mensonge sémantique de la part de François Asselineau, puisque très peu d'adhérents à ce parti politique n'ont contribué à la rédaction de son programme, qui n'a d'ailleurs pas été soumis à l'approbation des militants.

Restons sur la question du programme et permettons au passage de dénoncer un autre mensonge de François Asselineau sur le caractère démocratique de son engagement. En effet, s'il est vrai que le programme politique de l'U.P.R a été rédigé essentiellement de la main de son Président à l'occasion des Présidentielles de 2012, rappelons que nous sommes aujourd'hui en 2014, que le nombre d'adhérents à l'U.P.R a plus que quadruplé depuis lors, et que nulle révision ou amélioration de celui-ci n'est actuellement soumis à l'assentiment des adhérents de ce parti politique. Rien n'empêche pourtant que ces derniers, tout en respectant la précieuse Charte de l'U.P.R puissent contribuer à faire valoir leurs idées et étoffer le premier texte de propositions économiques, sociales et écologiques leurs tenant à cœur. D'autant qu'il serait temps d'ouvrir les yeux sur la nature de ce programme qui en dehors des régulations commerciales et monétaires qu'il réinstaure de fait via la proposition phare de quitter l'U.E et l'euro, ne remet pourtant pas en cause les paradigmes profondément capitalistes qui régissent notre société. Or, s'il est vrai qu'il est très complexe de faire entendre aux Français que certains modèles économiques encore trop nouveaux (et bien mal défendus par la plupart de leurs défenseurs) comme la « décroissance » méritent une attention particulière, il n'en reste pas moins que ce serait faire offense à l'intelligence de ces derniers que de croire qu'ils ignorent des lois physiques simples nous rappelant que dans un monde fermé, l'utilisation exponentielle des matières premières ne peut qu’entraîner leur déclin à plus ou moins long terme. Et puisque j'ai souvent l'occasion de discuter avec des eurolucides de tous bords (y compris de l'U.P.R), je constate que l'essentiel d'entre eux sont non seulement bien informés des enjeux liés au déclin annoncé du pétrole dans un monde occidental qui reste focalisé sur des vieilleries Keynésiennes, libérales ou plus encore capitalistes, mais ils sont en plus excessivement inquiets que leurs propres représentants semblent ignorer ces difficultés qui peuvent surgir du jour au lendemain. Demandez par exemple à M. Asselineau ce qu'il se passera lorsque malgré les injections quotidiennes d'eau de mer (ce qui est en soi un très mauvais signe) dans le super champs pétrolier de Ghawar en Arabie Saoudite, la production de celui-ci chutera brusquement de moitié, voir totalement ? Est ce que la réponse de la France serait alors d'utiliser notre monnaie nationale restaurée pour construire des milliers de logements, ou l'urgence première serait de trouver un moyen de nourrir une population souffrant des difficultés de notre pays quant à importer à des prix acceptables un pétrole se raréfiant brusquement ? Bien sur, certains voudront rappeler que M. Asselineau propose un référendum sur les questions énergétiques. Mais au vu de l'Urgence, ne serait-il pas nécessaire d'avoir déjà un plan de bataille inscrit dans le programme s'agissant de la nécessité de décarboner notre économie ?

La vérité est qu'au delà du problème démocratique posé par l'U.E, la nécessité de reprendre les commandes de notre pays est d'ordre économique pour ne pas dire clairement alimentaire. Nous savons grâce à l'Agence Internationale à l’Énergie que nous avons déjà passé le PeakOil et que nous surfons actuellement sur un plateau de production qui ne durera qu'un temps. Tous les gens un peu éduqués sur les questions énergétiques SAVENT que c'est une véritable économie de guerre qu'il faudrait mettre en place, dont le maître mot serait la planification de tous les moyens technologiques, réglementaires et fiscaux pour réduire drastiquement et en urgence notre dépendance au pétrole. Et je suis certain que si comme au Mpep ou au PRCF, les partisans de l'U.P.R pouvaient contribuer à la rédaction du programme présidentiel futur, l'enjeu énergétique et alimentaire attenant serait clairement mis en avant. Par ailleurs, au-delà des questions programmatiques, je constate que les sympathisants de l'U.P.R n'ont pas voix au chapitre pour nommer leurs délégués départementaux et ne peuvent pas non plus accorder l'investiture à leurs représentants pour les mandats électoraux brigués par ce parti politique.

Si il est tout à fait légitime de considérer qu'il était naturel dans un premier temps que François Asselineau décide seul de ce qui faisait la dynamique et la nature intellectuelle du parti politique qu'il venait de fonder, avec plus de 4100 adhérents au moment de la rédaction de ce billet, l'argument ne tient plus quand on se prétend démocrate. A ce titre, François Asselineau agit bien en autocrate et cela n'est pas non plus bon signe lorsqu'on prétend gouverner un pays durant cinq longues années. L'horizontalité des décisions ne nuit en rien au Mpep, au P.O.I ou au P.R.C.F et aucun de ces partis politiques (ils ne sont pas des mouvements non plus), n'a rompu avec leurs grands principes clés s'agissant de la sortie des traités européens et de l'OTAN.

François Asselineau se défendrait certainement en rappelant que Charles de Gaulle avait dû aussi agir en dictateur lorsqu'il fut à la tête du Gouvernement Provisoire de la République Française à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Mais oserai-je rappeler qu'il ne gouverna que 6 mois avant de céder la place, et qu'il ne reviendra que lorsque le Gouvernement de René Coty, dépassé par l'insurrection Algérienne, le rappellera pour régler le problème. Charles de Gaulle ne prétendait pas gouverner lorsqu'il coordonna la Résistance Française avec Jean Moulin et le Général Giraud. Son unique objectif était de rendre la France aux Français, non de se forger un nom et une carrière politique. L'autre argument que tiendrait François Asselineau, serait qu'il faut conserver une certaine cohérence dans la direction de l'U.P.R et que sa notoriété naissante est la seule à même de faire grandir ce parti politique. Sauf que l'argument ne tient pas face à la puissance politique que peut prendre un réel mouvement qui ne serait contraint pas les problèmes d’ego de son chef. Plus encore peut-on faire valoir l'expérience, si l'on en juge les médiocres résultats médiatiques de l'U.P.R contrairement au tout petit Mpep qui parvient à faire entendre son Président Jacques Nikonoff sur France Info par exemple. Il faut savoir que tant à l'Inspection Générale des Finances qu'à l'intelligence économique, François Asselineau était réputé infréquentable du fait de son caractère. C'est ainsi une punition pour des hauts fonctionnaires que de travailler à ses côtés. Si naturellement, ce dernier se montre affable avec les journalistes, comprenez qu'il est en revanche très suffisant pour ne pas dire hautain vis à vis de ses militants les plus enthousiastes qui voudraient faire connaître l'U.P.R autrement que selon la "stratégie" de François Asselineau.

Enfin, pour en finir avec les vues démocratiques de François Asselineau, je tiens à évoquer une discussion que j’eus avec lui à Bordeaux lorsqu'à l'époque de mon militantisme, j'organisais une conférence pour lui. Alors que nous étions attablés dans un restaurant, je lui posais la question suivante :

Beaucoup de gens évoquent la nécessité d'organiser une Constituante. Je connais votre avis sur la question, mais si nous devions reprendre les commandes avec les institutions de la cinquième République réformées dans le bon sens, combien de temps après l'assainissement diplomatique et économique faudrait-il pour qu'une telle constituante puisse être organisée sereinement ?

François Asselineau me répondit qu'il fallait compter deux à trois années environ pour que nous puissions être en mesure d'organiser cela sereinement.

Si j'évoque cette discussion, ce n'est pas pour dédouaner la logique de François Asselineau s'agissant de la nécessité d'agir avec les moyens donnés par notre Constitution actuelle dans une phase historique complexe, où un Président devra gouverner avec toute son autorité. C'est simplement pour faire savoir que le choix de pérenniser les institutions de la cinquième République, quand bien même profondément améliorées par une série de référendums, n'appartient qu'à François Asselineau. Pourtant rien n'empêcherait ce dernier s'il était hypothétiquement élu Président, d'organiser une Constituante afin de satisfaire les aspirations très nombreuses en ce sens de la part des résistants politiques de tous bords au Système actuel. D'ailleurs, certains se rappelleront du profond mépris qu'avait affiché François Asselineau à Etienne Chouard lorsque celui-ci fut invité à une table ronde de l'U.P.R, lors de l'université d'automne de 2012. Sur les questions profondément philosophiques s'agissant de la nature de la Démocratie, François Asselineau est particulièrement mal à l'aise car d'une part je le pense convaincu (à juste titre) que la France nécessite un exécutif puissant de part sa longue histoire centralisatrice, mais aussi par ce que la Démocratie réelle, surtout si elle était réclamée au sein de son propre parti politique, pourrait finir par le mettre en difficulté s'agissant de la Présidence de l'U.P.R. D'ailleurs, il n'est pas étonnant que l'association qu'est l'U.P.R malgré ses statuts lui imposant qu'un congrès décide à qui confier la Présidence périodiquement, n'ait jusque là jamais organisé à ma connaissance qu'un seul congrès (si l'on tient compte de la présentation du programme le 3 décembre 2011). Et si l'on considère toutes les universités, elles ne peuvent avoir réuni toutes les délégations départementales et je n'ai pas entendu un seul écho comme quoi la Présidence avait été renouvelée par le congrès, comme cela doit être le cas tous les trois ans. Il n'y a d'ailleurs pas eu de propositions d'autres présidentiables de la part des militants et délégués qui en ont pourtant tout à fait le droit.

Sachez donc chers militants U.P.R, que vous soutenez un autocrate carriériste, dont l'ambition est d'abord de graver son nom dans l'Histoire de France car la réalité sur François Asselineau est qu'il ne cherche pas spécialement à libérer notre pays. Du moins, cette nécessité n'est pour lui que le moyen de forger sa propre légende, non un idéal dont il se moquerait de savoir quelle entité en récolterait les lauriers pourvu que cela soit fait. François Asselineau court après sa propre gloire et n'agit pas en homme désintéressé, qu'on se le dise. N'est pourtant pas Charles de Gaulle qui veut, ce qui m'amène au dernier volet de mon analyse.

Supposons que l'âme de Charles de Gaulle se soit réincarnée aujourd'hui dans la peau d'une femme ou d'un homme, et que fidèle à elle-même, son unique quête serait de libérer la France non pour satisfaire son ego, mais simplement par ce que la nécessité l'exige. Comment notre Charles de Gaulle analyserait la situation et la réponse à lui donner ?

En premier lieu, elle constaterait que la menace principale qui pèse sur la vie des Français serait celle de la déplétion annoncée des énergies fossiles et une politique agricole qui va à contresens de l'indépendance alimentaire de la Nation. Ce Charles de Gaulle qui serait aussi éduqué politiquement et économiquement que l'ancien, saurait qu'une réponse structurelle de grande ampleur de la France à cette menace nécessiterait à minima 5 à 10 années de réformes économiques et agricoles majeures pour espérer garantir la distribution de la production agricole nationale à tous les Français, même en cas de pénurie totale de pétrole. Son soucis premier serait donc de lutter contre la montre, non de briguer un mandat électoral qui présuppose un attentisme parfaitement suicidaire. A ce titre, la question de la récupération de notre indépendance nationale ne serait que le moyen de faciliter ces réformes nécessaires, non une simple conviction idéologique s'agissant de la nature malsaine de la mondialisation que nous connaissons tous. Aussi, notre Charles de Gaulle de 2014 chercherait à organiser la Résistance non sur une considération purement politique (et donc électorale), mais bien dans une dimension insurrectionnelle en proportion des moyens légaux possibles à utiliser pour tous les résistants. Et croyez moi, ils sont nombreux !

A contrario, comme je l'ai indiqué plus haut, François Asselineau lui ne poursuit que sa propre gloire et ne cherche pas à doter ses partisans (qui feraient pourtant d'excellents résistants) des outils juridiques, financiers et techniques permettant d'accélérer le processus insurrectionnel.

La caisse de l'U.P.R au moment où Erick Mary (ancien délégué national au militantisme) fut évincé de ce parti politique, était abondée de plus de 100.000 € selon les dires de ce dernier lorsque je l'avais interrogé à ce sujet. François Asselineau lui-même dispose d'un salaire qui avec ses indemnité est vraissemblablement supérieur à 10.000 € ce qui pour la plupart des résistants réellement motivés, suffirait à satisfaire plus que largement leurs nécessités militantes.

Cet argent épargné en vue d'être dilapidé dans la campagne électorale de l'U.P.R serait pourtant investi de façon bien plus efficace si il était réparti au niveau de chaque délégation et dans des outils clés de la Résistance. Pour commencer, il est une urgence d'informer le plus grand nombre de Français en se moquant des difficultés médiatiques actuelles, ce qui nécessite le financement d'un journal papier à créer et distribuer à la population gratuitement ou presque. Mieux qu'un banal tract que l'on jette dans la première poubelle venue, un journal a une dimension qualitative par la richesse de son contenu qui a permis par exemple à Jacques Cheminade de se faire connaître des maires malgré l'omerta médiatique à son encontre, et ainsi obtenir les 500 parrainages nécessaires à sa candidature pour la Présidentielle 2012. Un journal tiré à 10.000 exemplaires coûte moins de 3000 € en fonction de sa pagination, ce qui représente tout au plus 3 % des fonds de l'U.P.R, qui pourraient largement être amortis par les flambées d'adhésions permises par cet outil de réinformation du grand public.

Une autre partie des fonds pourrait être utilisée dans l'indemnisation d'un avocat (si l'U.P.R ne sait pas en trouver un qui puisse agir bénévolement parmi ses membres) pour attaquer tous les responsables gouvernementaux trahissant manifestement la Nation. Et sur ce terrain, on peut considérer que l'affaire Snowden, et en particulier l'interdiction de survol de l'avion d'Evo Morales sur notre territoire ou encore le Traité TAFTA en cours de négociation relève bien de l'article 411-5 du Code Pénal sur l'intelligence avec une puissance étrangère. J'ai d'ailleurs souvenir d'une publication de François Asselineau sur cet article du Code Pénal qu'il connait bien. Étrangement, celui-ci n'a ni engagé les moyens de l'U.P.R pour mettre en branle la machinerie judiciaire, ni même appelé ses partisans à écrire au Procureur de la République de Paris et globalement à tous les Magistrats de France, avec une lettre de dénonciation qu'il aurait pris soin de rédiger. Pourtant, la force de l'U.P.R, c'est bien ses 4000 adhérents et au moins dix fois plus de sympathisants qui pourraient spammer les institutions judiciaires de courrier physique, pour générer une ouverture d'enquête et un intérêt médiatique à cette forme de résistance à l'oppression parfaitement légaliste. En outre, c'est sans nul doute le meilleur levier pour mettre en difficulté François Hollande et l'amener sur le terrain glissant de la destitution ou à minima de la démission. Mais François Asselineau n'est pas la réincarnation de Charles de Gaulle et ne cherche pas à utiliser les moyens humains et financiers de l'U.P.R pour rendre au peuple son pays.

Autre appel que ne fait pas François Asselineau à ses militants : celui d'inscrire sur chaque billet de banque le mot « FRANC », afin de jouer de la viralité d'un message colporté sur la monnaie fiduciaire, qui rappelons-le a pour principal avantage le fait de circuler rapidement de mains en mains. Bien qu'illégale, j'ai déjà démontré dans une conférence ainsi que dans un article à ce sujet, que cette action n'entraînerait aucune poursuite des autorités. C'est un moyen extrêmement efficace pour redonner aux Français, le sentiment d'avoir un contrôle sur leurs institutions, à commencer par leur monnaie.

De la même façon, François Asselineau pourrait tout à fait proposer à ses militants de lui communiquer leurs meilleures lettres adressées à différentes institutions comme des ministères, la présidence de la République ou encore les médias, afin d'appeler ces mêmes militants à spammer ces institutions à des dates concertées, d'un courrier commun qu'il suffirait de télécharger et imprimer. Tout cela est gratuit et ne nécessite donc pas de puiser dans la caisse. C'est pourtant efficace d'agir ainsi, puisqu'il faut s'imaginer des dizaines de sacs postauxenvahir les bureaux des institutions de courriers appelant notre Gouvernement à rendre aux Français leur Souveraineté pleine et entière, ou aux médias à produire un journalisme de qualité sur ces questions.

Mais François Asselineau n'a strictement rien d'un Charles de Gaulle encore une fois. Il prêche l'immobilisme et l'organise par défaut en ne décentralisant pas une partie des fonds de l'U.P.R pour faciliter le militantisme, autant qu'il se refuse à se montrer subversif ou appeler ses sympathisants à résister concrètement.

En vérité, de Charles de Gaulle, nous en disposons de quelques dizaines, voir quelques centaines tout au plus en France. Ces derniers ne jouissent d'aucune notoriété mais son profondément activistes. Leur invisibilité médiatique ou politique les empêche de rendre leur propre Résistance plus collective et efficace car ils ne sont tout simplement pas entendus. Pourtant, ils sont la réelle clé de la libération nationale. Mais ne comptez pas sur eux pour faire une carrière politique, c'est à ce jour le cadet de leurs soucis. Ils se contentent de lutter à la mesure de leurs faibles moyens. Contrairement aux années 40, ils ne sont pour la plupart d'entre eux aucunement des officiers de l'Armée de terre, ne disposent d'aucun soutien étranger ou médiatique et n'ont donc réellement aucune autorité à faire valoir sur les Français. Ils sont seuls et ont besoin de votre fraternité et votre courage pour vaincre l'ennemi.

Je terminerais cette longue analyse sur l'U.P.R et plus précisément sur François Asselineau sur une décharge à son égard. Je ne nourris en effet strictement aucune hostilité personnelle vis à vis de cet homme, quand bien même je n'apprécie guère son caractère. Je lui reconnais un bon talent de pédagogue et une certaine ténacité à l'ouvrage. Il ferait en outre un excellent ministre des affaires étrangères tant il a à cœur (et j'en suis convaincu) de défendre les intérêts bien compris de la France dans son œuvre politique. Et personne ne peut remettre en question ses compétences utiles à ce sujet.

Si pour des raisons de personnalité, je ne pense pas qu'il soit l'incarnation d'un libérateur pour la France, je considère qu'il mérite entièrement sa place dans l'Histoire comme l'un de ceux qui auront contribué à éveiller la population, et peut-être plus tard à l'aider concrètement à s'émanciper du joug de l'U.E et des U.S.A dans le cadre d'un mandat politique qui lui serait confié.

Je souhaitais juste faire comprendre à tous ceux qui me répètent en perroquet que l'U.P.R est la meilleure solution aux problèmes de la France, que ce parti politique est totalement forgé à la propre gloire de François Asselineau, et qu'à ce titre, la dynamique de ce parti politique ne répond en rien au sauvetage en urgence de la France. Certes, sa croissance est exponentielle mais bien trop longue et bancale du fait des contraintes extérieures qui pèsent sur le système politique Français. À ce titre, il est à considérer qu'au moment de son émergence réelle, les problèmes de la France seront d'une nature toute autre que ceux d'aujourd'hui. Son programme politique sera alors rendu obsolète, car ne répondant plus à des enjeux d'urgence alimentaire et énergétique attendus pour les dix à quinze années à venir, et cela dans une vision largement optimiste des choses.

Voila pourquoi malgré cette longue critique de l'U.P.R rédigée ici, je n'appelle aucun des partisans de ce parti politique à abandonner la voie politique qu'ils ont choisi, mais de prendre en considération les profonds handicaps de ce parti politique et considérer que la véritable résistance dont ils peuvent faire preuve se situe ailleurs, et doit être considérée avec un sentiment d'urgence réelle.

En espérant que mon billet sera analysé pour ce qu'il est réellement, je vous adresse à tous mes amitiés résistantes.


Sylvain Baron



67 commentaires:

  1. Le parti idéal n'existe pas et un parti c'est avant tout un homme est des (ses) idées, qu'on adoptent ou pas.
    S'il faut changer tous les 4 matins de programme dès qu'on nouvel adhérent arrive, il n'est pas possible d'avoir de ligne politique concrète et de vision à moyen terme.

    RépondreSupprimer
  2. Je rajouterais le fait que l'UPR arrive également à passer parfois dans des médias de masse, à BFM radio récemment, mais qu'il est black listé (cf wikipedia en fr) ce qui est bon signe, qu'il a bien un programme d'autonomie alimentaire, que son programme est souvent une reprise au mot près du CNR, qu'il ne peut parler de sujet clivant, comme ce qui est de l'ordre de l'énergie, il précise toutefois qu'il a son opinion sur le sujet, qu'il a parlé du fait que le temps lui manquait, qu'il avait l'idée d'écrire un livre, qu'il a non pas créé un journal ou de simple tract, mais ce qui pourrait s'apparenter à un document pdf de plusieurs pages expliquant l'origine de l'UE, en demandant une diffusion massive ... Il ne prétend pas vouloir gouverner pendant 5 ans, mais pendant 7 ans. Il parle de mouvement, en expliquant que c'est un mouvement de libération national amené à se dissoudre, peu importe le statut juridique actuel. Il faut également préciser qu'il veut mettre en place le référendum d'initiative populaire. On ne va pas non plus reprocher à Soral d'avoir passé de nombreuses années dans un canapé à parler tout seul et à écrire des livres, avant de commencer à fédérer ses idées.
    Je note toutefois de très bonne idée dans cet article, qui n’ont par ailleurs été insufflé par aucune des grandes figures de la résistance, je ne les remets pas en cause pour autant.
    Rome ne s'est pas fait en un jour, et elle a été construite par de grandes personnes, voilà la moralité de l'histoire.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne partage pas tout à fait votre analyse. Asselineau a une stratégie et s'il vérrouille depuis sa base c'est qu'il a probablement besoin de créer son réseau de confiance. Je pense que si l'on ouvre trop vite un aspect très démocratique au niveau du mouvement, il exploserait direct de l'intérieur. Bien qu'impliqué depuis un peu plus de 2 ans au sein du parti, je trouve effectivement que les choses ne vont pas assez vite à mon gout mais nous avons une forme certaine de stabilité et de confiance les uns avec les autres. Pour ce qui est des moyens pour les délégations les choses avancent aussi bien de ce coté. Chaque délégation va se voir doter d'un budget pour etre indépendant. Pour ce qui est de l'évolution du programme, sur ce point je partage votre point de vue. J'aimerai que l'on mette dans la constitution que le chomage structurel ne derait pas dépasser les 4 ou 5%, en divisant le temps de travail ou en alternant les temps de travail et de congés. Je sais c'est utopiste, mais je suis proche de la mouvence de zeitgeist. La ou je vous rejoints complètement c'est qu'il faudrait passer du système capitaliste aux systèmes energétique. Moins un système consomme de l'energie et plus nous devons employer de la main d'oeuvre. Donc quelque part, taxer l'energie est forcement bon pour l'emploi.

    RépondreSupprimer
  4. Votre analyse est fausse c'est comme dire que les adhérents du Parti socialiste devaient réécrire le programme .... On adhère à un programme ou non, il est disponible librement ! Enfin vous parler de sujet comme l'énergie .... Les propositions de l'upr en thermes d'énergies devrons être changé par la force des choses car les technologies évolue .... Cela n'est pas de la politique, mais de la recherche ... On sent en vous un post rageur ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans fautes ça serait mieux non ?

      Supprimer
    2. Arrêtez de faire chier les gens avec leurs fautes d'orthographe... Tout le monde n'a pas eu le même parcours éducatif ni le même capital culturel.... L'important étant le fond du message, leur opinion et qu'ils prennent part au débat!... Ce genre de critiques me paraît classiste, hautaine et pleine de mépris... ( si seules les personnes écrivant sans fautes pouvaient donner leur avis, la France serait muette)... et je préfère en rester là..., ne voulant prendre le risque d'être verbalement plus virulent.

      Supprimer
    3. Sans faute ça serait encore mieux non ?

      Supprimer
    4. cent fautes, c'est mieux !

      Supprimer
    5. Anne-Marie FORSTER10 mai 2017 à 03:36

      Je me suis forcée à lire ce(trop)long article, car adhérente UPR, je suis aussi critique par rapport à l'organisation du parti. Je lui reprochais d'être une sorte de club universitaire, avec des cours magistraux destinés à des étudiants... Je lui reprochais de n'être pas accessible à tous et de ne parler en boucle que de la triple sortie. Je lui reprochais aussi de mettre les femmes à l'écart. Une adhérente et moi-même avons proposé (sans succès)notre candidature pour être déléguée départementale.
      Alors maintenant, que faire ? Personnellement, je ne compte plus sur l'UPR. Pourtant, je reste d'accord avec les analyses de FA, et j'ai apprécié la façon dont il a mené sa campagne. Mais, 0,9% n'augure d'aucune victoire pour la suite.
      Selon moi, la Politique ne sera pas la solution. Attali et ceux qui veulent établir une Gouvernance Mondiale ont réussi à mettre leur poulain à la tête de l'Etat français. On pourrait dire : "ils ont gagné!". Mais c'est sans compter sur la réaction du Peuple grugé qui va finir par monter aux créneaux ... 1789, en pire ....
      Pour moi, la seule possibilité d'éviter la barbarie, ce serait de mettre en place une révolte pacifique. Et plutôt que de combattre les ennemis surpuissants de la Liberté, mettre en place un Mouvement parallèle, positif et inventer une nouvelle Société. D'innombrables associations,groupes ou individus proposent des solutions dans tous les domaines de la vie publique.
      N'étant moi-même qu'une simple citoyenne, je ne saurais comment m'y prendre. Mais des personnes telles que Sylvain Baron, Etienne Chouard, pourraient contribuer à mettre un Mouvement de large envergure en place, pour résister. Surtout, Messieurs, faîtes une large place aux femmes qui dans l'Histoire ont un rôle plus pacifique sur le cours des choses.

      Supprimer
  5. Sylvain Baron,

    Votre analyse est intéressante car elle nuance la passion que certaines personnes ont de ce parti. En effet, des gens qui vivent dans le brouillard permanent ont vu enfin les choses clairement pour la première fois de leur vie. Des mots ont pu être mis sur des impressions floues, des ressentis vagues mais bien réels. Le mérite de François Asselineau de donner du sens à des événements apparemment décousus est immense tellement la vision qu'il propose est claire, homogène et ne souffre d'aucune ambiguïté.

    Ne leur ôtez pas trop vite cette sensation.

    Par ailleurs, j'ai effectivement souvent entendu dire que François Asselineau était un autocrate et qu'il ne prêchait que pour sa propre paroisse, notamment par Erick Mary. Certes, c’est son caractère, c'est assez indéniable. Néanmoins, on notera la présence de Régis Chamagne qui petit à petit fait son nid et se fait connaître comme "numéro 2" du parti.

    De plus, on peut imaginer qu'avant de confier les rênes à d'autres personnes, il tient à s'assurer que le message sera peu ou prou le même, d'autant plus qu'on dérape vite à donner son opinion et donc être clivant. Ce jeu d'équilibriste est difficile à tenir je trouve, il faut s'assurer de ne pas brouiller le message.

    François Asselineau tient probablement à laisser son nom dans l'Histoire de France, et alors ? S'il permet la libération de la France, nous y gagnerons collectivement et nous retrouvons une vision d'avenir pour notre chère et bien-aimée France. Vous noterez qu'il donne de sa personne, ce ne serait pas une reconnaissance volée mais justifiée. Que dire par ailleurs des gens qui actuellement cherchent à rester dans la postérité alors qu’ils sapent les intérêts de la France et des Français ? Si François Asselineau cherche cette postérité, pourquoi la lui refuser ?
    Sur la gestion de son programme présidentiel, imaginez que nous en appliquions seulement le quart ! On peut bien entendu le modifier mais enfin, il est déjà très puissant et le Référendum d'Initiative Citoyenne y étant inclus, nous n'aurions pas de difficultés à faire des propositions par la suite de son adoption. Je me souviens d'une vidéo où il explique même que quelqu'un lui a parlé d'une mesure du type "les gens peuvent proposer des lois" et où il avoue ne pas y avoir pensé et peut-être le rajouter.

    Sur les questions environnementales et énergétiques, vous avez mille fois raisons mais Etienne Chouard n'a-t-il pas aussi raison quand il affirme qu'il faut nous rassembler sur l'essentiel ? Sans les manettes pour diriger, les meilleures lois ne pourront pas être votées.

    En revanche, je ne vous suis pas sur la médiatisation d'Asselineau. Il serait responsable de son ostracisation selon vous ?

    Sur l'affaire du Congrès qui doit avoir lieu tous les 3 ans, il s'en est expliqué à l'Université d'Automne à Tours. Il est prévu et il n'a pas eu lieu avant parce que le mouvement était trop petit, cela n'avait, à ses yeux, pas de sens. Aujourd'hui, clairement il ne peut pas y échapper.
    Enfin, en ces temps où le pays est au bord de l'explosion, un parti politique qui est réellement rassembleur, qui donne du sens aux mots et qui défend comme aucun autre le pays 'France', est-il bien nécessaire de l'attaquer, de faire douter parce que son président est sujet à des critiques de cette nature ?

    Ne pensez-vous pas qu'il faut réellement que nous arrêtions d'attendre le messie pour nous délivrer de nos problèmes ? Il serait moins autocrate qu'on lui reprocherait d'être non présidentiable ou manquant de caractère. On a quelqu'un qui peut tenir la barre, alors parmi les actes de Résistance, soutenir ce parti me semble un bien noble combat, satisferait-il l'ego d'un homme.

    Alain Fabre.

    RépondreSupprimer
  6. Sylvain Baron, je suis 100% d'accord avec votre analyse et je ne comprends pas que des militants le prennent sur la défensive, on ne dit pas que l'UPR est un mauvais parti mais simplement qu'on peut travailler à le rendre encore meilleur. Comme indiqué, le prochain congrès est pour bientôt, ce sera l'occasion de rendre le parti plus démocratique et de lancer une rénovation participative du programme, notamment pour y inclure l'enjeu majeur de l'indépendance énergétique.

    RépondreSupprimer
  7. Mr Asselineau vous êtes sur la bonne voie ,les critiques commencent à vous cerner de près.Je pense qu'il y a tentative de casse de votre parti .Si Monsieur Sylvain Baron est si sûr de lui qu'il fasse son propre mouvement et qu'il applique ses idées qui me semblent intéressantes.(j'avoue que je n'ai aucune connaissance en la matière). Mais si Monsieur Sylvain Baron dit avoir l'autorité nécessaire pour témoigner sereinement du fait qu'il ait été membre UPR , il est pour moi complètement décrédibilisé par le fait que justement il les étale une fois hors du mouvement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme, vous avez le droit de penser que l'UPR devrait rester une secte réservée aux adorateurs de son gourou, mais ne vous étonnez pas dans ce cas que le parti reste marginal. Sylvain Baron a raison de dire que le souverainisme n'a aucun avenir tant que son seul objectif est de mettre le pouvoir dans les mains d'un tyran, et j'espère qu'il reviendra participer à notre combat de libération quand l'UPR sera devenu un parti démocratique.

      Supprimer
    2. mettre le pouvoir dans les mains d'un tyran, vous associeriez ASSELINEAU à un tyran, comme vous y allez mon bon. Un mouvement comme UPR qui au contraire s'est structuré pour avoir des représentants quand il est possible, dans tous les départements serait un part autocrate, ab , bon ! Remarquez bien que tous les jours, j'associe FN et ...imposture. Bien à vous.

      Supprimer
    3. Eh oui, quand tous les responsables sont nommés ou révoqués selon le bon vouloir du grand chef comme c'est le cas actuellement dans l'UPR, c'est une tyrannie, c'est comme ça.

      Supprimer
    4. Asselineau n'est pas non plus un tyran. Ce que j'ai souhaité expliqué dans ce billet, c'est qu'il est autant un moteur qu'un handicap pour l'UPR. Il a comme tout le monde ses propres soucis de personnalité, et se montre bien trop timorée s'agissant de la nécessité de dépasser le cadre électoral pour atteindre le pouvoir (sans forcément viser le putsch pour autant), gaspille à ce sujet beaucoup d'argent dans une campagne européenne inutilement quand cet argent pourrait utilisé à meilleur escient.

      Et évidemment, je pense que les adhérents de l'UPR, tout en gardant pour cap la Charte et le programme de départ qui est très bien, devraient pouvoir proposer des améliorations à ce programme pour 2017, et disposer d'une meilleure décentralisation des moyens du parti pour mieux organiser le militantisme. En outre, Asselineau doit apprendre à accepter les risques. Un militant peut faire des boulettes dans sa communication, mais l'essentiel est de faire découvrir le parti. Les boulettes, tout le monde en fait. D'ailleurs, Asselineau n'en est pas avare dans sa communication. Beaucoup de gens ne supportent pas ses tics de langage, son esprit victimaire et son coté pédant.

      Supprimer
    5. S'agissant de la campagne européenne, il faut prendre en compte les nouvelles adhésions que cela pourra générer avant de parler de gaspillage.

      Et je ne suis pas d'accord sur la décentralisation de la communication : le FN a démontré qu'il suffit de quelques "boulettes" de militants isolés (salut nazi, insulte raciale, fréquentations douteuses, etc.) pour décrédibiliser tout un parti.

      Enfin l'UPR est un parti républicain, c'est pourquoi il ne peut pas cautionner des méthodes de propagande illégales.

      Supprimer
    6. Finalement ce congrès confirmera la gouvernance tyrannique du parti par François Asselineau.
      Comment s'y est-il pris alors que les statuts lui imposaient de tenir des élections ?
      Simple : il s'entoure de tous les cadres de l'UPR pour les déclarer candidats avec lui dans un scrutin de liste *majoritaire*, puis va jusqu'à faire modifier les statuts pour ajuster le nombre de membres du Bureau au nombre de ses fidèles.
      Vous avez raison Sylvain Baron, l'UPR est définitivement une impasse politique.
      Mais comment la surpasser pour finir par libérer la France alors ?
      Dénoncer est une bonne chose, proposer une solution serait encore mieux.

      Supprimer
    7. Il est évident que vous suivez une piste à volonté déstabilisante. Enrober ça de molles et condescendantes concessions pour dissimuler le venin est une tactique classique et vicieuse. La
      jalousie est dans l'oeil qui regarde et ici c'est le vôtre . Essayez cher monsieur, qui voyez si clair dans le jeu politique, de créer -à partir de rien- et de mener une barque politique qui arrive à garder son cap sur déjà 7 ans, sans autres aides que celles des adhérents ni d'autres recours médiatiques qu'internet et on verra ensuite, dans disons 2 ou 3 ans, où l'on devra aller chercher pour trouver ne serait-ce que quelques traces de votre initiative. Il faut du souffle et une vraie vision pour lancer une telle entreprise dans pareil contexte, une volonté hors norme et l'ambition de réussir qui va avec afin de lutter contre la tentation du découragement qui guette en permanence. Renverser la tendance qui consiste à laisser faire ( le système ) et amener des déçus, des désabusés de tous bords à s'engager pour envisager un futur possible est un vrai défi contemporain. Vous, vous vous permettez, comme c'est la marque de notre temps, du haut de votre docte sapience dire qu'il n'y a pas d'issue, vous parlez à propos de l'UPR d'impasse politique (?) Avec des gens comme ça, on est juste bons à manger au râtelier du système de gouvernance mondiale point barre. C'est dans des propos comme les vôtres que se lovent la tyrannie et l'esclavage. Si l'on devait attendre la perfection avant de se mettre en mouvement l'éternité ne suffirait pas. Agir et s'engager mettent en danger celui et celle qui s'y essaient, en revanche critiquer se fait tranquille bien au chaud, à l'abri de ses mesquines certitudes.

      Supprimer
    8. Oh, de l'ambition dévorante, personne ne doute qu'Asselineau en ait, vu comment il dirige son parti d'une main autoritaire qui n'accepte aucune critique, entouré de fidèles séides, comme vous, prêts à asséner leur souverain mépris à tout ce qui sort des rangs.

      Seulement vous vous trompez, l'UPR ne cherche pas à s'opposer au système, oh non, son seul objectif est de faire élire François Asselineau coûte que coûte ; sans trop se fatiguer à faire campagne non, car son charisme seul devrait suffire à illuminer les foules, et si elles ne votent pas pour lui c'est seulement parce qu'elles n'ont pas encore eu la chance de découvrir ses vidéos géniales sur Internet.

      Daignez apprendre cher monsieur que non, le peuple de France n'a pas attendu votre messie pour voter NON en 2005, qu'il y a donc des millions de citoyens qui se battent déjà pour changer les choses et qu'ils n'ont pas besoin des leçons d'un groupuscule de groupies qui n'est pas capable de faire mieux avec 350 000 euros que de faire 0,5 % aux élections européennes.

      Supprimer
    9. Rémi Tout Court6 juin 2014 à 16:57

      @Gérard Maujean : Chaque homme a malheureusement des défauts, chez certains c'est l'arrivisme, chez d'autres le mensonge. Bien sûr que François Asselineau a un caractère bien à lui et sa façon d'être, et elle ne plait pas à tout le monde, la preuve avec vous ! Mais de là à le comparer à un tyran, c'est peut-être un peu beaucoup.

      Vous dites que les Français n'ont pas eu besoin de lui pour voter NON au traité de Lisbonne. Certes, ils n'ont pas eu besoin de lui mais en attendant, leur vote a été trahi, et si vous observez bien la scène politique actuelle, M. Asselineau est bien une des rares personnes à avoir le courage de le dire ouvertement.

      Vous avez raison, le peuple de France n'a pas besoin d'un messie mais juste d'une personne qui prenne des initiatives, qui informe, et qui essaye de faire quelque chose, ne serait-ce qu'avec 350 000€. (provenant, uniquement des dons et adhésions, autrement dit, une goutte d'eau par rapport aux millions dont dispose d'autres partis subventionnés). Et pour se lancer dans cette aventure et arriver en à peine quelques années à faire celà, sachez qu'il faut du courage. Bien plus que pour critiquer la personnalité d'un homme, caché derrière un écran ...

      Supprimer
    10. Pour votre gouverne, je ne suis pas caché, j'étais au congrès le 3 mai dernier ; et vous, Monsieur Rémi trop-brave-pour-indiquer-son-nom-de-famille ? Et pardonnez-moi, mais quelqu'un qui gaspille 350 000 € pour le plaisir symbolique de faire 0,4 % à une élection, quand les Anglais, avec aussi peu de moyens, ont réussi à imposer l'idée d'un référendum pour la sortie de l'UE, ce n'est pas un homme courageux, c'est un boulet têtu et arriviste qui nuit à l'image des souverainistes. Mais continuez donc comme ça à mépriser les critiques, vous confirmez bien la nature totalitariste de l'UPR et éviterez à bien des démocrates de vous rejoindre.

      Supprimer
    11. Bonjour, toute cette table de discussion sur un homme absent ne produit pas d´autre fruit que de souhaiter la refaire en sa présence. Toutes ces questions devraient lui être posées et pour cela il faut le rencontrer quand il passe près de chez nous, sans l´isoler cependant.

      Qui a pensé le programme présidentiel en 2011, les membres du bureau national?

      Qui a pensé la charte fondatrice de mars 2007, sont-ce 4 ou 5 personnes de ses amis et famille?
      Elle mériterait en tout cas d´être rediscutée à chaque congrès (il y en a eu 3 jusqu´à présent) avec les adhérents présents.

      Supprimer
    12. Aller à la rencontre des adhérents au congrès de 2014, c'est ce que j'ai fait pour voir si ce parti était récupérable. Mais non : Asselineau est le chef qui décide de tout et cela convient parfaitement aux adhérents aveuglés par leur idolâtrie.

      Supprimer
    13. Bonsoir vous avez raison mais rien n'empeche ces adhérents d'agir par eux même par des canaux differents. Je crois qu'on en demande trop aux partis politiques que tout est trop centralisé il faut déleguer en dehors de ces partis mais la continuité de ceux ci. En tout cas merci pour votre analyse

      Supprimer
  8. Bonjour,
    Je pense effectivement que pour vous, l' UPR est une impasse. Vous avez bien fait de la quitter!

    Tous les sujets que vous soulevez montrent que vous avez essayé d'y faire de "l'entrisme" et que vous êtes cassé les dents. Vous n'êtes sans doute pas le seul à essayer d'entrer à l' UPR pour y changer son programme....

    Quand on voit votre article sur le Front de Gauche, et votre air béat devant le fait que le M'PEP et le PRCF essayent désespérément d'y changer le cours des choses, on comprend quel genre d'activité souterraine vous plébiscitez.

    Comme si les militants et les sympathisants du FDG avaient besoin de ces deux organisations pour se poser la question de la sortie de l' UE et de l'euro?! Vous les prenez pour des débiles?

    Le FDG fait partie du Parti de la Gauche Européenne, parti européen financé par Bruxelles "pour faire la promotion de l'idée et de l'intégration européenne." C'est à dire encore plus de fédéralisme et d'intégration!
    Il y développe une politique "réformatrice" soit disant, "du capitalisme européen".
    C'est sûr, le FDG, boosté par le PRCF et le M'PEP vont transformer le crocodile européen en végétarien... Rêve!

    Pierre Laurent en est le responsable, c'est dire si vous vous faites des illusions en pensant qu'un jour, il demandera la sortie de l' UE et de l'euro.
    C'est ce positionnement de réformateur de l' UE qui désespère les électeurs de Gauche, et laisse libre court à la montée du FN.

    Ce que Pierre Laurent ne comprend pas du tout: " Le retrait de tel ou tel pays de l'euro est une fausse solution, porteuse de la dissolution de L'UE et du réveil des nationalismes."

    C'est l'abandon et la désertion de la souveraineté nationale par le FDG qui nourrit le FN.
    Vous devriez revoir les discours de Chavez, ça vous donnera des idées sur la défense de l'indépendance et de la souveraineté.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Si j'avais tenté d'y faire de l'entrisme, j'y serais tout simplement resté. J'ai choisi une autre voie politique autrement plus neutre que celle d'un parti politique à suivre ou animer : celle du journalisme.

      En outre, cela fait tout de même quelques années que je suis au fait de toutes ces questions et je connais parfaitement l'influence des réseaux eurolucides notamment à gauche. Je constate en tout cas pour votre part que vous me servez la soupe UPR sur "le rôle" du Front de Gauche, que vous ne semblez pas vouloir pondérer par d'autres aspects du problème qui ont moins à voir avec l'idée de "pions du système", lorsqu'on pourrait évoquer tout bêtement l'idéologie, la corruption, la relation des dirigeants FdG avec le PS autrement plus étroite qu'avec les U.S.A ou l'U.E, etc

      Enfin je n'ai pas besoin de m'inspirer d'un discours de Chavez pour me faire une idée de l'importance qu'il y'a restaurer notre indépendance nationale. Tout comme je n'ai pas besoin d'Asselineau pour le comprendre et me faire une opinion de la question, et surtout des moyens à engager pour restaurer cette Souveraineté et même l'augmenter comme jamais elle n'a été.

      Supprimer
    2. Bien d´accord sur ce point " Pour commencer, il est une urgence d'informer le plus grand nombre de Français en se moquant des difficultés médiatiques actuelles, ce qui nécessite le financement d'un journal papier à créer et distribuer à la population gratuitement ou presque. Mieux qu'un banal tract que l'on jette dans la première poubelle venue, un journal a une dimension qualitative par la richesse de son contenu qui a permis par exemple à Jacques Cheminade de se faire connaître des maires malgré l'omerta médiatique à son encontre, et ainsi obtenir les 500 parrainages nécessaires à sa candidature pour la Présidentielle 2012. Un journal tiré à 10.000 exemplaires coûte moins de 3000 € en fonction de sa pagination, ce qui représente tout au plus 3 % des fonds de l'U.P.R, qui pourraient largement être amortis par les flambées d'adhésions permises par cet outil de réinformation du grand public.

      Une autre partie des fonds pourrait être utilisée dans l'indemnisation d'un avocat (si l'U.P.R ne sait pas en trouver un qui puisse agir bénévolement parmi ses membres) pour attaquer tous les responsables gouvernementaux trahissant manifestement la Nation ".

      Supprimer
  9. Bonjour,
    Vous avez bien raison, commenter est certainement plus aisé que s'engager.
    Que diable espèrent le M'PEP et le PRCF de leurs mamours au FDG?

    Les rapports du PS et du FDG vis à vis des USA sont exactement les mêmes: la soumission.

    Mélenchon vient de se fendre d'un commentaire sur l' Ukraine, où il voit une révolution. Il est bien le seul!
    Il est capable d'écrire tout un texte sur l'Ukraine, sans jamais citer ni les USA, ni la CIA, ni Bzrezinski, faut le faire!

    http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/ukraine-une-revolution-confisquee-la-paix-internationale-menacee-27137

    Et voici l'analyse de François Asselineau, ya pas photo!
    http://www.upr.fr/videos/emissions-radio-tv/francois-asselineau-interroge-par-lagence-info-libre-sur-lukraine

    Le M'PEP a refusé en 2011 l'alliance qu' Asselineau lui proposait, pour s'associer au PRCF et aller porter la bonne parole aux fédéralistes Mélenchon et Pierre Laurent.

    Pour gage de sa "gauchitude", le PRCF passe son temps, comme vous, à cracher sur l' UPR en essayant de faire porter à l' UPR le chapeau de la division.

    Ce qui prouve:
    1) qu'ils n'ont aucune morale.
    2) qu'en insultant l'avenir, ils n'ont aucune intelligence politique.

    Si leur entreprise de séduction du FDG échoue, le plan B du M'PEP et du PRCF, c'est quoi exactement?

    Vous êtes comme le M'PEP et le PRCF, vous confondez la nécessaire reconstruction d'une Gauche anti-capitaliste, avec le processus de sortie de l' UE qui doit rassembler une majorité de Français pour être légitime.
    Et ne vous en déplaise, la majorité des Français n'est pas communiste.
    Au mieux de sa forme, à la Libération, le PCF faisait 30% des voix aux élections. Je ne vous dis pas maintenant!

    On peut le déplorer, mais le stalinisme a fait son oeuvre, et pour beaucoup de Français, le communisme n'est qu'une autre forme de dictature. Il n'est donc pas possible de rassembler sur une plateforme communiste pour sortir de l' UE.

    Rien n'empêche le M'PEP et le PRCF d'avoir deux objectifs, reconstruire la Gauche et faire alliance avec l' UPR pour sortir de l' UE. C'est la voie qu'a choisi l'EPAM grec "Unité sans condition pour sortir de l' UE et de l'euro par l'article 50."

    https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/le-colloque-dath%C3%A8nes-sach%C3%A8ve-par-la-cr%C3%A9ation-dune-coordination-des-partis-voulan/10151741700802038

    C'est la voie de l'unité pour sortir de l' UE qui permettra de remotiver le peuple de Gauche, et pas d'aller cirer les pompes à des fédéralistes européens.
    Ce qui a de la valeur ce sont les militants et sympathisants du FDG, pas ses dirigeants.
    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    Je ne suis pas d'accord avec votre analyse.
    La france ne produit peu de nouveau partis et qui arriverai au plus haute fonction a part les ecologistes . Contrairement a un certain nombre de pays européens .
    J'ai habité en belgique là des creations de nouveau partis. il y en avait a la pelle des partis nationnaliste ou nouvelle droit ou anarchiste ou parti des retraité toutes sorte de partis.
    Aujourdhui pour les elections prochaines coté francophone vega , mouvement de gauche ,debout les beges,le partis populaire et je vais arrete là.
    Donc des partis comme l'upr parti de rien sont arrivé au pouvoir en quelques années.
    J'ai constaté que dans la plupart des petits parti on eu le meme discours ou analyse que vous soit en interne du parti ou externe et appliqué on disparu exploser.
    l'upr applique une statrégie qui ressemble en gros à la nva partis politique belge en passe au prochaine d'avoir
    le pouvoir.
    la stratégie de l' upr est similaire avec la stratégie de beaucoup de partis politiques qui on reussi en europe du nord.
    Des partis qui utilisent la stratégie similaire du m' pep en europe du nord
    On été un echec aucun parti n'a reussi a ce jour.




    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,

    Je vais éviter de retomber dans la redite.
    Je pense qu'il faut conserver son pragmatisme et le sens des priorités et sortir de l'UE c'est la priorité.
    Tout le reste c'est de la littérature et sur le segment, il faut bien l'avouer il n'y a que l'UPR.

    Les bruits de couloir ne m'intéressent pas, on ne vote pas pour une personne, mais pour les idées.

    Bien à vous.

    PS Éric Mary raisonne comme un enfant, j'ai vu ses proses sur son mur Facebook, je m'étonne qu'on en parle encore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'excuse du terme mais je viens jusqu'à présent de me branler intellectuellement à lire tous ces commentaires depuis 10 minutes. Les commentaires de Mr Maujean sont d'une puérilité déconcertante malgré son écriture extrêmement soignée. Nietzsche expliquait que la majorité des philosophes de son époque raisonnaient toujours de manière erronée car ils ne s'auto-analysaient pas. Messieurs Baron et Maujean me rappellent bizarrement ces derniers.
      Je m'arrêterai donc sur votre commentaire qui va droit au but et vise l'essentiel: le pragmatisme.
      Cordialement

      Supprimer
  12. Sincèrement, je n'ai pas tout lu (trop long ...).
    Mais entre un parti de maniaques de la braguette et du scooter, ou une UMP qui devrait changer de nom car ils ne représentent plus la majorité présidentielle, ou encore un parti endiablé par les médias, l'UPR a l'avantage de proposer un point de départ.

    Car même pour démarrer une politique de décroissance, il faut d'abord sortir de cette Europe.
    La comparaison de l'europe avec un syndic est tout à fait appropriée ici : comment voulez-vous pouvoir remplacer cette ancienne chaudière centrale à charbon par un chauffage à pompe à chaleur individuel si les 50 autres propriétaires ne sont pas d'accord ?

    Il faut qu'un pays ose sortir de là pour démontrer qu'il est plus facile de gérer son appartement en étant indépendant et respectueux de ses voisins.
    Pourquoi à votre avis l'Allemagne a aussi facilement accepter d'injecter du pognon en Grèce, si ce n'est pour éviter sa sortie de l'Europe et la démonstration que seule, la Grèce allait s'en sortir bien mieux !

    L'Europe n'est pas là pour faire l'égalité des peuples, mais pour faciliter les profits des mouvements financiers.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour, depuis quelques jours je constate qu'un certain nombre de commentaires affluent sur cette publication. Tantôt courtois et critiques sur l'objet du texte. Tantôt agressifs avec quelques attaques ad hominem sur ma personne.

    Je souhaiterais donc signifier plusieurs choses pour ces dernières personnes :

    1) Si j'ai introduis le texte par une présentation volontairement neutre, pour ne pas dire positive de l'UPR, c'est que je ne souhaitais pas rédiger un texte à charge uniquement. L'UPR se plaint de ne pas rencontrer de critiques sérieuses, je pense pouvoir en faire tant par la connaissance que j'ai du fonctionnement de ce parti politique, que les discussions que j'ai pu avoir avec François Asselineau, ou encore les questions d'enjeux dépassant le simple pré carré de l'UPR sur la nécessité de sortir des traités européens.

    Je comprends l'énervement que cela puisse susciter chez les plus enthousiastes partisans de l'UPR, mais il faut prendre garde à ne pas confondre enthousiasme et repli religieux, voir sectaire de son engagement politique. Les critiques que je formule n'ont rien à voir avec les sophismes médiatiques habituels ou les accusations conspis de nos biens aimés antifas, ce sont des critiques construites sur certains points. L'UPR peut encore être critiquée je l'espère ?

    2) Je pense effectivement que la bonne façon de résister, n'est pas dans le jeu électoral. 40 années de dévoiement du système électoral par des médias vendus, de la propagande de masse, l'argent nécessaire ou encore le système des parrainages, m'indiquent que la solution n'est pas exactement dans ce système de résistance. En tout cas, qu'il est beaucoup trop long face aux dangers qui menacent et la nécessité de récupérer le pouvoir plus rapidement.

    Le Blog l'Etat de nécessité est consacré à développer des outils de résistance en grande partie. J'invite tous les militants de l'UPR à écouter au moins cette conférence que j'ai enregistré pour comprendre le véritable objet de mes recherches. Ca leur sera utile en tant que militants :

    http://sylvain-baron.blogspot.com/2014/05/il-est-desormais-temps-de-prendre-le.html

    Il n'en reste pas moins qu'en étant critique avec l'UPR, j'ai développé un journal papier où des militants de l'UPR Gironde ont publié un article sur 4 pages. Ce journal est colporté à la population. Donc merci de ne pas me faire passer pour un affreux gauchiste radical qui se contente de faire ses petits commentaires sur les réseaux sociaux sur les partis politiques, et de prendre note que mon travail résistant dépasse totalement le principe d'investissement politique, et ne m'empêche pas de veiller à ce que l'UPR ait le droit de citer.

    Ce n'est pas seulement le jeu électoral qui est faussé. C'est aussi les médias qu'il faut reconstruire. Pour ceux qui souhaitent prendre connaissance du projet "Poil à Gratter" et l'aider à émerger :

    http://editiondelormee.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  14. La position de l'UPR sur les questions énergétiques est détaillée ici par François Asselineau:
    http://www.upr.fr/videos/conferences-en-ligne/ou-va-leurope-par-francois-asselineau
    à 1h34min40sec.
    "L'Europe s'allie avec les états dépourvus de matières premières stratégiques".

    RépondreSupprimer
  15. Et bien, après avoir lu toutes ces petites chamailleries, je profite de l'espace de liberté ouvert ici pour vous dire que je l'aime bien ce Monsieur Asselineau.
    Je l'ai découvert sur le net il y a envrion 3 ou 4 mois et me suis mangé toutes ses conférences et une bonne partie de ses débats. Oh biensur, s'il a des qualitées indéniables d'analyse et de précision, effectivement il lui manque un peu de l'énergie nécessaire à faire se lever les foulles en masse. Ne connaissant pas ce parti de l'intérieur je ne pourrais prendre position sur son hypotétique "main mise" sur son organisation, cela serait cependant compréhensible puisque sa méthode a permis de faire adhérer 5000 personnes et plus, en étant quasi absent des grands medias. Cela permet aussi certainement de ne pas dénaturer son mouvement.
    En tout cas, tant qu'il n'y aura rien de mieux, je continuerais a voter UPR!

    RépondreSupprimer
  16. Je ne suis pas d'accord. F. Asselineau ne manque pas d'énergie loin s'en faut! Il en faut pour sillonner la France comme il le fait pour ses conférences. Assistez donc à l'une de ses conférences: 4h d'exposé non stop, plus des heures de questions réponses avec le public jusqu'à pas d'heure dans la nuit, et vous comprendrez à quel point ce sont plutôt les politicards qui nous gouvernent qui manquent d'énergie, qui ont la trouille de discuter avec le public. Il faut de l'énergie pour rabattre le caquet des européistes bien pensants comme il le fait dans ses débats! Contrairement à Marine Lepen, lui il n'organise pas des débats bidons avec un public présélectionné. Non, ce qui manque à François Asselineau, c'est bel et bien l'accès aux médias de masse.

    RépondreSupprimer
  17. Sous-marin d'EELV, sors de ce corps! Prôner la décroissance chère à un vert d'EELV comme Yves Cochet, ça cache forcément des arrières pensées assez nauséabondes. EELV n'est-il pas un partie qui prône la disparition pure et simple de l'état nation Français? (voir les sorties d'Emmanuelle Cosse à ce sujet, voir aussi la conférence de François Asselineau sur les Eurorégions, et sa conférence "les partis politiques respectent-ils l'intelligence des Français?"). Dans cette perspective, quoi de plus pratique que de persuader les Français de déposer les armes tel Vercingétorix aux pieds de César, et de décroître?
    S'infliger la décroissance, ça cache une pensée néo-malthusianiste pure et simple. Beurk. Quelle horreur, qu'a-t-on fait pour mériter un truc pareil? Et quel pessimisme! La France n'a pas attendu le pétrole pour se faire, elle enterrera le pétrole, Yves Cochet, EELV et autres collabos!

    RépondreSupprimer
  18. Vous me faites penser que je suis en retard d'un billet pour taper sur EELV. Et pour votre gouverne, autant je méprise la plupart des cadres de EELV, autant j'ai beaucoup d'estime pour Yves Cochet qui n'est pas du tout un sectaire s'agissant de l'U.E

    Lui se bat pour la décroissance, et je suis d'accord avec lui. Maintenant, vous méprisez la question de faire décroître la démographie. Alors question inverse : Quelle limite vous donnez à la croissance démographique dans ce cas ?

    RépondreSupprimer
  19. Posez-donc la question à Kim Jong-un, il a peut-être une idée sur le sujet, lui! Non mais plus sérieusement, je pense que nous n'avons pas du tout la même conception de la démocratie. C'est au seul peuple souverain de décider. Les Français ne sont pas des insectes ravageurs, bon sang! L'homme est doté d'intelligence, et collectivement, les Français prendront individuellement et souverainement la décision de limiter, ou pas, leur natalité. D'ailleurs dans le contexte économique calamiteux actuel, il me semble que les gens qui ont le moins les moyens ont plutôt peur d'avoir des enfants. Inversement on a eu le baby boom à une époque où les gens étaient optimistes. Ce genre de choses, un politique qui respecte la démocratie ne peut pas l'imposer. A moins de vouloir faire le "meilleur des mondes" d'Aldous Huxley! François Asselineau redoute que la société ne devienne comme dans "1984", apparemment vous, Yves Cochet , EELV etc, êtes bien parti pour nous faire le "meilleur des mondes"! Sauf que personne ne veut d'un enfer pavé des meilleures intention. Ne serait-ce pas cela, justement, l'impasse politique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si évidemment vous vous référez à des solutions totalitaires pour faire baisser la démographie, nous sommes sur une mauvaise base de discussion. Il faudrait déjà que vous réfléchissiez à la pertinence en terme économique, écologique et bien être social d'inciter les êtres humains à croître toujours plus démographiquement. Quelle limite vous donnez à cette expansion ?

      S'agissant des solutions de régulation démographique moins totalitaires que celles que vous connaissez, je vous encourage à les découvrir ici :

      http://programmedulis.blogspot.fr/search/label/La%20r%C3%A9gulation%20d%C3%A9mographique

      Enfin pour terminer, je suis un clair opposant à EELV, même si j'apprécie Yves Cochet.

      Supprimer
  20. Bonjour,

    J'ai lu votre article avec intérêt.
    Je précise que je ne suis pas adhérent de l'UPR mais que je m'y intéresse depuis quelques temps, et ce avec beaucoup d'attention.

    Pour ce qui concerne le bonhomme F. ASSELINEAU, vous me confortez un peu dans ce que j'avais senti en le voyant débattre.
    -> Un énarque un peu hautain, fier d'être brillant et très (trop?) sensible à la critique. Ce sont des points qui, pour le coup, ne sont pas à son avantage car ils le font passer pour "un sale con".
    J'avais noté aussi un petit côté mégalo par rapport aux grands personnages historique, ce qui va dans le sens de votre critique.

    Par contre, j'ai aussi senti un homme responsable, qui croit en ce qu'il défend et dont le principe moral 1er pourrait bien être cette phrase de Cervantès : "L'honnêteté est toujours la meilleure stratégie".
    Ca ne m'étonnerait pas qu'il l'applique en connaissance de cause, ayant compris sa passion pour la stratégie et deviné sa personnalité pour le moins "entière".
    Ce genre de mentalité est assez rare chez nos hommes politiques actuels et mériterait quand même d'être prise en compte.

    Sinon, concernant votre article, j'ai surtout la sensation que vous défendez d'autres idées et que vous auriez aimé les voir défendues par l'UPR (ce qui se comprend facilement). Je n'ai pas eu la sensation de quelqu'un "d'entriste", comme cela vous a été reproché avant, mais plutôt d'un militant hyperactif
    Vous avez juste une vision de la résistance plus révoltée et insurrectionnelle que F.ASSELINEAU.
    J'en prends pour exemple votre envie de tagger tous les billets européens du mot FRANC.

    Le problème (et je pense que F.ASSELINEAU doit réfléchir d'une façon similaire), c'est le risque de passer pour des râleurs et/ou des fanatiques.
    Donc de passer soit pour des guignols, soit pour des énervés.
    Bref, c'est un militantisme adolescent qui n'inspire pas confiance à plein de gens par manque de "sérieux".

    Et concernant la mise en place d'un journal, je ne suis pas sûr de son efficacité car il faudrait qu'il soit placé en devanture pour avoir sa chance, sans quoi ce serait un investissement à perte.
    Internet reste le moyen le plus efficace de nos jours.

    Pour les points d'écologie dont vous parlez, je n'ai malheureusement pas les connaissances nécessaires pour y apporter une critique pertinente. Je vais donc vous croire sur parole (enfin, pour le moment :D )

    En résumé, au vu de votre article, j'ai un peu le sentiment de quelqu'un qui aurait placé beaucoup d'espoir en un homme et qui aurait été très déçu (pour diverses raisons).
    Ce sentiment d'amertume jalonne votre article et je pense que vous vous en rendez compte puisque sur la fin, vous tentez de rétablir une certain équilibre critique dans vos propos en soulignant certaines qualités du dirigeant de l'UPR.

    Je vais me pencher plus avant sur le fond de votre article car il est intéressant.
    Mais, selon moi, il n'est pas valide d'un point de vue critique car trop personnel.
    Et c'est bien dommage.

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour, vos critiques vont pour moi dans le bon sens dans le sens où vous avez bien observé l'équilibre que je souhaitais donner au texte sur ma propre critique de l'UPR.

    S'agissant de la nécessité d'un journal papier, c'est déjà en route avec "Poil à Gratter !" dont l'objectif n'est pas d'être vendu en kiosque en espérant une bonne visibilité, mais vendu contre libre participation à la population dans la rue. Je vais d'ailleurs ce soir aller à un rassemblement festif du Front de Gauche où j'ai mes entrées pour aller vendre le journal autant qu'aller boire un coup avec des gens qui sont de vrais militants de terrain.

    C'est bien le soutien à un tel organe de presse par les adhésions qui peut non seulement garantir notre montée en puissance financière et notre indépendance, mais aussi notre capacité à convaincre des entreprises de diffuser de la publicité dans notre journal, jusqu'à en permettre sa distribution sur le même modèle que les gratuits. Avec le soutien du tiers des adhérents de l'UPR, le journal "Poil à Gratter" pourrait trouver son assise financière pour se faire connaître rapidement sur Bordeaux par exemple.

    Un journal est autant un organe politique qu'un parti. Mais il ne clive pas les citoyens en fonction de leurs affinités partisanes, puisqu'il ne prend pas position sur le parti politique à suivre. Il ne fait que relayer. Internet a en revanche ses limites sociologiques qu'un journal papier colporté à la population n'a pas. Poil à Gratter vise M. tout le Monde, de 16 à 99 ans, tandis que tomber sur une conférence de F.A impose une recherche active d'un internaute souvent jeune, et largement curieux des problèmes soulevés par l'UPR.

    En clair, la presse papier a vocation à orienter les Français vers les bons sites internet pour qu'ils puissent continuer de s'informer autrement. Nous leur mettons le pied à l'étrier en somme.

    http://editiondelormee.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  22. J'ai jeté un oeil sur "poil à gratter!"

    Arrête-moi si je me trompe : le but c'est de monter un journal alternatif et parfaitement "raisonnable", avec une diversité de pensée politique (puisque les rédacteurs viendraient de tous les horizons politiques).
    L'idéal du 4ème pouvoir mis en application, quoi.

    Moi, le principe me plait et, en toute logique, les adhérents de l'UPR devraient s'y retrouver puisque le but est de contrer la démago et les bobards des médias de masse.
    Fournir une info objective, autrement dit.

    Ca a en plus un avantage indéniable : pas de figure de proue emblématique qui induit malgré elle une sorte de culte un peu malsain (et qui a tendance à ramollir l'esprit critique).

    Ouais, le principe me plait bien ! Je vais relayer.

    Par contre, je suis étonné que tu aies choisi cette voie, au regard de ton article, qui laisse entrevoir un militant politiquement actif et engagé.
    Je dis ça parce que ce genre de journal implique finalement une aspiration à la neutralité la plus absolue (un bien grand mot !).
    Quoique... Le rejet de la conviction n'est jamais que la passion du libre esprit qui ne se nourrit que d'opinions, si on y réfléchit un peu.

    RépondreSupprimer
  23. Asselineau ne représentera que lui dans l'avenir comme cela est actuellement la cas.
    C'est un dictateur qui mène son groupuscule comme tel et la France n'a aucunement besoin d'un dictateur d'ailleurs la majorité des Français combattent les dictateurs alors ce n'est pas pour en élire un.

    Ce type possède un égo sur dimensionné au minimum égal à ceux qu'il critique.

    Asselineau se plaint sans cesse de ne pas être médiatisé mais que penser du mouvement espagnol "PODEMOS" qui a fait trembler la clé de voûte du système espagnol appelé bipartisme, en ayant remporté pas moins de 5 sièges au Parlement européen le 25 mai 2014 et qui ne s'est constitué que 4 mois avant ces élections et qui n'a disposé que d'un budget de campagne s'élevant d'environ 200 000 euros ? Il continue de faire l'objet de censure de la part des médias espagnols (ou alors ceux qui en parlent les assimilent à l'ETA, à des complices du pouvoir iranien, à des amis de Hugo Chavez (ils ne disent pas Maduro, je ne fais que les citer) ou encore à Fidel Castro. C'est un mouvement qui n'a construit sa notoriété que par internet et notamment via les réseaux sociaux et les nombreuses pages liées de près ou de loin au mouvement des Indignés.

    Ils ont donc réussi a obtenir 5 députés européens alors que l'UPR de Asselineau militant depuis 7 ans avec un budget plus important (350 000 euros) et présent dans la totalité des circonscriptions françaises n'a fait que 0,41 % des votants soit 0,16 % des inscrits et donc 0 élu ?

    Asselineau n'est pas la solution, Asselineau est un problème !

    Qu'il reste conférencier (en évitant de dire quelques conneries bien volontaires pour sa faire mousser propagande à titre personnelle !) et çà suffira !

    Sa conduite et ses positionnements dans son mouvement en donne l'image désastreuse d'une secte ce qui explique que les journalistes sérieux ne lui accorde et ne lui accorderont aucun intérêts comme 99% des élus pour sa pêche aux parrainages.

    Il restera inaudible pour la majorité des électeurs et ce n'est pas quelques centaines de membres en plus, souvent n'ayant jamais été impliqués dans aucun parti politique, ne possédant aucune culture politique et historique (des neuneus) qui feront une différence ni à court, moyen et long terme.

    De plus, a être contre tout le monde (parce que ce n'est pas lui et qu'il n'y a que lui dans sa tête) il se coupe de tout et ne rassemblera rien ! Au contraire il ne fait que diviser !

    Pour terminer faites comme beaucoup d'anciens adhérents, posez-lui la question sur le nombre de ses militants qui ont quittés l'UPR depuis 2007; il ne les décompte pas et il vous dira que les militants ne le sont plus après 2 ans de non cotisation... même s'ils lui ont signifier officiellement par diverses voix leurs départs !
    En cela aussi il fait comme les autres partis qu'ils critiques, il triche avec les chiffres.

    Asselineau c'est la tentative d’arrivage masqué... 
Ce n'est pas un démocrate mais un autocrate dictateur. Avec lui il faudra d’abord payer et ensuite subir... 
Faites un chèque en blanc pour avoir le droit assuré d’un retour en bois...

    Enfin il y a trop à dire et je ne veux pas perdre mon temps avec ce type qui est à l'image de ceux qu'il critique.



    RépondreSupprimer
  24. Bonjour, adhérent à l’UPR, j'ai lu en détails votre article et survolé avec attention les réponses.
    Je suis d'accord sur la personnalité pompeuse de François Asselineau qui, si je ne l'avais pas découvert via des amis dont la conscience politique est réelle, m'aurait poussé à arrêter le visionnage d'une de ses conférences après quelques minutes. Il est clair qu'il est mégalomane et que sa culture historique, large mais malheureusement parfois trop peu précise, lui donne l'impression de pouvoir être visionnaire comme De Gaulle en son temps.
    Je suis également en accord sur la lenteur des changements s'opérant au sein de l'UPR. N'ayant pas connu les débuts de ce mouvement/parti (peu importe je ne sais pas comment fut rédigé la Charte. Mais au final, si elle tient la route c'est ce qui compte, non ? Certes, elle n'aborde pas tous les sujets brûlants et j'espère qu'elle sera renouvelée à l'approche des élections de 2017 mais les points clés nécessaires pour donner un cap cohérent à la politique du pays sont là et les sujets brûlants devraient naturellement trouver des solutions à partir de là.
    Enfin, j'admets volontiers que la certains militants UPR manquent d'ouverture sur des solutions complémentaires. Et tout comme François Asselineau, ils prennent un peu trop facilement la mouche. Moi-même, je me suis un peu braqué en lisant le début de votre article mais heureusement la fin m'a apaisé.
    Un commentaire disait que la plupart des adhérents de l'UPR étaient des "neuneus" n'y connaissant pas grand-chose en politique. J'imagine que c'est pour contrebalancer l'argument de François Asselineau disant s'adresser à l'intelligence des Français. Je pense que la vérité est entre ces deux versions. Ce n'est pas parce que nous sommes plus intelligents que nous adhérons à l'UPR, mais je ne pense que nous soyons non plus tellement cons que nous nous fassions berner par un Gourou politique.
    Par contre, là où l'UPR devient intéressant selon moi c'est parce qu’il contribue comme vous dites à "éveiller la population".
    S’il faut choisir la moins pire des solutions parmi les partis existants, l’UPR offre une alternative pouvant offrir une sortie à la crise politique que nous connaissons. De nombreuses personnes ont certainement des idées merveilleuses à appliquer. Cependant, si ces idées ne touchent pas un groupe de taille suffisante, elles resteront vaines.
    Vous vantez les mérites de la presse écrite. Et votre journal me semble une très bonne idée pour informer les gens. Mais je pense que les personnes qui achèteront votre journal seront déjà sensibilisées à la plupart des problèmes. Il s'agit pour moi d'une presse s'adressant à un public déjà conquis. Le web quant à lui est effectivement utilisé surtout de manière récréative à l'heure actuelle. Mais les réseaux sociaux permettent de partager des gens qui peuvent de temps en temps ouvrir un lien, en se disant que s'il provient d'un ami, il doit avoir un intérêt quelconque. Et petit à petit on peut sensibiliser les gens comme a pu le faire PODEMOS en Espagne ou comme essaie de le faire l'UPR en France.
    Vous proposez aussi d'écrire le mot "franc" sur les billets en euro, de spamer les institutions ou de capitaliser sur des pièces contenant de l'or ou de l'argent pour mettre en place une économie alternative qui pourra prendre le relai lorsque l'économie actuelle s’effondrera. Pouvez-vous me dire les conséquences actuelles de ces propositions ? Les avez-vous mis en place ?
    J'espère que M'pep ou d'autres mouvements sont en contact avec l'UPR et que vous agirez en harmonie le temps voulu car nous voulons tous la même chose. Il n'y pas un moyen unique pour y arriver. C'est en s'associant que nous aurons un poids suffisant pour peser sur les dirigeants et leur montrer explicitement où se situe la souveraineté nationale.

    RépondreSupprimer
  25. "Un monde occidental qui reste focalisé sur des vieilleries Keynésiennes, libérales ou plus encore capitalistes"

    Oula encore un de ces aigris cryptocommunistes qui voudrait imposer son point de vue faussement responsable aux autres, non merci.

    Si vous êtes si mal avec le capitalisme, je vous conseille d'aller à Cuba, au Venezuela, ou même en Érythrée, c'est le pied là-bas, et ça vous évitera de vous torturer vainement.

    Et puis n'oubliez pas d'abandonner votre ordinateur, votre smartphone, vos chaussures, ainsi que tout ce qui est le fruit du capitalisme. Bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas oublier qu' ordinateur, smartphone, chaussures sont produits par le travail de l'Homme...
      Sans le travail le capital n'est rien.

      Supprimer
  26. C’est très bien de parler de pic pétrolier et de « décroissance », mais si on continue l’immigration massive, voulue pour déculturer, diviser et pour faire de la croissance, c’est totalement inutile.
    La croissance n’est pas qu’économique, elle est aussi démographique chez nous.
    C’est le gros tabou de l’UPR qui n’ose s’attaquer à ce sujet de peur d’être taxé de « raciste ». Mais la souveraineté démarre par le contrôle des frontières et d’arrêter cette immigration de bouche qui est un vrai boulet pour le pays, a l’heure ou celui ci s’apprête à courir un 100m.

    RépondreSupprimer
  27. Plus encore peut-on faire valoir l'expérience, si l'on en juge les médiocres résultats médiatiques de l'U.P.R contrairement au tout petit Mpep qui parvient à faire entendre son Président Jacques Nikonoff sur France Info par exemple. Il faut savoir que tant à l'Inspection Générale des Finances qu'à l'intelligence économique, François Asselineau était réputé infréquentable du fait de son caractère. C'est ainsi une punition pour des hauts fonctionnaires que de travailler à ses côtés. Si naturellement, ce dernier se montre affable avec les journalistes, comprenez qu'il est en revanche très suffisant pour ne pas dire hautain vis à vis de ses militants les plus enthousiastes qui voudraient faire connaître l'U.P.R autrement que selon la "stratégie" de François Asselineau.


    Oui si est censuré c'est justement qu'il touche juste .Je passe vos ragots sur son caractère .Article méprisant et sans argument .http://www.ubest1.com/?page=video/46067/urp-francois-asselineau-censure-wikipedienne-

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour à tous, je suis un simple petit électeur français qui vient de lire tout ce blabla avec le courage d'avoir essayé de le (vous) comprendre. Je ne connais pas personnellement ce monsieur Asselineau a part ce que l'on peut voir par les médias, dont bien sur ses conférences accessibles en vidéos. Je ne fais pas (encore) parti de son mouvement, ça va venir.

    Je ne viens pas la faire de la politique ou de la critique mais, je reste effaré devant les affirmations des uns et des autres. A vous lire l'on comprend tyran, fin du pétrole annoncé, secte, obscurantisme... De quoi parlez vous ? Etes vous juste ignorants ou de simple manipulateur en accord avec notre système actuel ?

    Il n'y a pas de fin du pétrole, juste une crise sur les réserves accessibles a moindre couts. Sans être un grand connaisseur je ne suis pas non plus un idiot comme voudrais le faire croire nombre de gens courant, espérant un certain pouvoir. Non messieurs, le petit français même si il ne dit pas grand chose n'est pas non plus un ignare !

    Il m'a suffit de quelques recherches sur internet pour avoir les avis de toutes les parties et afin de me faire ma propre opinion. Donc en affirmant, vous mentez.
    http://fr.ekopedia.org/La_fin_du_pétrole
    http://www.contrepoints.org/2012/06/03/85558-pourquoi-nous-ne-serons-jamais-a-court-de-petrole

    Et ce ne sont que quelques exemples.

    Je ne reprendrais pas toutes vos autres affirmations qui ne sont pas du tout fondés, afin de ne pas a avoir écrire un roman ou de trop vous faire la leçon. Mais a faire croire que l'on connait on passe pour bête.

    Maintenant concernant ce Monsieur et son parti , le...(attendez je regarde plus haut) l'UPR !
    Et bien même si je ne voudrais pas forcement sortir de l'euro ou achever l'Europe il me faut reconnaitre que pour un début de programme ce n'est déjà pas si mal surtout a comparer avec ceux des grands partie qui sont remplies de blabla incompréhensibles. Sauf a comprendre que l'on va se faire avoir !

    Moi je le trouve bien ce gars, avec de bonnes intentions et je me fous royalement qu'il soit pédant ou autoritaire car ce que je voudrais c’est quelqu’un qui sache (enfin) diriger un pays, mon pays.
    Alors oui ! Et comme la majorité des gens autours de moi je voterais pour un mec comme ça. Et si il continue sur cette lancé je marcherais derrière lui car il faut bien un leader pour avancer. Et même si je n’ai pas les moyens financier de mieux participer activement , je ferais le nécessaire pour parler de lui et transmettre toutes ses vidéos et son programme autours de moi. D’ailleurs ne vous y trompez pas mais de plus en plus de gens l’écoute et commencent a le suivre, même si c’est en silence. Vous verrez bien aux élections.
    Car pour le moment ce n’est pas de savoir si il est dans un élan ”démocratique” car on s’en fout, le plus important est de se rendre compte que ceux qui nous gouvernent actuellement Sont stupides ! Je parle bien entendu des faux mouvements politiques droite-Centre-Gauche qui sont cul et chemise pour nous prendre pour des c… Idiots.

    Je vote, vous m’avez convaincu !

    Ps:Désolé pour les fautes éventuelles a ceux qui en prennent outrage. Et pour le profil anonyme car je n'ai aucun des comptes demandé. Et puis franchement n'étant pas connu on s'en fout...

    RépondreSupprimer
  29. Bonjour à tous, je suis un simple petit électeur français qui vient de lire tout ce blabla avec le courage d'avoir essayé de le (vous) comprendre. Je ne connais pas personnellement ce monsieur Asselineau a part ce que l'on peut voir par les médias, dont bien sur ses conférences accessibles en vidéos. Je ne fais pas (encore) parti de son mouvement, ça va venir.

    Je ne viens pas la faire de la politique ou de la critique mais, je reste effaré devant les affirmations des uns et des autres. A vous lire l'on comprend tyran, fin du pétrole annoncé, secte, obscurantisme... De quoi parlez vous ? Etes vous juste ignorants ou de simple manipulateur en accord avec notre système actuel ?

    Il n'y a pas de fin du pétrole, juste une crise sur les réserves accessibles a moindre couts. Sans être un grand connaisseur je ne suis pas non plus un idiot comme voudrais le faire croire nombre de gens courant, espérant un certain pouvoir. Non messieurs, le petit français même si il ne dit pas grand chose n'est pas non plus un ignare !

    Il m'a suffit de quelques recherches sur internet pour avoir les avis de toutes les parties et afin de me faire ma propre opinion. Donc en affirmant, vous mentez.
    http://fr.ekopedia.org/La_fin_du_pétrole
    http://www.contrepoints.org/2012/06/03/85558-pourquoi-nous-ne-serons-jamais-a-court-de-petrole

    Et ce ne sont que quelques exemples.

    Je ne reprendrais pas toutes vos autres affirmations qui ne sont pas du tout fondés, afin de ne pas a avoir écrire un roman ou de trop vous faire la leçon. Mais a faire croire que l'on connait on passe pour bête.

    Maintenant concernant ce Monsieur et son parti , le...(attendez je regarde plus haut) l'UPR !
    Et bien même si je ne voudrais pas forcement sortir de l'euro ou achever l'Europe il me faut reconnaitre que pour un début de programme ce n'est déjà pas si mal surtout a comparer avec ceux des grands partie qui sont remplies de blabla incompréhensibles. Sauf a comprendre que l'on va se faire avoir !

    Moi je le trouve bien ce gars, avec de bonnes intentions et je me fous royalement qu'il soit pédant ou autoritaire car ce que je voudrais c’est quelqu’un qui sache (enfin) diriger un pays, mon pays.
    Alors oui ! Et comme la majorité des gens autours de moi je voterais pour un mec comme ça. Et si il continue sur cette lancé je marcherais derrière lui car il faut bien un leader pour avancer. Et même si je n’ai pas les moyens financier de mieux participer activement , je ferais le nécessaire pour parler de lui et transmettre toutes ses vidéos et son programme autours de moi. D’ailleurs ne vous y trompez pas mais de plus en plus de gens l’écoute et commencent a le suivre, même si c’est en silence. Vous verrez bien aux élections.
    Car pour le moment ce n’est pas de savoir si il est dans un élan ”démocratique” car on s’en fout, le plus important est de se rendre compte que ceux qui nous gouvernent actuellement Sont stupides ! Je parle bien entendu des faux mouvements politiques droite-Centre-Gauche qui sont cul et chemise pour nous prendre pour des c… Idiots.

    Je vote, vous m’avez convaincu !

    Ps:Désolé pour les fautes éventuelles a ceux qui en prennent outrage. Et pour le profil anonyme car je n'ai aucun des comptes demandé. Et puis franchement n'étant pas connu on s'en fout...

    RépondreSupprimer
  30. Encore le même, pourquoi ça a répète mon commentaire ? Ce n'est pas volontaire croyez le bien. Je ne l'ai envoyé qu'une fois.
    Ha quand même mon prénom pour satisfaire celui qui a critiqué l'anonymat... Franchement la, il faut arrêter de voler si bas en attaquant au risque de passer pour un mange cailloux...

    Thierry

    RépondreSupprimer
  31. Derrière ce vilipendage verbeux, derrière cette critique acerbe de l'orgueil prétendu de François Asselineau, je devine une adoration déçue, un ego frustré et une jalousie haineuse. Sous prétexte que les priorités de l'UPR ne coïncident pas totalement aux vôtres et que vos idées n'aient pas été retenues, vous préférez attendre le déluge plutôt que d'aider à la construction de l'arche car il n'y a pas de cabine pour vous sur cette dernière...

    Si vous êtes si prompt à juger de l'orgueil d'Asselineau, c'est bien car vous êtes rongé par votre propre orgueil.

    C'est navrant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, encore un qui a vu le Messie... voilà qui confirme bien le côté sectaire de l'UPR.

      Supprimer
  32. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour Damien, lorsque la France sera libérée de l'U.E, sachez que je ne prétendrais à rien d'autre que partir voyager en Amérique du Sud. Pour des gens comme Asselineau (et pas seulement lui), la consécration de leur existence, c'est exercer un mandat politique.

    Dites vous simplement que si je concède ne pas manquer d'orgueil, j'abuse de celui-ci quand je m'affranchis de mon devoir civique de résistance, dans l'espoir que la Libération survienne avant que je sois vieux.
    Simplement par ce que je ne compte pas sur une envie subite des médias d'accorder audience à l'U.P.R, je me bats contre eux, et nous essayons de bâtir un journal qui puisse avoir une action significative dans la promotion de toutes les personnalités et partis politiques expliquant aux Français qu'il est une urgence de sortir de l'U.E

    Encore une fois, j'ai ma conscience pour moi, très peu de militants de l'UPR ne sont allés aussi loin dans leur activisme. Et une minorité de partisans de l'UPR suscite le mépris de tous les Français connaissant l'UPR, mais n'aimant le repli communautaire de ses sympathisants. Ils font de bien plus graves dégâts pour l'image de l'UPR, que lorsque des partisans de l'UPR tamponnent des billets du sceau FRANCS, et cela Souverainement.

    La Souveraineté, ça n'est pas une élection qui peut nous l'insuffler. C'est une conscience de son droit et devoir de l'exercer quand le Gouvernement viole les intérêts fondamentaux de la Nation.
    La Souveraineté collective, implique l'engagement de chacun pour que cette Souveraineté soit effective aux yeux de nos "représentants".

    Les verbiages sont la récitation des traités avec la non porte de sortie qu'est l'article 50, car il nécessite d'abord un Asselineau élu au Suffrage Universel, si possible avant 2017, donc que l'UPR existe au vu et au su de la population, et qu'une multitude de paramètres légaux et financiers soient réglés.

    Désolé, je suis croyant mais pas religieux. Quand les médias censurent des courants politiques dans un pays, c'est que nous sommes en dictature, et les maîtres n'ont aucune raison de changer de stratégie. Ils n'ouvriront pas leurs portes sauf pour cracher leur venin.

    J'ai plus confiance en des gens qui donnent des coups de tampon sur des billets ou arrachent des drapeaux européïstes, qu'en des journalistes qui refusent de faire leur travail correctement. Asselineau est très compétent pour nous sortir du bourbier légalement, mais il est réellement mauvais sur les questions stratégiques pour récupérer le pouvoir. Il raisonne comme un énarque vivant dans son microcosme parisien.
    Il est incapable de donner un véritable coup de pied dans la fourmilière. Il fait du zèle de prudence à une époque où il faut prendre quelques risques.

    RépondreSupprimer
  34. Déclarée par la force des choses comme parti politique pour pouvoir exister légalement, l'Union Populaire Républicaine est bien un "mouvement" de personnes décidées à bouger les choses. Après, chacun choisit sa forme d'activisme : coller des affiches, faire des tables d'information, rétablir la vérité sur les billets de banque en ajoutant "francs", organiser ou faire des conférences, intervenir en posant des "questions d'auditeurs" dans des émissions de radio, poser des questions gênantes mais pertinentes dans des réunions ou conférences européistes, renforcer les liens entre adhérents par des permanences ou des réunions, participer à des manifestations amies contre le TAFTA ou contre le dépeçage de la République Française en eurorégions, etc. tous les moyens sont bons. L'UPR est donc bien un mouvement politique au dessus des partis avec une sociologie de personnes plutôt à gauche. Pour avoir vécu la pétaudière des Verts à la fin des années 80 et au début des années 90, je ne suis pas certain que les clans et motions des divers courants soient d'une plus grande efficacité que l'adhésion à une charte dotée d'un objectif précis : nous sortir du binz européen, de l'euro et de l'OTAN. Et pour les personnes et personnalités qui dirigent, encadrent, organisent, forment, se décarcassent ou triment pour donner le mouvement au parti, vous trouverez tout l'éventail des qualités et défauts, nul n'étant parfait. Mais le constat est là, en passant de 3.786 adhérents il y a un an à 6.733 adhérents en cette nuit de réveillon 2014/2015, soit 77,6% d'augmentation, montrez moi un parti/mouvement français qui ait fait mieux cette année !

    RépondreSupprimer
  35. Déclarée par la force des choses comme parti politique pour pouvoir exister légalement, l'Union Populaire Républicaine est bien un "mouvement" de personnes décidées à bouger les choses. Après, chacun choisit sa forme d'activisme : coller des affiches, faire des tables d'information, rétablir la vérité sur les billets de banque en ajoutant "francs", organiser ou faire des conférences, intervenir en posant des "questions d'auditeurs" dans des émissions de radio, poser des questions gênantes mais pertinentes dans des réunions ou conférences européistes, renforcer les liens entre adhérents par des permanences ou des réunions, participer à des manifestations amies contre le TAFTA ou contre le dépeçage de la République Française en eurorégions, etc. tous les moyens sont bons. L'UPR est donc bien un mouvement politique au dessus des partis avec une sociologie de personnes plutôt à gauche. Pour avoir vécu la pétaudière des Verts à la fin des années 80 et au début des années 90, je ne suis pas certain que les clans et motions des divers courants soient d'une plus grande efficacité que l'adhésion à une charte dotée d'un objectif précis : nous sortir du binz européen, de l'euro et de l'OTAN. Et pour les personnes et personnalités qui dirigent, encadrent, organisent, forment, se décarcassent ou triment pour donner le mouvement au parti, vous trouverez tout l'éventail des qualités et défauts, nul n'étant parfait. Mais le constat est là, en passant de 3.786 adhérents il y a un an à 6.733 adhérents en cette nuit de réveillon 2014/2015, soit 77,6% d'augmentation, montrez moi un parti/mouvement français qui ait fait mieux cette année !

    RépondreSupprimer
  36. ‪François Asselineau, faux dissident, mais vrai oligarque‬ :

    http://youtu.be/I4Uhir3MY3Q

    http://youtu.be/C93zp-LgFXI

    RépondreSupprimer
  37. ‪François Asselineau, faux dissident, mais vrai oligarque‬ :

    http://youtu.be/I4Uhir3MY3Q

    http://youtu.be/C93zp-LgFXI

    RépondreSupprimer
  38. excellent article, pour que je reste
    à L'UPR

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour à toutes et à tous, Pour ma part, je ne vois pas F.ASSELINEAU comme un politique. (ce n'est que ma vision). Pour moi il est un excellent journaliste, conférencier, un "réveilleur de consciences", un sonneur d'alerte de par ses analyses réalistes sur la situation actuelle de la France, même si c'est vrai qu'au delà de ses analyses sur l'U.E, il passe à côté du gros morceau Energie/Agriculture. Mais comme je ne le vois pas comme un politique, peu m'importe, d'autres dissidents se chargeront de ces thèmes. Pour son côté parti politique, si l'on ne s'en tient qu'à ça, il est vrai qu'il risque fort de tomber dans toutes les dérives classiques de tout parti pilitique. Donc cet aspect d'ASSELINEAU m’intéresse moins. Il est plus là pour éveiller et éduquer les Français sur son sujet de prédilection qu'est l'U.E, comme JOVANOVIC pour les problèmes monétaires, Jacques SAPIR pour l'économie ou même SORAL qui lui est axé sur le sionisme. A eux tous, ils éveillent sur un large panel de thèmes. Il y en a d'autres, comme toi Sylvain ou même Etienne CHOUARD, qui sont là pour apprendre aux Français éveillés ou réveillés comment agir concrètement une fois la connaissance acquise, là pour leur donner les outils de base de l'insurrection, là pour leur (nous) donner la voie à suivre. Car il est vrai qu'avec un ASSELINEAU, après avoir vu une de ses conférences, je ne sais pas plus quoi faire de concret, lorsque je me retrouve seul avec moi-même, à part adhérer à l'UPR et voter pour lui le moment venu. Je suis tout à fait d'accord avec toi Sylvain, sur le fait qu'il existe un tas d'actions concrètes et légales (ou limite) à mener tout de suite pour faire avancer les choses. Alors à mon humble niveau, n'ayant pas encore trop de temps pour faire don de ma personne sur les différentes actions de mobilisation, je tamponne mes "Francs" sur mes euros. J'ai même trouvé sur un site (Mon Blason) des autocollants sur mesure pour recouvrir l'affreux drapeau de l'U.E sur mes plaques d'immatriculation par un beau drapeau tricolor sur la lettre "F". Ils ont les tailles moto et auto. Mais je compte me dégager un peu de temps pour participer physiquement aux mobilisations.
    Amicalement.
    Stéphane.

    RépondreSupprimer
  40. Quelqu'un saurait ou l'on peut récupérer la comptabilité de l'UPR?

    RépondreSupprimer
  41. Voilà une discussion bien intéressante et constructive qui contribue certainement au succès de l'UPR qui vient de dépasser les 10.000 adhérents : http://www.upr.fr/actualite/10000-adherents-upr-republique-francaise

    RépondreSupprimer
  42. Il y a déjà pas mal de mouvements dans le spectre politique de l'UPR, notamment Debout la France et le FN et puis filer la métaphore complotiste en permanence, ça place l'UPR dans la complosphère plus que dans un parti sérieux.

    RépondreSupprimer

Quelque chose à ajouter ?