jeudi 16 mai 2013

Europe Ecologie - Les Verts : Les larbins du Système.

Dans une dépêche publiée le 17 Mai 2013, nous apprenons que le gouvernement va autoriser l'abattage de 27 loups qui font leur grand retour en France depuis quelques années, notamment par l'Italie. 

Le loup est une espèce protégée tant au niveau national qu'international. Cependant, rien ne contraint juridiquement l’État d'en zigouiller quelques uns, grâce aux conventions européennes allant en ce sens et intégrées dans le droit Français. 

Il est d'ailleurs notable de constater que la politique du gouvernement tant du point de vue d'un réel respect de la biodiversité, que de la régulation économique, agricole et énergétique, n'a strictement rien "d'écologique".

L'écologie du point de vue d'une planification politique postule et répond au points suivants :

- La forte croissance démographique ajoute mécaniquement de la consommation à la consommation, et provoque le déclin accéléré des ressources.

- Le Mythe de la croissance éternelle est une hérésie économique qui ne peut que trouver sa limite sur un Pic non seulement pétrolier, mais aussi sur toutes les autres ressources primaires. En imposant une politique économique ne pouvant fonctionner que sur la croissance, le Gouvernement est donc en train de préparer un véritable génocide social et alimentaire de sa propre population

- La nécessité de produire toujours plus pour satisfaire le consumérisme, provoque des guerres de pillage affreuses telles que les bombardements en Libye et la déstabilisation Syrienne, auquel le putois qui se fait passer pour "Président de la République" devra un jour rendre des comptes.

- L'organisation de notre décentralisation agricole devrait permettre de produire au plus près de chaque citoyen la nourriture nécessaire à sa survie, et cela dans des règles agronomiques se passant des intrants chimiques et d'une dévastation des terres par l'abus de mécanisation.

- Le libre échange est une immense source de gaspillage de pétrole et ne génère que pauvreté et mal être social dans les pays importateurs et exportateurs.

- La cupidité étant une constante humaine, particulièrement dans les milieux les plus aisés, il est nécessaire que certains outils industriels stratégiques soient placés sous le giron de la Nation, et qu'un encadrement législatif strict, empêche la spéculation à des fins mercantiles au détriment du bien être social des salariés et de l'environnement.

Les véritables "écologistes" sont donc des gens qui considèrent que l’État doit PLANIFIER la décroissance de toutes les façons possibles.

Il est donc évident à la lecture des traités européens qui dérégulent tous les échanges commerciaux et encensent les privatisations et délocalisations d'entreprises et de capitaux, qu'il ne peut y'avoir de politique écologique sérieuse avec l'idéologie véhiculée.

Pourtant, les pseudo-écologistes de "Europe Ecologie - Les Verts" sont de fervents Européïstes. Si le programme de ce parti reste valable sur les grandes lignes, il est notable de constater qu'aucune nationalisation de Total n'est proposée, ni même des autres grands outils stratégiques. Pour la bonne et simple raison que les libéraux (et parfois pédophiles) qui composent ce parti comme Daniel Cohn Bendit, considèrent que l'écologie ne nécessite aucunement que l’État IMPOSE directement son cahier des charges aux entreprises les plus logiques, et en profite pour évincer les actionnaires qui ne s'intéressent qu'au profits à court terme.

De fait, les financements très importants nécessaires au programme de EELV seraient impossibles à trouver sans reprise de contrôle de notre Banque Centrale, et les quelques bobos à la tête vide de ce parti, seraient soumis au diktat d'une économie privatisée et ultra-libéralisée. En outre, nous verrions la France disparaître en tant que pays Souverain, du fait du nationalisme Soviético-Européïste exacerbé de ses dirigeants. La moindre décision d'un Commissaire Européen allant contre une vue programmatique d'un Gouvernement EELV devrait être appliquée, faute de Souveraineté sur nos affaires.

D'ailleurs, constatons qu'Europe Ecologie en est réduite à rouspéter contre certaines directives Européennes, notamment s'agissant des semences, mais n'y peut strictement rien, alors que la sortie des Traités Européens nous permettrait d'instituer la politique que l'on souhaite librement.

EELV derrière sa façade écolo n'est rien d'autre qu'un parti croupion à la remorque du P.S, et, pour tenter d'exister a très souvent un discours culpabilisant pour les Français qui ne consomment pas selon "des normes écologiques". Une hypocrisie monumentale puisqu'on ne peut espérer que des Smicards puissent consommer des tomates "bio" produites localement, quand l'absence de taux de change et de restrictions douanières font affluer des tomates espagnoles produites de manière bien peu écologiques, mais dont le prix reste accessible pour l'immense majorité de travailleurs pauvres en France.

Les véritables écologistes ne peuvent pas être libéraux et encore moins Européïstes. Car derrière la planification écologique, il y'a la nécessité de réguler notre commerce avec les autres pays, qu'ils soient intra-européens ou plus éloignés. Il y'a la nécessité de disposer de notre Banque Centrale pour ne pas subir la dictature des marchés, et d'ailleurs il serait une mesure clairement sociale (et non défendue dans le programme de EELV) d'interdire aux Banques de battre monnaie, tout comme il est nécessaire d'interdire la spéculation et les produits toxiques type ETF, CDS et autres joyeusetés financières.

Les larbins de EELV n'ayant strictement aucune éducation en matière de monnaie, d'économie, d'Histoire et de Démocratie ne méritent que le mépris des véritables écologistes, c'est à dire les objecteurs de croissance

Même le Front de Gauche que pourtant j'attaque durement sur son alter-européïsme et sa doctrine d'un Euro à conserver, a au moins le mérite de réfléchir le plus intelligemment à une planification écologique. EELV en s’aliénant à l'extrême droite libérale P.S pour tenter d'exister, n'empêche ni les loups et les requins  de se faire zigouiller pour faire plaisir à quelques crétins, ni les gaspillages de pétrole du fait du libre échange imposé, pas plus que les investissements massifs dans une réforme écologique du fait de l'impossibilité de jouir de notre Banque Centrale. Quant à la Décroissance, les quelques rares tribuns ayant un peu de matière grise dans ce parti tels que Yves Cochet, sont carrément ostracisés par l'avant garde bobo-libérale composant ce parti.

Parmi tous les partis politiques pour lesquels j'ai le plus de mépris, EELV est en tête de podium, par ce que justement, je suis un objecteur de croissance instruit, et non un larbin du Système.

J'invite tous ceux qui souhaitent en finir avec cette folie de la croissance éternelle, à quitter EELV, et à s'intéresser aux partis politiques qui proposent de sortir de l'UE et l'euro. Ces derniers peuvent au moins garantir une reprise de contrôle de notre Souveraineté pour décider librement de notre politique, en plus de réguler réellement nos échanges commerciaux, et donc notre consommation de pétrole.

1 commentaire:

  1. J'aime bien le discours mais moins les insultes...

    RépondreSupprimer

Quelque chose à ajouter ?