jeudi 13 novembre 2014

Lettre à Claire Barsacq, journaliste à France 4

Chère Claire,

Je me permets de te tutoyer, nous avons le même âge, et tous deux si j'en crois le titre de ton émission, nous n'aimons pas tout deux être pris pour des pigeons.

Actuellement, la chaîne publique pour laquelle tu officies, diffuse un programme de propagande appelé « Anarchy ». Tu noteras l’anglicisme du titre, pour ceux qui dénoncent cette émission, c'est d'une certaine façon signé.

Il s'agit donc de faire un peu de prospective sur le rétablissement du FRANC. Mais cette prospective est plus qu'orientée. D'abord par ce qu'elle part sur des arguments techniques, économiques et juridiques totalement erronés, ensuite par ce qu'il suffit de savoir qui en sont les partenaires.

Tout d'abord, citons Alternative Économique, faux nez du Think Tank Terra Nova, si l'on en juge la marque européïste qu'a imprimé Thierry Pech et les prises de positions tout aussi européïstes de son rédacteur en chef actuel, Guillaume Duval. Ce n'est certainement pas dans cette publication que nous pourrons lire les analyses de Jacques Sapir, Frédéric Lordon, Jacques Nikonoff ou François Asselineau par exemple.

Autre partenaire notable : Europe Créative, « approuvé le 19 novembre 2013 par le Parlement européen et validé le 5 décembre par le Conseil de l’Union européenne, le programme Europe Créative vise à renforcer les secteurs européens de la culture et de la création pour la période 2014-2020. Englobant les anciens programmes MEDIA, MEDIA Mundus et Culture, Europe Créative a été doté d’un budget global d’1,46 milliard d’euros ».

En clair, lorsque l'un des partenaires d'un programme visant à proposer un peu de fiction sur la sortie de l'euro se trouve être subventionné par l'Union Européenne, il y a comme un conflit d'intérêt, non ?

Enfin, dernier partenaire ayant de quoi retenir l'attention : le journal « Le Monde » détenu par les hommes d'affaires Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse, peux connus pour leurs prises de position en faveur d'un certain patriotisme économique et la mise à mort de la doxa euro-libérale. D'ailleurs, la plupart des personnalités sévissant dans les réseaux eurolucides, ne cessent de critiquer la partialité de ce journal tant en matière économique que géopolitique.

Quant aux partenariats du Service Public, il ne peut pour quiconque a un peu de bon sens, que relayer la doxa Gouvernementale sur les grands sujets politiques et économiques. A tel point que les voix les plus critiques du Système euro-libéral sur France Inter se sont peu à peu faites évincer pour être remplacées par des « chiens de garde ».

Sortons maintenant de l'environnement plus que partisan qui entoure la production de cette émission. Les données économiques et juridiques doivent parler. Je vais donc vous expliquer comment la Vème puissance économique mondiale sortirait de l'euro.

Pour commencer, la France ne sortirait pas de l'euro, car elle n'a jamais été dedans. Incompréhensible me direz vous, et pourtant si simple à la lecture du droit Français et européen en la matière. Qu'est ce que l'euro exactement ? C'est un panier de devises nationales portant le même nom et reliées par un peg. En clair, le Franc existe toujours, il a simplement changé de nom, et s'échange par cours forcé avec des Marks ou des Pesetas au même taux.

Ce qui signifie que sortir de l'euro dans les faits revient uniquement à faire deux choses :

  1. Rétablir le contrôle des mouvements de capitaux (procédure inévitable pour éviter que des voyous en col blanc se fassent la malle avec leurs capitaux).
  2. Restaurer par la loi dans l'article 1 du Code Monétaire et Financier le nom de notre monnaie nationale, à savoir le FRANC.
Bien sûr, pour des raisons techniques il sera nécessaire en fonction des dispositions politiques encadrant cette restauration de notre monnaie nationale, de fermer provisoirement les banques, mais certainement pas plus de quelques jours, et non pas plusieurs semaines comme tient à le faire croire « Anarchy ». Cela pour d'une part obtenir le bilan comptable de tous les dépôts en France, et procéder à leur conversion en Francs. Une partie des actifs resteront libellés en euros pour des raisons plus diplomatiques que monétaires.

Contrairement à ce que chante l'émission « Anarchy », le FRANC sera restauré au taux 1 pour 1. Nous ne reviendrons pas au taux farfelu de 6,55 Francs pour 1 euro. Ceci est totalement mensonger, aucun économiste sérieux ne propose cela. Il y aura bien une dévaluation compétitive par la suite, mais qui ne sera tout au plus que de l'ordre de 30 % si l'on tient compte que l'euro devait disparaître aujourd'hui. Pas de quoi fouetter un chat, cela vaut mieux que dévaluer les salaires et détruire nos acquis sociaux.

La France étant la Vème puissance économique mondiale contrairement à une majorité de pays disposant de leur Souveraineté Monétaire actuellement sans problème de « repli sur soi », il y aura certes des mouvements boursiers assez violents du fait que la sortie de l'euro traduira surtout un bouleversement politique important, mais les investissements en France continueront. En outre, nous n'aurons pas vraiment besoin de savoir comment notre dette sera notée par des officines financières de Wall Street, ni si nous trouverons des financiers acceptant d'acheter notre dette. Le principe même de disposer de la Souveraineté Monétaire fait que l'on peut s'emprunter à soi-même l'argent nécessaire. En outre, une politique inflationniste aura très vite fait de désendetter partiellement l’État et fortement les entreprises et les ménages. Cela sans considération des choix Souverains que nous pourrons faire quant au règlement de la dette odieuse dont 85 % est libellée en droit Français.

En clair, la sortie de l'euro se passera très bien et sera un grand moment d'unité nationale. La fin de l'U.E que cela signifie (l'euro n'est que le pendant politique visant à nous faire accepter l'U.E), sera aussi l'occasion d'une formidable flambée d'espoir pour de nombreux peuples dont le notre, puisque nous ne serons plus assujettis à une dictature bureaucratique nous imposant sa doxa mondialiste et néo-libérale, au mépris d'un Référendum sur la question.

Chère Claire,

Comme France 4 tient à nous imposer sa propagande à 500.000 € l'épisode, payé avec les deniers publics, je tenais à faire parvenir à la journaliste qui défend la cause des pigeons, un petit cadeau que je te suggère de transmettre aux producteurs de l'émission.

Ceci est un emblème illégal à tout point de vue sur le territoire Français. Je t'épargnerais les arguments juridiques, mais je tiens à te faire savoir que nous, les décrocheurs, avons décidé de nous insurger en faisant tomber le maximum de drapeaux européïstes de nos places et bâtiments publics, en plus de nous révolter sur la monnaie en rétablissant le FRANC directement.

Évidemment, Anarchy n'évoquera jamais cette information, tout comme l’Élysée, le Conseil Constitutionnel, le Président de l'Assemblée Nationale, le Directeur des programmes de France Télévisions ou encore le Quartier Général de la CIA en Virginie, n’appelleront pas les journalistes pour leur expliquer que des Français leur envoient des drapeaux de l'U.E arrachés à l'espace public. Aucun d'entre eux, et cela bien que les Renseignements Généraux surveillent nos activités, ne viendra expliquer qu'une Révolte Monétaire a commencé en France.

En fait Claire, cela dépendra de toi et de quelques autres journalistes déjà contactés que de t'intéresser à la question. Avec ou sans votre aide, nous continuerons de toute façon, mais je pense qu'il serait sage de penser au monde de l'après euro. Pour des raisons politiques ou financières, tôt ou tard, l'U.E explosera. Ceux qui seront les plus écoutés à ce moment là, ne seront certainement pas les oligarques d'aujourd'hui qui chantent à tue tête qu'il faut toujours plus d'Europe. Rassure toi, le FN ne sera pas forcément la solution de sortie non plus, ce parti divise trop les Français.

Mais connais-tu au moins l'univers politique qui souhaite rétablir la Souveraineté des Français sur leur propre pays de façon sérieuse et apaisée ? Il ne tient qu'à toi d'investiguer en ce sens. Les réseaux sociaux bouillonnent depuis maintenant deux ans et la Cocotte-Minute n'est plus très loin d'exploser. Peut-être ce modeste torchon européïste saura t'en convaincre...

Mes amitiés,

Sylvain Baron



pour les Décrocheurs

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à ajouter ?